Un acte XVI des gilets jaunes simplement vulgaire

L’image symbolique de l’acte XVI des gilets jaunes, ce sont ces femmes en gilets rouges avec une cocarde rouge sur la capuche, des bandes noires sur la bouche pour symboliser que la France serait bâillonnée, en train de pointer du doigt une succursale de la BNP à Lille. C’est, somme toute, le symbole de « la France » contre « la finance », c’est-à-dire, pour dire les choses clairement, un exemple de plus du caractère tout à fait brun des gilets jaunes.

Comment qualifier autrement ce qui relève d’une dénonciation du « mauvais » capitalisme, présenté comme parasitaire, sans aucune critique rationnelle du capitalisme en général ? Quiconque est de Gauche ne peut que s’apercevoir que depuis trois mois, les gilets jaunes étouffent littéralement toute contestation politique, toute lutte sociale, tout mouvement à la base. Le populisme des gilets jaunes, avec ses simplifications outrancières et sa démagogie, a asséché massivement toute « opposition ».

Les 40 000 personnes qui se sont mobilisées hier en France témoignent par ailleurs d’une énième transformation des gilets jaunes : désormais, c’est un style. Il y a une manière gilets jaunes de poser les questions, de formuler les réponses. C’est la conséquence logique de l’hégémonie des gilets jaunes sur « l’opposition » au gouvernement.

C’est donc désormais bien un mouvement politique à part entière. En passant d’environ 300 000 à un noyau dur d’autour de 40 000 personnes, il y a eu beaucoup de contorsions, mais les bases sont maintenant posées, le populisme à la gilet jaune a des contours bien définis. Sur le plan des idées, c’est un syncrétisme, puisant au populisme de Jean-Luc Mélenchon, à l’ultra-gauche, à l’extrême-droite complotiste, au nationalisme. Il est parlé de la « tyrannie de la Macronie », d’une « France pillée par l’oligarchie ».

Les approches, quant à elles, sont éclectiques, comme hier. À Paris, les quelques milliers de gilets jaunes ont marché sur douze kilomètres, avec encore et toujours les Champs-Élysées, cette obsession. Il n’y avait qu’une vingtaine de personnes à Nice, alors qu’à Nantes un peu moins de 2000 personnes étaient rassemblées pour ce qui devait être le grand rassemblement de l’Ouest, avec une traditionnelle ultra-gauche très agressive comme à son habitude, alors que sa variante toulousaine a mis en place des ballons remplis d’excréments comme projectiles.

À Angers, un centre commercial a été bloqué, tandis qu’un millier de gilets jaunes était présent dans le centre de Toulon ; à Soissons c’est le centre commercial Cora, qui accueillait Miss France, qui a été le lieu d’un petit rassemblement, alors qu’un petit groupe organisait un péage gratuit à Chartres. Un autre petit groupe a tenté de bloquer la plate-forme Colis Poste à Erstein, plus d’un millier de personnes était présente à Colmar, cinq cent à Strasbourg, etc.

C’est là du folklore, du pittoresque, mais rien de politique, au sens où il n’y a ni perspective, ni valeurs, ni projet de société. Le drapeau français et l’image d’une France « assaillie » par la finance est le seul horizon de ce qui est une vision du monde véritablement grossière. Ou devrait-on peut-être dire vulgaire ?

Le terme a comme étymologie le mot latin vulgus, désignant la multitude. C’est donc ici très utile, car les gilets jaunes se prétendent le peuple, mais ne sont qu’une foule se vautrant dans l’outrance et la symbolique à peu de frais. C’est donc vulgaire, au sens où cela manque d’élévation, de distinction. Il n’y a pas de valeurs, de culture, d’organisation, tout ces traits du mouvement ouvrier historique, de la Gauche politique qui l’a porté.

En ce sens, si les gilets jaunes s’imaginent de grands rebelles, ils ne sont que le produit du grand lessivage apolitique de ces vingt dernières années, et l’ennemi le moins dangereux qui soit pour le capitalisme que, de toutes façons, les gilets jaunes ne remettent nullement en cause. La seule chose que remettent en cause les gilets jaunes, c’est la politique, et donc la Gauche, car finalement, qui a besoin de la politique à part la Gauche, la classe ouvrière, les exploités et les opprimés ?

No Comments Yet

Comments are closed