Tel un tango finlandais ( l’absurde concept d’« appropriation culturelle » )

La « gauche » post-moderne a fait de l’ « appropriation culturelle » un thème important à ses yeux. Mais l’appropriation n’existe pas : le sens de la vie, ce sont les échanges ininterrompus. Qui en a peur vit dans le passé.

L’humanité est composée de nombreux peuples, qui n’ont cessé d’échanger des objets et des idées. Il est vrai que parfois cela s’est déroulé dans des conditions qui ne sont pas idéales, mais l’Histoire n’a que faire des idées, elle vit dans le concret. Certaines étapes étaient malheureusement inévitables et la « découverte » de l’Amérique en fait partie. S’il s’agit bien sûr de prendre en compte les peuples amérindiens restant, cela ne veut pas dire qu’il faut faire de la « colonisation » une mauvaise « idée » alors que cela relève de tout un processus historique inévitable.

Mais on sait justement que ce terme d’inévitable n’existe pas pour ceux qui raisonnent en termes de libre-arbitre, de choix, d’individus… bref, qui emploient les concepts libéraux en faisant passer cela pour du progressisme. Le colonialisme est pour eux un crime « conscient », commis par des personnes « conscientes » de ce qu’elles faisaient ; le concept d’ « appropriation culturelle » est directement liée à une telle vision des choses.

Chaque communauté aurait ses valeurs propres, qu’elle a produit elles-mêmes et qui ne devraient pas être récupérés, ce qui n’est ni plus ni moins que le même discours ethno-différentialiste que les racistes de la fin du 19e siècle. Et voilà donc la « gauche » post-moderne dénoncer les blancs en dreadlocks ou l’utilisation de jeux de couleurs, de symboles, de musique par tel ou tel artiste. Ce serait du racisme, ce serait de la récupération culturelle visant à effacer telle ou telle communauté.

En cela ils ont raison, il s’agit bien d’effacer telle ou telle communauté, sauf qu’ils se trompent, car c’est une bonne chose. Être réellement de gauche, ce n’est pas seulement dire qu’il ne faut pas de racisme contre telle ou telle communauté, mais également qu’à terme, ces communautés se seront fondues dans un peuple uni. Voilà ce que réfute catégoriquement la « gauche » post-moderne qui ne fait que reproduire les valeurs idéalisés de la salade de macédoine américaine. Rappelons que l’expression provient directement de la Macédoine du 19e siècle, avec sa mosaïque de communautés non unies.

À écouter la « gauche » postmoderne, les Finlandais seraient ainsi des criminels, car ils ont adopté le tango comme rythme et mélodie, « volant » ainsi les Argentins pour développer toute une vaste musique populaire. Avec une telle vision, tout un pan de la culture finlandaise serait ni plus ni moins que faux, les Finlandais vivraient dans une abstraction complète. C’est là ne rien comprendre à ce qu’est la culture populaire.

Il n’y a en effet pas de création, que de la production. Tout vient toujours de quelque chose, à l’infini. La culture est toujours récupération, modification, amélioration, ouverture de nouvelles perspectives. Cela est vrai entre les gens, mais également entre les peuples. C’est comme cela d’ailleurs qu’on arrive finalement à une culture nationale, qui est le fruit de mélange de différents regroupements fusionnant à un niveau de culture supérieur. La culture puise toujours dans la culture, s’identifiant avec ce qu’elle peut trouver de meilleur, lui imprimant sa propre expérience.

C’est pour cela que les Français ont apprécié la polka, les Finlandais le tango, certains peuples arabes la musique andalouse, les Anglais le blues rock, etc. Croire qu’il y aurait des cultures séparées, comme des communautés séparées, quelle erreur ! Le métissage est un processus inévitable et juste quand il est spontané. Il ne s’agit pas de cohabitation, de « mêmes droits » à donner à tout le monde, mais bien que tout le monde soit pareil, formant un seul peuple, une seule culture, si riche qu’elle sera capable d’avancer en ouvrant toujours de nouvelles perspectives.

Si jamais on se demande ainsi à quoi ressemblera la culture d’un pays devenu socialiste, alors on peut répondre simplement qu’elle sera tel un tango finlandais. Elle puise dans le meilleur pour donner le meilleur, elle sait reconnaître ce qui est universel dans le particulier et le développer toujours plus.

Le tango finlandais n’est pas un mauvais tango, il n’est pas la négation du tango argentin, il n’est pas non plus une variante ou un sous-produit. Il est le prolongement universel de la vie du tango né sous une forme particulière. Il n’y a pas de culture sans vie et donc sans échange, sans universalité. Comment sinon apprécierait-on les œuvres du passé, les œuvres d’ailleurs ? On peut les apprécier, car il y a quelque chose en elle qui nous parle malgré toutes les différences, qui nous parle au-delà de nos différences. Il y a quelque chose de vrai pour tous.

Mais cela implique qu’il y a des choses vraies pour tous, et que c’est même ce qu’on appelle la vérité. Or, une société de consommation ne veut pas de vérités pour tous, seulement des vérités pour chacun. La « gauche » postmoderne ne fait que refléter cela en rejetant l’ « appropriation culturelle » qui est en fait un moyen inévitable d’avancer pour la culture… Ce qui ne veut pas dire qu’il suffit de faire de la récupération pour faire de la culture.

Tout cela apparaîtra bien évident à qui sait qu’il y a une culture populaire, à qui ne fait pas vivre ses idées à partir d’écrits d’universitaires coupés de toute réalité, vivant dans une tour d’ivoire et exerçant une véritable fascination pour une poignée de petits-bourgeois qui seraient bien les nouveaux Jean-Paul Sartre, les nouvelles Simone de Beauvoir. Qui travaille, qui sait ce qu’est la culture populaire, sait comment cela marche : on prend, on reprend, on échange, on apprend à soi, on apprend aux autres, on se tourne vers les autres et inversement, tout se combine, se recombine… Tel un tango finlandais.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed