Les Français sont des fanatiques du positivisme

Les Français râlent et protestent, mais sans jamais basculer dans un refus complet et décidé du système dominant. C’est que, pétri du positivisme d’Auguste Comte, de l’idéologie républicaine, de radicalisme et de franc-maçonnerie, ils croient dans tous les cas qu’on avance forcément vers le mieux.

La Parabole des aveugles, Pieter Brueghel l'Ancien (1568)

Les Français râlent tout le temps, se plaignent, protestent, mais cela ne va jamais plus loin qu’un certain stade ; positiviste, le Français relativise tout et considère qu’il ne faut jamais « tomber aussi bas », au point d’être négatif.

Non pas qu’il n’y ait pas de nihilisme en France, mais justement c’est là un point déterminant. Si l’on regarde les punks français, ils n’ont jamais porté de réelle dynamique négative, ils ont immédiatement été nihilistes. Ils n’ont pas porté de scène alternative, comme cela a pu être le cas dans d’autres pays. Ici c’est le « punk à chien » qui a prévalu, ou bien le squater drogué.

On aurait tort de voir en cela une anecdote. C’est bien parce qu’ils n’assumaient pas le négatif en bloc que les socialistes et les syndicalistes ont basculé dans le patriotisme en 1914. Si François Ruffin porte un maillot de football au parlement, c’est bien au parlement qu’il le fait. Et si des députés de La France insoumise viennent de demander à ce que la PMA puisse exister pour chaque femme, y compris une femme seule ou une femme se considérant comme trans et donc comme un homme, c’est bien parce que, somme toute, le système tend vers quelque chose de positif, il n’y a pas à être négatif.

Il faudrait donc accompagner ce progrès, le souligner, l’élargir, le renforcer. Il ne faut pas se leurrer, les protestations de la CGT ou les affirmations LGBTQ+ sont toutes depuis l’intérieur du système, financées par lui au moyen des financements des syndicats et des associations, des mairies, des médias, etc. Il ne s’agit pas d’un rejet négatif, pour construire autre chose, mais d’un aménagement intérieur, se présentant comme une radicalité qui n’est en fait nullement cela.

Les gens en France ont intégré cela et le vivent très bien. Ils savent qu’il y a une incohérence entre leur discours de rejet et leur confiance absolue en le régime, mais ils s’en accommodent, comme les catholiques français s’accommodent de ne pas suivre les règles du Vatican à la lettre. L’esprit français se veut au-dessus de toutes ces « mesquineries » qui ne sont rien par rapport aux avancées contre lesquelles on ne peut rien de toutes façons.

Les Français sont, finalement, tous les adeptes d’Auguste Comte et de son positivisme, idéologique qui va de paire avec les principes républicains, la franc-maçonnerie, et le parti politique historique qui va avec, celui des centristes. Ils pensent qu’on va toujours vers le mieux, dans tous les cas. Il ne peut pas y avoir de chose si catastrophique que cela.

Lorsque la guerre a été déclarée en 1914, les socialistes français n’y ont donc vu qu’un intermède ne changeant rien au progrès inéluctable. Inversement, la défaite de 1940 a laissé les Français tétanisés, totalement ébranlés dans leurs certitudes, au point d’être le peuple le plus ridicule en Europe à ce moment-là, de par son incapacité à avoir un esprit d’indépendance et de résistance.

C’est un trait français qui va avec : quand cela va, cela va parfaitement et les Français avancent avec la certitude de l’ingénieur, du géomètre, du magistrat. Toutefois quand le positivisme s’avère un leurre, le monde tombe sur la tête des Français, qui sont alors d’une paralysie historiquement dramatique.

Voilà pourquoi la Gauche doit assumer d’être négative aussi, ce que les Français n’aiment pas : ils râlent, mais détestent ce qui est négatif. C’est pourtant le négatif qui permet de faire avancer les choses vers ce qui est nouveau, c’est le principe de la transformation de la réalité. Il ne s’agit pas d’accompagner l’État et des réformes « progressistes » qui sont en fait libérales. Il en va du socialisme, de la transformation de la société, de l’ensemble des moyens de production, de l’État, des choix moraux de la société elle-même.

Il faut donc avoir le courage de dire de choses qu’elles sont mal, qu’il faut les rejeter, les combattre, non pas en les mettant de côté, mais en les éradiquant, elles et leur source. Les Français s’en sortent trop facilement en disant que tout n’est pas blanc et que tout n’est pas noir !