Armance de Stendhal (1827)

Armance ou quelques scènes d’un salon de Paris en 1827, plus connu sous son titre abrégé Armance, est le premier roman de Stendhal, publié en 1827. S’inscrivant dans la période romantique, ce roman nous fait part d’une description des mœurs de l’époque de la noblesse sous la Restauration française à travers une histoire d’amour mêlant le jeune Octave de Malivert à sa cousine Armance de Zohiloff.


Stendhal expose la situation sociale d’une noblesse spoliée après la Révolution française, bénéficiant d’indemnités en conséquence de la loi du « milliard aux émigrés » signée par la Chambre en avril 1825. Ces « émigrés » étaient des monarchistes ayant décidé de fuir la France entre 1789 et 1815 dans le but de combattre les forces révolutionnaires de l’extérieur ou de fuir la Terreur.

De par ce roman, Stendhal propose ainsi une critique globale de la noblesse.
Octave de Malivert est présenté comme en contradiction totale avec sa classe sociale.
Politiquement, il partage des idées libérales et progressistes contrairement à sa famille qui est le profil emblématique d’une noblesse réactionnaire.

C’est un jeune homme brillant issu de la noblesse qui vient tout juste de sortir de l’école de Polytechnique. Par le biais de sa famille, il rencontre sa cousine Armance de Zohiloff pour qui il s’éprend d’amour, sentiment entretenu réciproquement par cette dernière.

La belle Armance de Zohiloff vient de la même couche sociale que lui et est originaire d’une famille russe.

L’intrigue se poursuit alors entre malentendus et confusions de la part des deux amoureux, chacun n’osant déclarer ses sentiments à l’autre.

Octave se verra toutefois contraint d’avouer son amour à Armance, ce qui donnera suite à de nombreuses péripéties.

Sur le plan émotionnel, Octave est également incompris par sa famille. C’est un personnage complexe qui ne peut être heureux en raison de son impuissance sexuelle qu’il garde comme un secret. Il éprouve ainsi un profond mal-être, allant jusqu’à se comparer lui-même à un monstre.

Cette souffrance interne que ressent Octave est une expression du romantisme français. On retrouve également dans ce roman l’obsession de la noblesse pour le mariage. La famille de Malivert veut absolument marier Octave pour ses propres intérêts, cela étant le principal moyen de se reproduire socialement.

Dans son avant-propos, Stendhal commence par tromper le lecteur en ne se présentant non pas comme auteur mais comme correcteur d’un livre lui ayant été remis. Par ce fait, il a pour objectif d’écarter les critiques et la censure, ainsi que d’évincer une certaine responsabilité. Ce roman se veut être un « miroir au public », formule qui par la suite caractérisera l’auteur, dont l’œuvre la plus célèbre est Le rouge et le noir.

Cette œuvre est écrite d’une manière très fluide et accessible à tous. Le lecteur se voit ainsi voyager dans cette France du XIXe siècle sous la Restauration, avec des données géographiques très détaillées.

Stendhal laisse le lecteur découvrir le secret d’Octave avec minutie au fil du roman en attendant de lui une certaine patience. Il émet également des sous-entendus à ce sujet, rendant l’intrigue intéressante.

No Comments Yet

Comments are closed