Simone Veil au Panthéon : une figure de la Droite

Le manque de connaissances politiques et culturelles est si grande en France qu’on arrive à faire passer Simone Veil, qui hier a vu son cercueil placé au Panthéon, pour une personnalité progressiste, elle qui a toujours été une figure de droite. En 2007, elle est tout de même à la tête du comité de soutien de Nicolas Sarkozy, et ce n’est pas pour rien !

C’est que son image de femme pour les femmes et pour la paix est en réalité le masque d’une femme pour l’ultra-libéralisme et pour une Europe opposée aux projets de la Gauche… C’est une femme qui a été une figure de la Droite.

C’est qu’il existe une grande opération visant à la présenter comme une « féministe », alors qu’en réalité elle relève de la ligne libérale la plus traditionnelle, celle qui veut élargir les « droits » en renforçant le marché.

Parce qu’il ne faut pas se leurrer, la légalisation de l’avortement n’a pas représenté autre chose qu’une négation d’une question sociale au profit d’un basculement dans le choix individuel. Cela a toujours été sa position, au sein d’ailleurs d’un gouvernement de droite.

De droite et pas seulement. Figure de la grande bourgeoisie, Simone Veil devait côtoyer des éléments historiquement fascistes, ce qu’elle a tout à fait accepté.

En 1978-1979, elle est par exemple ministre de la santé d’un gouvernement dont le ministre du budget est Maurice Papon, impliqué dans la collaboration et préfet de police de Paris ultra-répressif de 1958 à 1967.

Un autre exemple est connu. Lors d’un conseil des ministres, le premier ministre Raymond Barre avait parlé de  « lobby juif » et elle avait menacé au président de la République Valéry Giscard d’Estaing de démissionner à la prochaine incartade. Mais lorsque Raymond Barre parlera, à la suite de l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic, des passants comme de « Français innocents » touchés (à l’opposé donc des Juifs), elle ne démissionnera pas pour autant.

Autre exemple : en 1979, aux élections européennes, Simone Veil représente l’UDF et sur sa liste on a en position éligible, Robert Hersant – un grand patron de presse ayant collaboré. Voici comment elle justifie cela :

« La composition de la liste m’a presque totalement échappé. En particulier, la présence de Robert Hersant, dont le passé vichyssois était désormais connu de tous, ne me faisait aucun plaisir, c’est le moins que l’on puisse dire.

On m’avait expliqué qu’il était difficile de se mettre à dos le propriétaire du tout-puissant Figaro. Une fois encore, la politique l’emportait ainsi sur les principes moraux. Ma seule échappatoire se référait à l’ancienne appartenance du patron de presse à la FGDS, le groupuscule politique qu’avait naguère dirigé François Mitterrand. J’avais donc tout loisir de renvoyer les socialistes qui m’attaquaient sévèrement sur ce sujet à leurs propres contradictions, ce que je ne me suis pas privée de faire.

Il reste que, pour la première fois de ma vie, j’avais accepté, pour de basses raisons d’opportunité, un compromis qui avait à mes yeux l’allure d’une compromission… »

Simone Veil est une personnalité politique de droite, qui a modernisé, rien de plus. Le reste est du spectacle, comme lorsque Le Monde célèbre des gens glorifiant Simone Veil, le collectif « merci Simone », composé de gens avouant n’avoir rien lu d’elle…

 

On l’aura compris, pour bon nombre ayant prétendu être de gauche (mais contre la classe ouvrière, contre le marxisme, contre le mouvement ouvrier, etc.), par « progressiste », il faut bien entendu désormais comprendre désormais libéral-modernisateur. Simone Veil est en ce sens le symbole d’un féminisme qui n’est qu’un carriérisme ouvrant des portes aux femmes, comme si le féminisme n’avait pas de contenu en soi.

Et c’est là qu’on voit que la droite et tous les courants « post-modernes » ont la même approche de refuser au féminisme une essence, comme le pacifisme, l’amour des animaux, la défense de la vie, l’écologie.

Voici comment le gouvernement, de manière officielle, présente l’intérêt du parcours de Simone Veil.

« Après avoir fondé une famille, puis entamé une carrière dans la magistrature, en 1974, elle devient du jour au lendemain la femme politique française la plus célèbre et la plus populaire, réussissant à faire adopter en tant que ministre de la Santé la loi qui porte son nom, relative à  l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Figure emblématique du combat des femmes, elle a occupé au sein de l’administration comme en politique des postes jusque-là inaccessibles aux femmes : première femme secrétaire du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM), première femme à siéger au conseil d’administration de l’ORTF (1972), première femme présidente du premier Parlement européen élu au suffrage universel (1979), première femme ministre d’État (1993).

Membre du Conseil constitutionnel de 1998 à 2007, elle a également été en 2008 la sixième femme à être élue à l’Académie française et à entrer sous la Coupole en mars 2010, occupant à la suite de Paul Claudel, Pierre Loti et Pierre Messmer le fauteuil numéro 13, qui fut aussi celui de Jean Racine. »

Le combat des femmes serait de pouvoir prendre des postes pris auparavant par les hommes. Il faudrait une femme capable d’appuyer sur le bouton du déclenchement de la guerre nucléaire. C’est là ne rien comprendre aux valeurs patriarcales que justement le féminisme dénonce ou devrait dénoncer.

Et c’est là qu’on voit aussi et surtout la valeur du dispositif faisant de Simone Veil une « féministe ». Car il est prétendu que son soutien à l’Europe va dans le sens de la paix.

En réalité, c’est une Europe militariste, alliée aux États-Unis, prête à la troisième guerre mondiale, sur la base d’un anti-communisme forcené, dont il faut parler : voilà ce qu’a soutenu Simone Veil.

En apparence, elle a parlé des droits des femmes et de la paix, en réalité elle a soutenu l’individualisme et la formation d’un bloc capitaliste libéral et militariste. Elle a toujours fait partie de la haute bourgeoisie, fréquenté des gens au coeur du capitalisme.

Regardons d’ailleurs les faits. Alors qu’elle est décédée en 2017, avant même sa mort de nombreux établissements portaient son nom : l’école primaire d’Héry-sur-Alby (Haute-Savoie), les collèges de Châtillon (Rhône), de Mandres-les-Roses (Val-de-Marne) et de Villers-Bocage (Calvados) et l’école maternelle et élémentaire de Vigneulles-lès-Hattonchâtel (Meuse), le lycée régional de Valbonne Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), une école primaire d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), une école primaire de Bourgoin-Jallieu (Isère), une école maternelle de Drancy (Seine-Saint-Denis), un collège à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), un établissement régional d’enseignement adapté d’Amilly (Loiret), un lycée professionnel à Angers (Maine-et-Loire), un collège de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône), un lycée des métiers des services administratifs, de la relation commerciale et services à la personne de Charleville-Mézières (Ardennes), une école maternelle et élémentaire à Hérouville-Saint-Clair (Calvados), un collège de Crevin (Ille-et-Vilaine), l’hôpital public d’Eaubonne (Val d’Oise), la faculté de médecine PIFO (Paris Île-de-France Ouest), un amphithéâtre de la faculté de médecine d’Angers (Maine-et-Loire)…

On peut mentionner également la promotion 2000 de Sciences Po Lille, la promotion 2003 de l’École nationale de la magistrature, la promotion 2006 de l’École nationale d’administration, la promotion 2010-2011 des Inspecteurs-élèves de l’École nationale des finances publiques, la promotion (2014-2016) du Cycle supérieur de management de l’Institut national des études territoriales (INET), la promotion 2015-2016 du Master 2 Droit pénal et sciences criminelles de l’université de Strasbourg la promotion 2015-2016 de l’École des avocats Aliénor de Bordeaux, la promotion 2016-2017 de l’École du Centre-Ouest des avocats de Poitiers, etc.

Cela en dit long sur la valeur qu’elle a joué dans le dispositif idéologique de la Droite.