La première guerre mondiale, les républiques, les empires

Marine Le Pen a affirmé il y a peu que les empires, et non les nations, étaient responsables de la guerre. C’est un discours parallèle à celui d’Emmanuel Macron sur l’unité européenne contre les nations, dans le sens où cela témoigne d’une course à la puissance, au renforcement dans le cadre d’une éventuelle guerre pour le repartage du monde.

Marine Le Pen

Il y a quelques jours, Marin Le Pen a expliqué qu’Emmanuel Macron aurait tort de dénoncer le nationalisme comme cause de guerre. Selon elle, la première guerre mondiale aurait été provoqué par les empires, non par les nations. Et selon elle encore, Emmanuel Macron serait justement partisan d’un empire, l’empire européen, ne pouvant conduire qu’à la guerre.

A l’arrière-plan, on retrouve beaucoup de choses. Marine Le Pen reprend le thème classique comme quoi seuls les empires – l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, voire la Russie – auraient été les forces motrices de la tendance à la guerre. Sauf que la Grande-Bretagne était alors un empire, et que qui plus est la France l’était aussi, en tant que « République » étant un empire colonial.

La France de la première guerre mondiale n’était pas un État national, mais un empire multiculturel ne sachant pas comment faire pour maintenir son emprise, oscillant entre universalisme avec intégration de tous et demi-apartheid.

Il y a également chez Marine Le Pen la seconde idée qu’une France non alliée à l’Allemagne tirerait davantage ses épingles du jeu, alors que les États-Unis et la Chine vont à la confrontation. Une « république » avec une base sociale contrôlée serait plus sûre, plus à même de manœuvrer, qu’une France intégrée dans une Union Européenne centralisée dans sa direction par une tête franco-allemande.

Ce qui revient à cette idée malsaine, fondamentalement malsaine, de placer son pays sur l’échiquier géopolitique des affrontements mondiaux, de raisonner uniquement en termes de partage et de repartage du monde.

Il ne faut pas ici se voiler la face, une partie importante des Français raisonnent déjà ainsi, expliquant que « les Chinois vont nous bouffer », qu’il existe un complot américano-sioniste, que Merkel veut un grand Reich allemand de nouveau, ou bien encore que seule l’Union Européenne peut relancer la France dans la course mondiale.

Un raisonnement du même type explique que l’écologie ne sert à rien en France, car seuls les États-Unis et la Chine compteraient si on s’intéresse à ce domaine.

Le problème de fond est que la France a été une très grande puissance, qu’elles est affaiblie, mais encore très puissante. Il y a donc un complexe et souvent la volonté de la grenouille de se faire plus grosse que le bœuf. Il y a un sentiment inacceptable de perte de puissance impérialiste, qui provoque des réactions épidermiques nationalistes.

Tout cela accumulé risque de transformer le pays en cocotte-minute nationaliste, avec des fractions politiques s’affirmant pour ou contre l’Union Européenne, mais toujours avec comme seule perspective le renforcement de la France.

Jean-Luc Mélenchon, qui ne critique jamais l’armée française comme institution et appelle la France à développer économiques les zones océaniques qu’elle contrôle, est un bon exemple d’une telle variante, ici sociale-impérialiste, c’est-à-dire sociale en parole, impérialiste dans les faits.

Cela n’est pas gai et ce sentiment de frustration impérialiste peut nous péter à la figure, tout comme le ressentiment italien a été marquant après 1918, dans un pays victorieux mais à qui la victoire n’a rien apporté, à part cette impression d’être une puissance de seconde zone.

On sait comment est le patriotisme français, hautain au point d’accepter une critique éventuelle de gens d’autres pays, mais de mauvaise foi et prompt au nationalisme. Il y a là une bombe à retardement culturel.

No Comments Yet

Comments are closed