Marion Maréchal contre « mai 68 »

 

« Mai 68 » a profondément marqué la société française et sa critique est toujours un thème majeur pour la Droite conservatrice. Impossible donc de ne pas parler de mai 68 sans porter son attention également sur le camp des ennemis de la Gauche.

Ainsi, dans l’esprit réactionnaire d’une jeune femme comme Marion Maréchal (anciennement Le Pen), la vague de contestation de mai et juin 1968 représente quelque-chose d’important, même cinquante ans après en 2018. C’est le cœur même de l’idéologie de son école de sciences politiques qui doit ouvrir dans quelques jours à Lyon.

L’ancienne députée du Front National était ainsi l’invitée d’honneur d’une soirée-débat le 31 mai 2018 qui avait pour thème « Débranchons Mai-68 ». Organisée par le magasine “L’incorrect” et l’association “les Éveilleurs d’Espérance”, issue du mouvement catholique traditionaliste “la Manifs pour tous”, le discours y était assez classique : références à la spiritualité chrétienne, défense de valeurs “traditionnelles”, critique des Lumières et caricature des éventements de mai 1968 comme étant simplement une aventure individuelle petite-bourgeoise.

Il n’est pas nouveau que « Mai 68 » soit un thème pour Marion Maréchal. C’est une sorte de symbole qui lui permet de synthétiser sa pensée, en le critiquant.  Dans un texte qu’elle avait publié en mai 2017, qualifié de manière grandiloquente de « testament politique », elle expliquait que la jeunesse d’aujourd’hui doit :

« payer les abus de la génération 68, qui a joué la cigale tout l’été et nous laisse des déficits incommensurables, des privilèges de classe intenables et irréformables… ».

Elle affirmait également que :

« Macron accomplit Mai 68. Avec lui, c’est l’idéologie du progrès, le culte du renouveau, qui implique nécessairement de faire table rase du passé. C’est l’idée soixante-huitarde selon laquelle l’homme ne peut s’émanciper que s’il se délie de tout héritage, de toute autorité, de tout cadre culturel. Je pense que c’est une erreur fondamentale. »

L’inverse de « mai 68 »

Marion Maréchal représente en quelque sorte l’inverse de « mai 68 ». Il s’agissait d’une jeunesse remettant en cause l’ordre établit en voulant avancer à grands pas vers le futur, cherchant le progrès partout, bien que de manière trop idéaliste souvent et dénaturée parfois.

Elle reflète pour sa part une jeunesse assumant un conservatisme des plus outranciers, un conformisme terrible et une soumission totales aux valeurs dominantes. La religion, le patriarcat, le nationalisme, la division de la société en classes et l’entreprenariat capitaliste sont pour elle des horizons indépassables.

C’est précisément avec ces valeurs qu’elle entends former de “futures élites”, de Droite, via son École de science politique, l’ISSEP, qui ouvre dans quelques jours à Lyon.

La subtilité, si l’on peut le dire ainsi, est que Marion Maréchal pense pouvoir faire passer la critique des valeurs dominantes comme étant justement la norme, la valeur dominante. Elle tente de renverser le problème.

C’est ainsi qu’elle disait dans un entretien à Valeurs Actuelles paru en février 2018, critiquant en filigrane l’héritage de « mai 68 » :

« Depuis le début de la Ve République, l’ensemble des vecteurs de pensée est détenu par la gauche. Elle infuse sa domination culturelle quasi hégémonique à travers la presse, l’éducation et la culture. Il est temps, pour nous aussi, d’appliquer les leçons d’Antonio Gramsci. »

Son point de vue est bien sûr absurde puisqu’il est évident que la société française est largement marquée en 2018 par la pensée religieuse et l’esprit catholique, par le patriarcat et le sexisme, par le nationalisme béat, par la pression économique des plus riches sur les classes populaires.

La Gauche existe, mais son champ est limité, et d’ailleurs se dégrade. Ce que ne supporte pas l’esprit étriqué de Marion Maréchal, c’est qu’il y a malgré tout des progrès, que la société avance et ne se fige pas, que certaines valeurs ou exigences démocratiques s’affirment ou tendent à s’affirmer.

« C’était mieux avant »

Plutôt que de remettre en cause les obstacles sociaux et culturels qui empêchent la société de devenir meilleure, elle prétend que le salut se trouve dans le passé. Que « c’était mieux avant ». Son conservatisme est un idéalisme, une vision romantique du passé. C’est le contraire de « mai 68 » qui était surtout une vision romantique de l’avenir.

En fait, Marion Maréchal profite pour sa critique réactionnaire des limites de la contestation de mai et juin 1968. Si elle a été démocratique et populaire, cette vague de contestation n’a pas été dirigée par la classe ouvrière mais confisquée par une partie de la bourgeoisie voulant moderniser le pays, sans parler des intellectuels des classes moyennes prétendant s’approprier voire représenter les idées de mai.

Marion Maréchal n’a pas tord quand elle critique l’ultra-libéralisme et qu’elle le lie à « mai 68 ». Son mensonge est cependant de prétendre qu’une autre partie de la bourgeoisie, celle qui est plus traditionnelle et conservatrice, porterait un horizon meilleur pour les classes populaires et la société tout entière.

Les errements de la Gauche

Les conservateurs comme Marion Maréchal profitent des errements de la Gauche qui sombre dans l’ultra-libéralisme, le post-modernisme et la décadence culturelle, pour apparaître au contraire comme représentants la morale populaire.

Ses propos devant les conservateurs américains en février 2018 en était une parfaite illustration avec sa critique du libéralisme-libertaire à partir du point de vue de la Droite conservatrice :

« Sans nation et sans famille, le bien commun, la loi naturelle et la morale collective disparaissent cependant que perdure le règne de l’égoïsme.

Même les enfants sont devenus une marchandise ! Nous entendons dans le débat public « nous avons le droit de commander un enfant sur catalogue ». « Nous avons le droit de louer le ventre d’une femme ». « Nous avons le droit de priver un enfant de mère ou de père ».

Non, vous ne l’avez pas ! Un enfant n’est pas un droit.

Est-ce cela, la liberté que nous désirons ? Non, nous ne voulons pas de ce monde atomisé de l’individu sans genre, sans père, sans mère et sans nation.
[…]

Je suis venu vous dire qu’il y a aujourd’hui une jeunesse prête pour cette bataille en Europe : une jeunesse qui croit au dur labeur, qui croit que ses drapeaux signifient quelque-chose, qui veut défendre les libertés individuelles et la propriété privée.

Une jeunesse conservatrice qui veut protéger ses enfants de l’eugénisme et des délires de la théorie du genre. Une jeunesse qui veut protéger ses parents de l’euthanasie et l’humanité du transhumanisme. »

Marion Maréchal est la figure de proue d’une tentative de révolution conservatrice, concept formé dans les milieux allemands nationaliste dans les années 1920-1930. Il faut savoir porter son attention sur ce phénomène dangereux, relevant du fascisme, et cela d’autant plus que la Gauche est torpillée de l’intérieur par les partisans de la post-modernité.