Les gilets jaunes et la question du fascisme

Peu de gens en France ont vraiment étudié le fascisme et savent qu’il consiste en un mouvement élémentaire d’une base populaire soucieuse de régénérer la société, poussé par une partie de la bourgeoisie. Les gilets jaunes ont tout à fait le profil social correspondant à cela.

Quand une révolte est portée par les couches sociales intermédiaires mais pas les ouvriers, de manière élémentaire et non rationnelle, sur des revendications à l’intérieur du cadre étatique, on sait déjà que la Gauche a perdu.

De manière instinctive, beaucoup de personnes ont à l’origine été très méfiantes du mouvement des gilets jaunes précisément pour cette raison. Les gens davantage conscients en comprennent les modalités, ils connaissent l’expérience du fascisme italien, du national-socialisme allemand, et n’oublions pas les Croix de Feu françaises.

Les violences ayant émaillé le quartier des Champs-Élysées à Paris ce samedi 24 novembre renvoient d’ailleurs directement à l’expérience historique de février 1934 dont les Croix de Feu furent la principale ligue menant l’agitation.

Cela ne tient pas seulement à la présence hier de nationalistes, de drapeaux bleu-blanc-rouge et de l’hymne nationale haranguée entre les appel à aller directement chercher le Président à L’Élysée, mais bien à la nature même de l’événement et du mouvement qui l’a porté.

Les Croix de Feu françaises avaient à l’époque acheté Le Figaro, une fois devenu le Parti Social Français, et il est assez intéressant historiquement de noter que Le Figaro soutient depuis le début le mouvement des gilets jaunes, et ce de manière véhémente.

Ces derniers sont présentés comme la vraie France contre les élites, ce qui est énorme intellectuellement quand on connaît le lectorat du Figaro Magazine et de Madame Figaro le week-end. Mais il est vrai que les élites sont divisées et qu’on reconnaît là le grand conflit entre les bourgeois nationaux-agressifs, et les bourgeois modernistes-cosmopolites représentés par Emmanuel Macron.

Une figure de Droite comme Bruno Retailleau, qui était un personnage de première importance lors de la campagne pour la Présidentielle de François Fillon, représente quant à lui les bourgeois nationaux-agressifs. Ce n’est pas pour rien qu’il justifie ouvertement les violences au Journal du Dimanche :

« Emmanuel Macron récolte ce qu’il a semé. À force de détruire méticuleusement les corps intermédiaires, il se retrouve seul face aux Français. Quand on se prend pour Louis XIV, on peut s’attendre à des frondes ».

De son côté, le gouvernement connaît ses classiques et fait par la voix de son Ministre de l’Intérieur le parallèle avec les affrontements fascistes de 1934, tout en insistant sur le rôle de Marine Le Pen qui représente elle aussi les nationaux-agressifs, tout comme Nicolas Dupont-Aignan.

Dans les années 1920 et 1930, les nationaux-agressifs étaient organisés dans des partis de droite qui se sont vus appuyer par une nouvelle formation, de droite mais populaire et communautaire, les fascistes.

Contrairement aux commentaires que l’on voit régulièrement sur le caractère « socialiste » des nazis, ceux-ci se sont toujours définis comme étant de droite et faisaient par conséquent des alliances à droite. Le fascisme de Mussolini s’est pareillement institutionnalisé avec la Droite.

Il s’agissait de mouvements de masse mais leur victoire a été leur intégration institutionnelle, par les élections, dans l’État. La Droite a été leur porte ouverte pour ce processus, dans le cadre de l’unité contre la Gauche.

Or, ces mouvements populaires fascistes avaient une base sociale surtout composée de petits-bourgeois, de commerçants, d’artisans. Il y avait des ouvriers aussi, mais ce n’était pas le cœur du sujet, très loin de là. Contrairement aux cadres de ces mouvements, très politisés, la base voulait juste un « rétablissement », un « redressement », une « remise en marche ».

Impossible de ne pas voir un parallèle au moins minime avec les gilets jaunes aujourd’hui.

Cela ne remet pas en cause le fait que ceux-ci relèvent de la lutte de classes. Pas du tout, et c’est bien là la question de l’antifascisme, qui a comme but d’unifier le peuple sur une base autre que celle du fascisme.

Il va de soi que l’antifascisme qui se contente de critiquer les « fachos » est représentatif d’un anarchisme en perdition qui n’est d’aucun intérêt ici, pour autant qu’il en ait jamais eu. Il faut parler aujourd’hui du véritable antifascisme, celui des années 1920 et 1930, celui où la Gauche savait s’unir pour être à même d’établir suffisamment d’amplitude pour contrer le fascisme sur son terrain.

Ce terrain, c’est celui de la lutte des classes, celui des luttes sociales et de la perspective d’une société où l’on peut vivre de manière bonne et juste. Pour nous, c’est le socialisme, pour le fascisme, c’est un capitalisme restructuré, avec une dynamique chauvine et militariste.

No Comments Yet

Comments are closed