Virginie Despentes : Baise-moi (1993)

En 1946, Boris Vian obtenait un véritable succès d’édition avec ses 120 000 exemplaires vendus de J’irai cracher sur vos tombes. Un roman ignoble, qui raconte des viols et des meurtres. Au début des années 1990, Virginie Despentes a repris le principe.

Mais, afin de choque davantage, elle raconte le parcours de femmes, qui apprécient de se prostituer, de coucher avec n’importe qui même des hommes leur déplaisant. Qui apprécient la zoophilie, ou le fait de se faire frapper. Qui aiment tuer, en le revendiquant comme une forme d’esthétisme.

Jusqu’au meurtre d’enfant. Car, tant qu’à choquer, Virginie Despentes est allé jusqu’au bout de l’ignominie. Avec succès : plus de 40 000 exemplaires de vendus et un grand prestige dans les milieux « branchés ». En ayant été épaulé alors par les journalistes Patrick Eudeline et Thierry Ardisson, deux figures adeptes de la transgression, du côté sombre, etc.

Ainsi, en 2012, Mohammed Merah tuait de sang-froid des enfants à Toulouse, parce que Juif. En 1993, Virginie Despentes raconte comment des femmes complètement détraquées assassinent sans raison, tuant notamment un enfant.

On aurait tort de ne pas voir ici la théorie, là la pratique. Quand on raconte avec froideur le meurtre d’un enfant, avec toute la satisfaction de l’assassin, sa joie, sa « dignité » de « rebelle », on a des responsabilités.

Et quant on écrit des lignes qui banalisent la zoophilie, la prostitution, le meurtre gratuit, la consommation permanente d’alcool fort et de drogues, on contribue à quelque chose, à une mentalité.

Surtout quand l’écriture se réduit à raconter en jouant sur les affects. Le roman n’a aucune recherche technique sur le plan littéraire. Ce sont des mots dits à l’oral mis à l’écrit, avec des insultes pour le pittoresque, de la sexualité morbide pour fasciner dans un mode racoleur, appelant aux plus bas instincts.

C’est ce qu’on appelle tout simplement de la pornographie. Et pourtant cela a été considéré comme un roman. A lire Baise-moi, on a donc l’impression que, finalement, pour écrire un roman il n’est pas besoin de savoir écrire. Ni même d’avoir quelque chose à dire. Il suffit d’exprimer un scepticisme complet, de considérer son propre corps comme un objet, de se situer en-dehors du monde.
On dira que ce n’est alors pas un roman et on aura raison. La noirceur de Baise-moi n’a comme équivalent que la barbarie de l’État islamique. C’est vide, sans contenu.

Et le fait que Virginie Despentes n’ait cessé de mettre en avant ses prétendues valeurs de « gauche » en rapport avec ce vide est un véritable problème historique. La page wikipedia sur le roman présente celui-ci comme étant “progressiste” :

« Ce livre fait partie d’une nouvelle littérature (tel le roman La Vie sexuelle de Catherine M. de Catherine Millet) qui affirme un « néo-féminisme revendicatif » en montrant une sexualité agressive et la désacralisation du corps féminin. »

Le féminisme serait donc quand les femmes voient leur corps de l’extérieur, comme un objet qu’elles pourraient prostituer « librement ». Quelle folie. Et des femmes meurtrières, ce serait une « affirmation ». Quelle absurdité.

Et quelle conséquence catastrophique. Car, si l’on y regarde bien, malheureusement les seuls écrivains qui ont tenté d’exprimer une critique de la société qui ait du sens et qui soit avec une écriture de qualité sont de droite.

Balzac, Barbey d’Aurevilly, Drieu La Rochelle, pour n’en citer que trois dont le romantisme peut être très noir – formant ainsi le modèle à l’arrière-plan de la prétention pathétique de Virginie Despentes – étaient très profondément réactionnaires, dans le sens où ils idéalisaient le passé.

C’était une erreur, mais au moins il y avait un projet de société. Avec la « gauche » de l’alcool et des drogues, de la prostitution et du libéralisme culturel – dont Virginie Despentes est un exemple – il n’y a aucun projet, à part une fuite en avant permanente.

Comment s’étonner après que la gauche ne soit présentée comme l’appendice d’un capitalisme sans coeur, sans âme ?

Balzac, Barbey d’Aurevilly, Drieu La Rochelle auraient dû être de gauche et, de fait, dans leur description de la réalité, ils auraient pu l’être s’ils avaient suffisamment de connaissances. Mais comment les auraient-ils eu si la gauche elle-même ne les a pas ?

No Comments Yet

Comments are closed