Les mots de Marion Maréchal contre l’« hanounacratie »

Les propos de Marion Maréchal sont rares et toujours très commentés. Elle vient de rédiger un long texte dans lequel elle oppose démocratie et « hanounacratie » ; c’est un positionnement politique.

Marion Maréchal a mis en place une newsletter dans son école hors contrat, l’ISSEP, et a écrit à cette occasion un long texte, intitulé « Le mot de Marion Maréchal : Démocratie ou hanounacratie ? ».

C’est un document très important, car cela a maintes fois été souligné ici, Marion Maréchal est une cadre dirigeante d’avenir, la clef du rassemblement de la Droite et de l’extrême-droite. Sachant que ses propos sont très suivis et commentés, elle place de manière adéquate les bases de ce prochain rassemblement. C’est une menace terrible pour la Gauche.

Ce qu’elle dit en effet, c’est qu’il ne faut pas porter d’attention aux gilets jaunes comme expression « économique, sociale ou territoriale ». Du point de vue de la Gauche, c’est évidemment au contraire là le seul intérêt, puisque culturellement et idéologiquement, les gilets jaunes sont réactionnaires. Mais du point de vue de la Droite évidemment, cela n’a pas d’intérêt et mieux vaut les voir comme expression d’une « maladie française ».

Comme Marion Maréchal relève de la Droite la plus dure, elle considère que cette maladie est « institutionnelle ». Or, justement les gilets jaunes ont évolué de plus en plus dans ce qui doit être considéré comme quelque chose de proto-fasciste, voire de fasciste, comme cela été très clair début février 2019.

Il faut donc en profiter ! Ce qu’elle dit, si on le décode, c’est ni plus ni moins qu’on peut profiter des gilets jaunes pour provoquer une crise de régime. Voici un petit extrait de sa prose :

« Ce n’est pas pour rien que ce mouvement a progressivement muté d’une forme de jacquerie fiscale vers des revendications d’ordre démocratique dont le RIC, référendum d’initiative citoyenne, est le marqueur principal. Cette crise politique est la conséquence d’un pouvoir devenu totalement illégitime. »

Marion Maréchal fournit alors les concepts. Le régime serait aux mains d’une « oligarchie dissimulée » apparue au cours des années 2000. Il s’agit désormais de tenir un discours très dur, anti « système », pour profiter d’une mobilisation populaire. Du point de vue historique, c’est ce qu’on appelle le Fascisme ; voici comment Marion Maréchal tourne cela :

« Le système – entendu comme le consensus idéologique d’une grande partie des dirigeants politiques, des grands décideurs économiques et des médias – vacille sous les coups de boutoir de ceux qui ne veulent plus tolérer un mécanisme démocratique confiscatoire dont ils ne tirent aucun bénéfice. »

Il faut ici comprendre quelque chose de fondamental : la violence, la dimension belliqueuse du fascisme, n’en est qu’un aspect, une sorte de force mobilisatrice initiale.  Celui-ci arrive cependant au pouvoir de manière « légale ». Cette légalité s’appuie bien-sûr sur des milices dans les rues, sur un État déjà policier, sur plein de choses qui ne relèvent pas de la démocratie… Mais le Fascisme s’exprime par l’intermédiaire d’une base populaire, avec une vaste capacité électorale.

C’est vrai pour les fascistes italiens comme les nationaux-socialistes allemands. Cela ne veut pas dire que les agressions systématiques de l’extrême-droite n’aient pas joué, que leurs bastonnades, leurs incendies, leurs meurtres… n’aient pas eu d’impact. Mais ils accompagnent toujours une progression électorale.

> Lire également : nos articles sur Marion Maréchal

Si on rate cela, on ne comprendra pas pourquoi Marion Maréchal explique que le « grand débat » est une fumisterie et que ce qui compte ce sont les élections. Ici notons qu’elle se démasque : elle prétend ne plus faire de politique, alors qu’elle explique que l’objectif c’est la victoire électorale ! Cependant ce qui compte surtout, c’est sa proposition d’une ligne stratégique à toute la Droite.

Une longue citation est ici nécessaire, pour bien voir comment elle définit ce que doit être le populisme.

« L’échange sur un projet de société, qui doit avoir lieu avec les Français, a un nom : il s’appelle élection. Ce sont les élections qui permettent d’encadrer et de trancher le débat. Or, il n’y a pas de réelle crise de l’idée démocratique : 89% des Français pensent que la démocratie est toujours le meilleur moyen de gouverner un pays.

« La tentation totalitaire » dont on accuse souvent « les populistes » français n’existe pas. Il existe une crise de confiance entre les gouvernants et les gouvernés. La concorde est brisée entre un peuple et son élite qui ne respecte pas la confiance qui lui a été accordée. Une élite de plus en plus homogène qui capte le pouvoir au détriment de la nation.
Le populisme du peuple est une réponse à l’élitisme des élites. Ce pouvoir creuse sa tombe en imaginant que la contestation des Français pourra être calmée en leur accordant un débat au paperboard dans une émission de divertissement ; en transformant leur vote en posts ou en tweets ; en faisant de la politique une franche rigolade.

C’est une illusion : l’oligarchie ne sera pas sauvée par l’hanounacratie. »

Il y a ici un aspect essentiel, qui a n’a  jamais été compris en France, malheureusement. Il est dit que le Fascisme est un totalitarisme, que les gens s’y comportent comme des robots, avec un contrôle absolu. C’est totalement inexact. Le fascisme est un libéralisme absolu et général, où chacun peut faire ce qu’il veut, du moment qu’il ne fait pas de politique. Les Italiens et les Allemands n’étaient pas du tout surveillés par une horde de policiers : ils soutenaient le Fascisme dans leur grande majorité, ils le portaient, ils en étaient très contents car ils considéraient qu’ils étaient ainsi débarrassés d’avoir à prendre la moindre responsabilité.

Si une chose est « totalitaire », c’est à l’opposé la Gauche, et c’est une bonne chose ! Car la Gauche est totalitaire quand elle dit que la Droite a tort et doit s’effacer, quand elle dit que le capitalisme est une chose à supprimer, que le partage social doit être la norme indiscutable. Mais cela c’est la Gauche historique et on en est encore loin… Par contre, la Droite historique a clairement commencé à se reconstituer.