Ils veulent la guerre !

L’OTAN va donc décider de porter le nombre de soldats de sa « force de réaction » de 40 000 à 300 000 soldats. C’est exactement le nombre qu’il faut pour une guerre avec la Russie et personne ne peut comprendre les choses autrement. Le but est d’utiliser l’Ukraine jusqu’au bout, comme chair à canon pour affaiblir la Russie au maximum… Pour dans second temps passer à l’offensive anti-russe. Le nouveau chef d’état-major britannique dit d’ailleurs ouvertement qu’il y aura une guerre sur le continent, que ce sera avec la Russie.

Il n’y a dans un tel contexte que trois possibilités : soutenir le bellicisme, prendre un billet d’avion pour Katmandou ou Buenos Aires, ou combattre la guerre avec tous les risques personnels que cela implique. On peut également rester passif mais ce n’est pas une option, car dès qu’on a compris l’ampleur du désastre, on ne peut pas rester de côté. L’Histoire impose des choix à tout un chacun et comme on dit elle ne repasse pas les plats.

Le site d’adoption Seconde chance

Fondé en 2007, le site Seconde chance est devenu incontournable, parce qu’il a su se positionner comme intermédiaire efficace avec les refuges. On peut en effet indiquer l’espèce animale qu’on souhaite adopter, sa région, son département, et on obtient alors les photos des animaux avec une petite présentation de l’animal et les conditions d’adoption. Répondant à une exigence grand public (avec donc des exigences en termes de « goût »), le moteur de recherche permet également de préciser l’âge, le pelage, la couleur, la taille de l’animal.

Les animaux à adopter dont on parle peuvent être très différents puisque, outre les chats et les chiens, on a également les lapins, les rongeurs, des animaux de ferme, les chevaux et des reptiles. Cela fait que concrètement, quiconque veut adopter un animal peut le faire très facilement ; c’est un argument important pour convaincre les gens qui voudraient malheureusement acheter dans les infâmes commerces d’animaux et à qui il faut montrer que leur attitude est fondamentalement incorrecte.