Yannick Jadot fait en sorte qu’EELV tourne le dos à la Gauche

Alors qu’Europe Écologie – Les Verts est historiquement un partenaire de la Gauche gouvernementale, son dirigeant Yannick Jadot a décidé de la placer sur une orbite « réaliste », c’est-à-dire d’en faire le grand remplaçant du Parti socialiste des années 1990-2000.

En Allemagne, un grand conflit avait frappé les Verts après leur émergence. Les realos, partisans de compromis, se voyaient confrontés aux fundis, accusant les premiers de compromissions. C’était un conflit entre deux tendances historiques de la Gauche allemande et ayant fourni les troupes aux verts : les partisans de la marche dans les institutions d’un côté, les anciens maoïstes de l’autre. Les premiers se tournaient vers les sociaux-démocrates, les seconds vers les autonomes dont Berlin-Ouest était le grand bastion avec sa centaine de squats ; finalement, les premiers ont gagné.

Les Verts français n’ont jamais eu ce parcours tourmenté, car ils ne viennent pas de la Gauche alternative, mais de différents milieux apolitiques pour qui l’écologie était surtout une critique culturelle de la civilisation industrielle. C’est, pour caricaturer, la même idéologie que les premiers magasins bios ou les promoteurs des magnétiseurs, des cours de yoga, etc. C’est un fond plutôt mystique, très ancré dans la perspective pétainiste.

Tout cela a été passé par-dessus bord avec l’émergence mondiale de l’écologie, aboutissant à faire des Verts un parti de carriéristes bobos des centres-villes, alliés au Parti socialiste pour qui il s’agissait d’un soutien idéal. L’exemple reflétant cet état d’esprit est Cécile Duflot lors du sommet de Copenhague, en 2009. Elle se fait filmer par les journalistes en train de prendre le train, mais est à Paris le lendemain pour le journal de treize heures. Elle est donc arrivée à Copenhague au bout de quinze heures de train pour reprendre l’avion pour un voyage de deux heures.

Comme le Parti socialiste est désormais dans les choux, Europe Écologie – Les Verts avait le choix de soit participer à la recomposition de la Gauche, soit tenter de formuler une propre ligne politique. C’est le second choix qui a été fait, Yanick Jadot se faisant le chef de file d’une approche favorable « à la libre entreprise et l’économie de marché », mais critique sur le libre-échange au niveau mondial. Il vient de publier Aujourd’hui tout commence, pour formaliser le tout. Dans une interview au Point, un média de Droite, il le résume de la manière suivante :

« Dans ce livre, j’explique à quel point le repli derrière nos frontières nationales ne serait protecteur de rien. Bien entendu que les écologistes sont pour le commerce, la libre entreprise et l’innovation. Mais le commerce doit se construire dans le respect de chacun, des hommes et de la nature, et non pas en abusant de dumping environnemental, social ou fiscal. »

Il n’est pas bien difficile de voir que Yannick Jadot espère récupérer les déçus du Macronisme. Il tente de se placer comme un Emmanuel Macron qui aurait assumé d’aller au conflit ouvert avec Donald Trump sur la question du réchauffement climatique, un Emmanuel Macron qui n’aurait pas soutenu ouvertement les chasseurs, un Emmanuel Macron qui « réussirait » le pari européen.

En étant mauvaise langue, on pourrait dire qu’il fait du Benoît Hamon, en moins social et en plus écologiste. Dans tous les cas, c’est quelque chose qui n’a rien à voir avec la Gauche historique.

Europe Écologie – Les Verts fait de l’écologie un support pour une relance du capitalisme, en affirmant que c’est le seul moyen pour l’écologie qui sinon n’existerait pas. C’est une simple capitulation devant les immenses enjeux, ce qui va de pair avec une trahison par rapport à la Gauche.

 

>> Retour à l'accueil