Le FC Nantes, grand perdant du « football moderne »

Le Football Club de Nantes est un des grands perdants de l’avènement du « football moderne », à l’image de clubs comme l’Ajax Amsterdam, le Celtic Glasgow, l’AS Saint-Étienne ou encore le Genoa CFC. Le club a fêté cette année ses 75 ans ; il fut durant la deuxième moitié du XXe siècle un club très populaire et il bénéficie encore d’une notoriété et d’une sympathie importante en France, malgré de faibles résultats sportifs.

 

“60 ans de gloire, 15 ans d’anonymat… jusqu’à quand?”

Lors de la dernière rencontre de la saison 2017/2018, les supporters de Nantes ont déployé une grande fresque présentant des figures historiques du club. Elle était accompagnée d’un message résumant la situation.

Cela était bien sûr un pic destiné à la direction qui a largement fêté les 75 ans du club cette année. Depuis le dernier titre de champion de France en 2001, le « FCN » n’est plus que l’ombre de lui-même. C’est justement à cette époque qu’il fût précipité dans les abîmes du « football moderne ».

Une tradition de football

Il y avait une identité sportive à Nantes, avec des projets collectifs construits et menés durablement, avec la reconnaissance et le soutiens des masses locales amatrices de football.

L’identité culturelle n’est pas directement ouvrière, mais en tout cas franchement populaire et démocratique. Le public est connu comme étant exigeant, amateur de beau jeu collectif, mais pas de frasques et d’aventures individuelles.

Seulement, cela n’est pas compatible avec le football d’aujourd’hui et sa dimension « business ». Il nécessite des projets démesurés, de l’immédiateté, et ne supporte pas que des anciens puissent être enraciné dans un club, respecter des valeurs déterminées, prendre le temps de la construction.

Le FC Nantes a été longtemps réputé pour son centre de formation de la Jonelière, qui fût pendant un moment l’un des plus à la pointe du monde. Cela a permis l’avènement de grandes équipes avec plusieurs joueurs formés au club, ce qui permettait aux recrues de respecter aussi un style de jeu particulier.

“Jeu à la nantaise”

Les commentateurs ont résumé cela sous le terme de “jeu à la nantaise”, qui fait un peu figure de mythe, car il représente des réalités différentes. Il y a toujours en tout cas derrière ce terme l’idée de l’intelligence collective, de la construction rapide et efficace.

José Arribas, Jean-Claude Suaudeau et Raynald Denoueix sont les principales figures représentants ce “jeu à la nantaise”. L’histoire du club est aussi marqué par de grands noms comme Henri Michel, Claude Makelele, Christian Karembeu ou bien Mickaël Landreau. Il faut penser aussi par exemple aux trios offensifs des années 1970 Baronchelli-Amisse et Pécout ou Halilhodžić, et d’autres encore.

La tradition de jeu nantaise avait commencé à tanguer au début des années 1990, époque à laquelle le “business” a commencé à envahir massivement le football. Jean-Claude Suaudeau avait une première fois claqué la porte du FC Nantes, en tant qu’entraîneur.

Mais c’était une autre époque que la nôtre, le capitalisme n’avait pas à ce moment les moyens de tout broyer et les structures ont pu se maintenir, avec l’appui de la population.

Une saison 94/95 fantastique

“Coco Suaudeau” est revenu à la tête de l’équipe en 1993. La saison 1994/95 a ensuite connue l’une des meilleures équipe française.

Largement issue du centre de formation, elle ne brillait pas par ses qualités individuelles mais par ses prestations collectives impressionnantes. En plus du titre de champions de France, les « canaris » n’ont connus qu’une seule défaite cette saison là, ce qui a donné lieu au record de 32 journées invaincues. En 2018, ce record n’a toujours pas été battu, même par le PSG et ses moyens immenses, complètements déloyaux par rapports aux autre clubs.

Le jeu nantais était en 1994/1995 d’une grande fluidité, les phases de transition maîtrisées de manière brillante, l’équipe impossible à jouer. Le « tarif maison » pour les matchs à domicile était de 3 – 0 (cela s’est produit 10 fois en 19 matchs !)

C’était un grand moment de l’histoire du football.

Malgré la vente de quelques joueurs clés comme Christian Karembeu et Patrice Loko, le club a atteint les demi finale de la ligue des Champions l’année suivante, éliminé de justesse par la Juventus, malgré une victoire 3-2 à la Beaujoire.

Un dernier titre en 2001

La saison 2000-2001 fut comme une dernière respiration avant la noyade pour le FC Nantes. Raynald Denoueix, continuateur de Jean-Claude Suaudeau, a été capable de mener l’équipe au titre mais les moyens n’était déjà plus les même, le triomphe moins brillant et plus réaliste.

Tout a sombré ensuite, et violemment.

En 2000 le club a été racheté par le Socpress, à la tête du journal local “Presse Océan”. Cela fût présenté par de nombreux commentateurs comme un “coup” financier, dans le but de se servir de la trésorerie du club. C’était aussi une occasion pour la municipalité (censée être de Gauche car affiliée à Parti Socialiste) de se séparer du club.

Raynald Denoueix fut licencié sans ménagement, malgré le titre (il rebondit cependant directement au Real Sociedad avec qui il remporte le championnat espagnol, ce qui fût une véritable surprise et un véritable exploit !)

Le club n’a jamais pu se relever de ce bouleversement. Il a été relégué deux fois en ligue 2 en l’espace de deux ans, alors qu’il détenait le record de présence ininterrompue en première division du championnat français (44 saisons, de 1963 à 2007).

L’ère Kita

Le FC Nantes passa succinctement (et indirectement) dans les mains de Serge Dassault, puis dans celles de l’actuel propriétaire et président Waldemar kita.

Ce dernier est un industriel fortuné qui a racheté le club pour se faire plaisir, comme d’autres jouent à “Football Manager” sur leur ordinateur. Son plus récent “caprice” étant la construction d’un nouveau stade ultra moderne.

[Voir notre article : YelloPark, la mairie socialiste de nantes brade le stade de football de la Beaujoire ]

Sa présidence est marqué par une grande instabilité et des choix très critiqués en terme de gestion (transferts, salaires, infrastructures, etc.). Dès le début, il s’était fait remarquer par son attitude désinvolte en insultant violemment dans la presse le joueur Frédéric Da Rocha, figure du club :

« Qu’il se permette de faire un tour d’honneur […] alors que c’est la deuxième fois qu’il descend [en ligue 2, NDLR], c’est que pour sa gueule ! À sa place, j’aurais arrêté le foot depuis longtemps. »

Depuis qu’il est arrivé en 2007, le club a connus 14 entraîneurs, soit plus d’un par année, ce qui est au dessus des “standards” déjà très court du “football moderne”.

Parmi eux il y a Michel Der Zakarian, ancien joueur du club, qui a été licencié deux fois malgré qu’il ait fait remonter deux fois le club en ligue 1 !

Contre le football moderne

Contre le “football moderne”

Waldemar Kita est un personnage qui a tout du grand bourgeois détestable, bronzé aux UV, méprisant envers les classes populaires, etc. Il cristallise autour de sa personne tout une opposition, surtout de la part des supporters les plus fervents et les plus jeunes.

Il n’est cependant qu’une figure,représentant un système et des enjeux économiques soumettant le sports, que l’on peut résumer à travers la critique du “football moderne”.

Les traditions n’ont pas toutes disparues au FC Nantes, mais elles ne se maintiendront pas éternellement. L’histoire du football et des réalisations humaines en général est certes marqué par des changements. Il ne faudrait pas être figé dans le passé. Mais la situation du FC Nantes laisse malgré tout, somme toute, le sentiment amer d’un immense gâchis.

Voici pour finir un extrait de la réaction très vives, très authentique, de Vahid Halilhodzic (champion de France en 1983) parue dans la presse locale après la seconde relégation du FC Nantes il y a presque 10 ans.

« Le FC Nantes n’est pas mort ce week-end, il est enterré depuis pas mal de temps. C’est scandaleux !

Ses philosophes de joueurs ne savent pas que le FC Nantes c’est autre chose. Les gens sont résignés, déprimés. On n’a pas su tirer les leçons de la première descente.

Avec la remontée, certains ont pensé qu’ils étaient en droit de donner des leçons à tout le monde. C’est incompréhensible.

Ce club synonyme de stabilité, de travail, est tombé si bas. C’est facile d’accabler les gens mais quand tu joues mal, tu essaies au moins de courir, de te battre, de compenser avec de la générosité, de la volonté pour masquer ton manque de talent. Mais je n’ai même pas vu ça !

Ce vestiaire doit être confronté à pas mal de problèmes, c’est du moins l’impression qu’il donne de l’extérieur.

Ils ont réussi à tuer un monument du football, il fallait être costaud pour faire ça. Ils n’ont pas seulement détruit l’image de ce club mais aussi son âme.

Des communicants ont tenté de cacher la réalité mais le FCN est profondément malade à tous les niveaux.

La preuve, sa source inépuisable de talents, en l’occurrence le centre de formation, semble tarie. Où sont les jeunes ? Il faut un changement radical, surtout des gens plus compétents. »

No Comments Yet

Comments are closed