Andrea Kotarac de la France insoumise à un forum russe avec l’extrême-droite

Le conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes et membre de la France insoumise Andrea Kotarac était présent la semaine dernière à un forum international organisé par le pouvoir russe à Yalta. Il y a croisé Marion Maréchal et Thierry Mariani, ancien député de la Droite ayant rejoint Marine Le Pen pour les Européennes. La question de l’alliance avec la Russie est un sujet important pour ces personnes, dans une perspective nationaliste évidente.

Selon la démagogie classique de l’extrême-droite, largement partagée par Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise, la France devrait se libérer d’une certaine emprise américaine. Selon eux, le pays ne serait pas suffisamment indépendant et l’alliance avec la Russie serait un moyen de se renforcer sur le plan international.

C’est un point de vue nationaliste, qui envisage le monde en termes de blocs et de concurrence entre ces blocs, avec l’idée d’y tirer son épingle du jeu. C’est exactement le genre de raisonnement qu’a eu la partie des élites britanniques favorable au Brexit.

La Gauche, historiquement, ne sait que trop bien à quel point de telles perspectives sont des poisons pour le peuple et ne mènent qu’à la guerre et au fascisme. Si la question du racisme est souvent considérée comme l’aspect principal de la lutte antifasciste en France, cela est une erreur, car le danger majeur est vraiment le nationalisme.

La présence d’Andrea Kotarac à ce forum du pouvoir russe est ainsi pleine de sens, comme le sont ses propos relayés dans Le Monde :

« Je ne suis pas d’accord avec Mariani et Maréchal sur de nombreux sujets. Mais sur la défense de la souveraineté nationale et sur la nécessité de s’allier à la Russie, je suis d’accord »

« Je suis venu pour dire qu’une partie de la gauche française ne considère pas la Russie en ennemi, bien au contraire. »

Selon ce même journal, le Lyonnais prétend « avoir l’oreille de Jean-Luc Mélenchon » sur les questions internationales. Ce n’est pas étonnant, car ses propos sont conformes à la perspective sociale-chauvine du chef « insoumis ». La prose nationaliste d’Andrea Kotarac n’est de toute manière pas nouvelle et n’a jamais été condamnée par son organisation.

Il y a pourtant de quoi sauter au plafond quand on lit, dans sa tribune publiée dans Marianne le 8 mars dernier, que :

« La patrie doit être au peuple ce que la religion est à Dieu. »

Il s’agissait pour lui de défendre les gilets jaunes qui montreraient « à l’oligarchie française et européenne, promotrice d’une société post-nationale, que le peuple et la nation ont encore un sens. »

Andrea Kotarac s’est donc rendu à un Forum intitulé « Monde, Russie, Crimée » aux côtés de nombreuses figures nationalistes du monde entier. Il a justifié sa présence au site Sputnik en expliquant que «la Russie n’est pas un ennemi» et qu’il souhaite que les relations françaises avec ce pays s’améliorent.

Sa perspective nationaliste est là encore assumée de manière franche, avec des propos nationalistes que ne renierait pas Marine le Pen :

« la France aujourd’hui, après le Brexit, c’est la seule nation qui dispose de l’arme nucléaire en Union européenne, c’est la seule nation qui dispose d’un siège au Conseil de sécurité de l’ONU et c’est un pays qui doit être en avant-garde pour maintenir des relations stables et un partenariat avec la Russie ».

Il s’agirait pour lui, toujours d’après Sputnik, de promouvoir une France «ni prorusse, ni proaméricaine, simplement indépendante et qui gère ses intérêts sur le continent européen en partenariat avec la Russie».

Cette prose nationaliste est un poison, d’autant plus quand elle est mélangée à des prétentions sociales, avec l’idée que les classes sociales devraient s’unir derrière le drapeau national. .

La Gauche doit ici faire front contre ce qui représente une horreur historique, qu’on a connue dans les années 1920-1940 et qui a mené l’humanité à une catastrophe gigantesque. Si la critique des idéologies individualistes post-industrielles est juste, elle ne doit pas s’appuyer sur le romantisme nationaliste, mais sur la perspective de la Gauche historique : le Socialisme.

>> Retour à l'accueil