« Être trans, c’est faire la révolution à l’intérieur de soi »

Cela a été l’un des plus grands hold-ups de la « gauche » postindustrielle, post-moderne, à l’américaine : profiter de la bataille pour les droits des femmes, les droits des homosexuels, et les détourner vers la théorie du genre et une conception identitaire de l’existence.

Voilà ce que dit Paul B. Preciado dans une interview à Libération («Nos corps trans sont un acte de dissidence du système sexe-genre») :

« Être trans, c’est accepter qu’on arrive à être soi-même grâce au changement, à la mutation, au métissage. C’est faire la révolution à l’intérieur de soi. »

La boucle est ainsi bouclée et en un sens il était temps. En s’appuyant sur la philosophie existentialiste affirmant qu’on est ce qu’on choisit d’être, sur la philosophie structuraliste expliquant que le monde est composé de structures sociales, idéologiques, culturelles, morales, économiques, etc., en s’appuyant sur la philosophie désirante de Michel Foucault et Gilles Deleuze faisant du désir le sens même de l’existence, la gauche postindustrielle a diffusé des thèses ultra-libérales en abusant les gens de Gauche.

Tous les acquis de la Gauche historique ont été massacrés. L’Histoire ? Elle n’aurait aucun sens, ce serait juste des événements qu’on rapprocherait plus ou moins, arbitrairement. La lutte de classes ? Du passé, il faudrait raisonner en termes de structures, comme avec le sociologue Bourdieu, et donc « déconstruire » les préjugés. Les droits des femmes ? Inutiles, puisqu’il n’y aurait plus que des individus et que chacun se définit comme il l’entend. Les droits des gays et des lesbiennes ? Une abstraction, puisque les sexualités seraient multiples à l’infini.

Jusqu’à présent, la gauche postindustrielle n’a jamais osé formuler les choses ouvertement ainsi, et attaquaient comme « réactionnaires » les tenants de la Gauche historique pour affirmer que c’était le fond de leur démarche. Le temps a suffisamment passé cependant pour que les masques tombent et l’interview dans Libération présentent des points de vue extrêmement claires :

Qui êtes-vous, Paul B. Preciado ?

La question de l’identité ne m’intéresse pas. Je ne me sens ni espagnol, ni français, ni catholique, ni homme… Ce qui m’intéresse, c’est la critique des normes sexuelles, de genre, raciales, patriotiques. Ce qui est le plus urgent n’est pas de défendre ce que nous sommes, homme ou femme, hétérosexuel ou homosexuel, mais de le rejeter, de se désidentifier de la coercition politique qui nous force à désirer la norme et à la reproduire. Comme le genre, la nation n’existe pas en dehors des pratiques collectives, qui l’imaginent et la construisent. Ce que je vois aujourd’hui, ce ne sont pas des identités, mais des rapports de pouvoir qui construisent le sexe, la sexualité, la race, la classe, le corps valide. Arrêtons de nous focaliser sur les identités, parlons plutôt des technologies de pouvoir, remettons en cause l’architecture politique et juridique du colonialisme patriarcal, de la différence des sexes et de la hiérarchie raciale, de la famille et de l’Etat-nation

L’auteur de ces propos s’est même installé à Athènes, ville qui serait elle-même en « transition ». C’est conforme aux propos tenus, qui sont une négation de toute la réalité sociale, culturelle, nationale, biologique, au profit d’une aventure individuelle et encore fondée uniquement sur sa propre conscience, dans l’esprit de Descartes.

Seulement, la Gauche historique ne se revendique pas de Descartes ni de Thomas d’Aquin, pas plus que de Maïmonide, Ghazali ou bien l’imam Khomeini. Elle se revendique de l’humanisme et de la Renaissance, des philosophes matérialistes des Lumières, des premiers utopistes socialistes, tout cela formant l’arrière-plan du mouvement ouvrier. Et là il n’y a pas d’esprit qui se balade au-dessus de la réalité et fait ses choix comme on fait du shopping.

« Mon genre est non-binaire »

Car c’est bien de shopping qu’il s’agit. L’ultra-libéralisme affirme qu’on peut et qu’on doit tout choisir : sa vie, son emploi, son sexe, son genre, son identité, sa nationalité, ses origines, sa personnalité, son appartenance ethnique, son type de sexualité, son type de couple, etc.

C’est totalement irréaliste d’un côté, cela s’oppose aux principes du déterminisme de l’autre. Et le déterminisme est la base de l’affirmation de la lutte des classes : sans la philosophie du déterminisme, il n’y a plus de classes, donc plus de luttes de classes, donc plus besoin de la Gauche historique.

Et c’est là l’objectif de la Gauche post-industrielle, qui veut se débarrasser du mouvement ouvrier, de la classe ouvrière, du Socialisme, des ouvriers eux-mêmes, de tous ces concepts pour elle dépassés, surannés, vieillis, d’un autre temps. C’est là même son objectif prioritaire, car la Gauche post-industrielle est née dans les universités américaines et diffusée en Europe par l’intermédiaire de l’Angleterre, en étant financée massivement par ces institutions éducatives du supérieur.

Si les universités américaines financent de telles personnes, ce n’est pas pour rien, c’est parce qu’il y a convergence d’intérêts, que ces gens se mettent au service de l’ultra-libéralisme. Il faut donc choisir : soit ces gens, soit le mouvement ouvrier avec la Gauche historique !

>> Retour à l'accueil