Kelela : « Take me apart » (2017)

Le premier album de Kelela était très attendu de par les morceaux connus depuis quelques années, en faisant déjà une figure de proue de ce qui est défini comme l’alternative R&B, et il est indéniable que la sortie de l’album Take me apart de Kelela a très certainement été l’un des événements musicaux les plus marquants de la fin de l’année 2017.

L’écouter avec un son puissant est nécessaire pour se retrouver dans l’ambiance R&B sucrée et urbaine typique des banlieues françaises des années 1990 où planait l’ombre lumineuse de Prince.

Take me apart réactive ce processus, appuyant sur la délicatesse et le raffinement sonore tout en restant fondamentalement dansant – l’influence du garage UK est ici fortement présente -, ainsi surtout qu’une orientation electronica particulièrement poussée.

Kelela qui est né en 1983 à Washington d’une famille éthiopienne-américaine, a un avec Take me apart un premier album qui correspond à l’adage coup d’essai, coup de maître.

Si l’une de ses références est Björk, on a ici quelque chose de plus accessible, avec l’irruption d’une féminité assumée, assumant toute sa complexité, la question sentimentale se posant au premier plan, qui dévoile particulièrement les faiblesses des dernières tentatives de Madonna.

Non seulement l’atmosphère ne se dégrade pas en facilités electro-dance – ce que Kylie Minogue n’a littéralement jamais réussi à faire, malgré les quelques mélodies accrocheuses – mais il y a une très profonde maturité sonore et textuelle, amenant qu’on se dit : enfin, de la musique populaire pour adultes.

Ce qui est marquant également est que Take me apart est un album véritablement complet, formant une ambiance particulièrement prenante, résolument chaleureuse et urbaine, tout en étant profondément intimiste ou, comme le précise Kelela, « une vision honnête de comment nous naviguons, dissolvant les liens entre nous, tout en restant sanguin pour la prochaine possibilité d’aimer ».

Take me apart appartient à l’esprit de la musique soul et disco, si marqué par le questionnement sur les sentiments, le couple ; par son témoignage d’une affirmation féminine – qui plus est marquée par l’africanité -, il fera très certainement peur à ceux qui préfèrent s’imaginer simple, simpliste, élémentaire, la densité féminine.

Et il n’est qu’un diamant parmi une multitude d’autres, dont l’un des exemples les plus marquants de 2015-2016 a été Abra, la duchesse de la dark wave, mais à qui il faut bien sûr ajouter Tommy Genesis ou encore Princess Nokia.

Vous aimerez aussi...