La chasse à courre et la chasse, un dispositif pour l’hégémonie de la Droite

Le capitalisme consiste en le capital qui se reproduit à chaque cycle, en s’agrandissant grâce à l’exploitation des ouvriers : c’est ce que dit Karl Marx dans son fameux ouvrage intitulé Le capital. Ce long ouvrage n’aborde malheureusement pas l’une de ses conséquences : que les mentalités restent prisonnières de ce qu’on peut appeler des sortes de séquence de cette production capitaliste.

Chasse à courre

C’est une question d’habitude : lorsqu’on travaille d’une certaine manière, qu’on vit au quotidien d’une certaine manière, qu’on recommence, on ne se dit pas que les choses pourraient être différemment et de toutes façons on n’a aucun recul sur ce qu’on fait, ni sur ce qu’on est !

Des valeurs comme la chasse sont ici fondamentales, car elles traversent ces séquences de reproduction du capitalisme, donnant aux traditions de la société l’apparence d’une chose éternelle…

« Cela a toujours été ainsi… cela sera toujours ainsi »

Il va de soi que de telles valeurs peuvent être très variées. Cela peut être la possibilité d’avoir du grand spectacle au cinéma… jusqu’au fait que le syndicat négocie avec le patronat, ou bien encore un tournoi qui revient régulièrement comme Roland-Garros ou la coupe du monde de football.

Cela a toujours été ainsi… cela sera toujours ainsi. On pourrait penser pourtant que la chasse est quelque chose de dépassé, a fortiori la chasse à cour, et que partant de là le capitalisme pourrait s’en passer : après tout il y a bien d’autres choses qui donnent l’impression d’éternité aux traditions.

Seulement, cela se passe dans les campagnes et on sait comment le capitalisme a anéanti la culture dans les campagnes, la culture… mais aussi la nature. Il y a peu à faire culturellement dans les campagnes et il faut bien maintenir l’illusion qu’il y aurait un lien avec la nature, pour dire que les campagnes sont encore intéressantes.

La chasse est donc proposée comme lien, comme vécu en rapport avec la nature. En fait, les chasseurs sincères ne pourront être réellement convaincus que lorsqu’on les amènera à remplacer leur fusil par un appareil photo. Sur le plan de la fascination de la nature, ils n’auront pas l’impression d’avoir changé pour autant !

Chasse à courre

Le discours des chasseurs est incohérent

Il ne faut pas oublier non plus que la chasse, ce sont des armes et une hiérarchie très stricte, avec les notables à la tête de cette hiérarchie. Cela fait donc que s’il y a une révolution ou une rébellion sociale de la Gauche, les notables pourront rameuter les chasseurs avec leurs armes pour faire comme en 1871 et en 1968 : par la peur, mobiliser la France profonde.

Mais la France profonde n’est plus celle de 1871 ni de 1968, c’est une France qui refuse la grande ville et a souvent choisi la petite propriété pour chercher à profiter de la vie, tout en étant consciente au moins un peu des limites de sa vie quotidienne.

L’absence d’infrastructures – de la santé à la culture en passant par l’éducation – est un problème essentiel, sans parler du rapport aliéné avec la nature. C’est cela qui fait que le refus de la chasse à courre a pu se cristalliser dans une ville conservatrice comme Compiègne. L’hégémonie de la Droite est tombée là-bas sur ce plan, car le rapport dévoyé par la nature a été considéré comme insupportable.

Ce qui ne passe plus vraiment pour les gens, au moins en partie, c’est cette idéologie de guerre de chacun contre chacun du capitalisme plaqué sur la nature pour justifier la chasse. La chasse serait naturel et nécessaire, apprécier la nature et aimer les animaux aboutiraient à chasser… le discours des chasseurs est incohérent, il n’a comme fonction que de maintenir l’hégémonie des valeurs de Droite.

Avec succès jusqu’ici ! A la Gauche de s’assumer pour être capable de renverser cette hégémonie.

No Comments Yet

Comments are closed