La Gauche française doit défendre la « doctrine Mitterrand » face à la Droite italienne

Malgré les heurts diplomatiques très violents avec le gouvernement italien, Emmanuel Macron et son exécutif entendent collaborer ouvertement avec lui pour remettre définitivement en cause la « doctrine Mitterrand ». Le symbole est très fort et consiste en une violente attaque contre la Gauche française.

Emmanuel Macron est un partisan acharné du « et en même temps », ce qui le rend difficile à saisir. Il fait jouer du Daft Punk par l’orchestre militaire le 14 juillet, tout en défendant bec et ongles les chasseurs et leur style suranné. Et s’il dénonce ouvertement le gouvernement italien et son populisme, il le soutient entièrement dans son harcèlement concernant les Italiens réfugiés en France dans les années 1970, 1980, voire 1990.

Ces derniers jours, il est en effet beaucoup parlé de la remise en cause ouverte de la « doctrine Mitterrand », qui accorde un asile politique non-officiel à tous les Italiens qui ont participé aux activités de la Gauche ayant choisi de lutter par les armes dans leur pays et ayant par la suite choisi de refaire leur vie dans le nôtre. À l’époque, le Parti socialiste et la Gauche française avaient, pour de multiples raisons, considéré que c’était un devoir que de protéger ces ex-activistes. Aujourd’hui, la Droite italienne voit un espace pour briser cet obstacle et relancer son harcèlement contre tout ce qui est de Gauche en général.

> Lire également : La « doctrine Mitterrand »

Emmanuel Macron et le gouvernement français soutiennent donc cette démarche. Dans une interview au Monde du lundi 18 février 2019, la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau est explicite :

« Il n’y a aucune raison de s’opposer à une éventuelle extradition (…). Je pense que notre pays a longtemps vécu en sous-estimant le traumatisme qu’a pu être le terrorisme en Italie ou en Espagne et que l’on a traité avec une indifférence, que je ne partage pas, la violence aveugle qui s’est exercée chez certains de nos voisins. »

Le fait de parler de violence aveugle est d’une stupidité ahurissante, surtout après les attentats jihadistes, dont on voit immédiatement qu’ils n’ont rien à voir avec la violence politique des années 1970 et 1980. Il est également intéressant de voir qu’elle mentionne l’Espagne, dont tout le monde sait à Gauche que c’est un pays qui a été très profondément marqué par le franquisme. C’est une volonté de nier que l’Italie et l’Espagne ont une histoire tourmentée… Et ce d’ailleurs jusqu’à aujourd’hui, puisque les responsables indépendantistes catalans viennent de voir leur procès commencer !

Quant à l’Italie, tout le monde sait que ce pays ne s’en sort pas. Et c’est tout de même surprenant : dans ses tourments politiques, le pays est passé de Berlusconi à la Droite la plus assumée, et le gouvernement italien ne se prive pas de dénoncer Emmanuel Macron et le gouvernement LREM… qui soutiennent pourtant les demandes d’extradition !

> Lire également : Les motivations de la « doctrine Mitterrand »

On a eu Luigi di Maio, vice-Premier ministre italien, qui en janvier a accusé la France de piller l’Afrique au moyen du franc CFA, en s’appuyant ouvertement sur les arguments du militant d’extrême-droite Kemi Seba, professant un ethno-différentialisme exacerbé et ouvertement antisémite. Et le même, par ailleurs dirigeant du « Mouvement 5 Étoiles » ultra-populiste, est venu début février en déplacement à Montargis, dans le Loiret, comme il l’explique dans un message :

« Aujourd’hui, nous avons fait un saut en France et nous avons rencontré le leader des Gilets jaunes Christophe Chalençon et les candidats aux élections européennes de la liste RIC d’Ingrid Levasseur »

Rappelons que ce Christophe Chalençon parlait encore récemment de groupes para-militaires prêts à rétablir l’ordre dans le pays…

C’est une situation inédite et la France n’a pas moins que rappelé son ambassadeur à Rome, pour la première fois depuis 70 ans, pour « consultations » à Paris, ce qui est en diplomatie un grand signe de protestation. Le communiqué officiel est sans ambiguïtés :

« La France a fait, depuis plusieurs mois, l’objet d’accusations répétées, d’attaques sans fondement, de déclarations outrancières que chacun connaît et peut avoir à l’esprit. Cela n’a pas de précédent, depuis la fin de la guerre. Avoir des désaccords est une chose, instrumentaliser la relation à des fins électorales en est une autre.

Les dernières ingérences constituent une provocation supplémentaire et inacceptable. Elles violent le respect dû au choix démocratique, fait par un peuple ami et allié. Elles violent le respect que se doivent entre eux les gouvernements démocratiquement et librement élus.

La campagne pour les élections européennes ne saurait justifier le manque de respect de chaque peuple ou de sa démocratie. Tous ces actes créent une situation grave qui interroge sur les intentions du gouvernement italien vis-à-vis de sa relation avec la France. À la lumière de cette situation sans précédent, le gouvernement français a décidé de rappeler l’ambassadeur de France en Italie pour des consultations. »

Cela n’empêche donc pas le gouvernement français de répondre favorablement aux pressions de ce même gouvernement au sujet des réfugiés italiens en France. Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, d’extrême-droite, entend « récupérer » 14 personnes, qui selon lui « boivent du champagne sous la tour Eiffel »… Et le gouvernement français est d’accord pour participer à cette mise en scène de la Droite italienne la plus dure, la plus populiste.

La Gauche française ne peut pas rester passive à moins de se renier. Et cela d’autant plus après l’arrestation au Brésil de Cesare Battisti, qui s’était réfugié là-bas après un long périple depuis la France, qui avait renié sa parole liée à la « doctrine Mitterrand ». Le nouveau président brésilien, de la Droite la plus dure, a immédiatement donné satisfaction au gouvernement italien. Si le gouvernement français s’aligne, cela ne fera qu’appuyer la Droite.

Vous aimerez aussi...