Serndip : des rencontres sans lendemain contre les relations sincères

Serndip est une énième application de rencontre disponible sur smartphone depuis début 2018. Comme chacune, elle se veut complètement différente, le principe est de mettre l’accent sur des rencontres autour d’activités. Bien évidemment, elle propose de faire des vraies rencontres, de trouver sa moitié, etc. Contrairement au gros concurrent du secteur : Tinder et sa réputation des « dates Tinder » sans lendemain.

Serndip publicité : 18 heures bowling, 22 heures strike

Ignoble

Pourquoi parler de Serndip aujourd’hui ? Parce qu’elle a lancé une grand campagne de publicité. Une campagne où chaque affiche est une attaque contre l’idée même d’une relation sincère, d’une véritable romance.

L’une des affiches atteint des sommets dans le glauque, on y voit une deux blocs de texte dans lesquels sont incrustées des images. On lit « 18 heures bowling » en haut avec le visage souriant d’une jeune femme, et « 22 heures strike » en bas avec deux paires des pieds sous une couette. Où est la romance, la sincérité là-dedans ? Sans même parler de la femme considérée comme trophée sexuel…

L’entreprise derrière l’application affirme pourtant :

Le réel, l’alchimie, le partage, l’échange, les passions : tout ce qui fait le sel de la vie et de la rencontre amoureuse… C’est exactement ce qui manque aux applis et sites de dating contemporains. (source)

Où est l’amour dans des affiches qui ne parlent que de sexe et de conquêtes ? Où est le partage lorsque l’on considère comme une victoire, un « strike », de coucher avec une personne moins de quatre heures après la première rencontre ?

Mentionnons également cet extrait de la FAQ :

Les évènements de Serndip sont-ils uniquement composés de célibataires ?

Serndip est une application dite de rencontres, de “dating”. Elle a vocation à créer des relations amoureuses. Par conséquent, ses membres s’y inscrivent car ils cherchent à rencontrer l’amour, que ça soit une aventure, une relation poly-amoureuse ou exclusive. Il n’y pas de règles, on peut vouloir un type de rencontre et passer d’un type de relation à un autre.

De l’amour dans une aventure ? De l’amour dans le poly-amour ? Pas de règles ? Comment peut-on être à ce point hypocrite ? Tout cela est abject et à des années lumières du mouvement ouvrier et de ses principes.

Finissons par la série d’article « Dating anatomy » qui sont une tentative de paraître vrai, d’être en phase avec son époque. Les personnages sont forcés, racoleurs et vides, incroyablement vides. Il n’y a aucune profondeur. Et le dessin est à l’image du contenu : une catastrophe.

Serndip, dating anatomy : encore et encore

Critiquer Tinder pour faire… presque pareil ?

Prenons par exemple l’épisode « Encore et encore… ». On y découvre trois histoires centrée autour d’une jeune femme, elle rencontre et couche avec une nouvelle personne chaque semaine. A chaque les rencontres se font via une application baptisée « Pecho+ » et à chaque fois cette femme est déçue.

L’attaque contre Tinder est évidente. Mais, au fond, que critique Serndip ? Certainement pas le fond : il n’y a aucune dénonciation des relations sans lendemain, aucune remise en question du manque criant de sentiments dans cette BD. Au final l’application ne propose que de consommer mieux, pas d’envisager différemment les relations entre les personnes.

Entre les personnes complètement corrompues moralement (poly-amour, refus du couple) et toutes celles cherchant tant bien que mal à vivre quelque chose de sincère, il y a une place pour toutes ces applications de rencontres. Et à l’heure des startups, de plus en plus de personnes comptent bien en tirer de l’argent.

Il faut remettre la romance, la sincérité et le couple au centre des relations entre personnes. Il faut dénoncer les délires libéraux de relations poly-amoureuses, non-exclusives. Il faut en finir avec le libéralisme-libertaire issu de « mai 68 », revenir aux idéaux de « mai 68 » d’une société libérée du capitalisme et de sa corruption.

Vous aimerez aussi...