L’Union européenne est-elle l’un des plus grands espaces de démocratie, comme le disent les jeunes socialistes ?

Le Mouvement des jeunes socialistes a relayé et signé une tribune appelant la jeunesse à voter pour les élections européennes, parce que l’Union européenne serait l’un des plus grands espaces de démocratie. Qu’en est-il réellement ?

Deux associations destinées à la jeunesse, mais organisées par des adultes, ont commandé un sondage qui confirme ce que tout le monde sait. Les jeunes se désintéressent des élections et la plupart d’entre eux n’envisagent pas de se rendre aux urnes le dimanche 26 mai 2019.

L’enquête d’opinion réalisée par l’IFOP pour l’Anacej et les Jeunes Européens – France estime que seuls 23 % des jeunes de 18 à 25 ans pensent aller voter. Cela serait un record.

Le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) s’en est désolé et a signé la tribune publiée par ces deux associations pro-européennes (que nous reproduisons à la fin de l’article), afin d’appeler au vote.

Dans une publication Facebook, le MJS a partagé cette tribune en expliquant :

« L’Union Européenne est l’un des plus grands espaces de démocratie. Pourtant une part de sa population s’abstiendra en trop grand nombre : la jeunesse.

Si son doute est compréhensible, nous ne nous résignons pas à cette abstention qui consiste à laisser aux autres le choix de faire changer les choses.

Même dans des formes différentes, la jeunesse s’engage ; le 26 mai elle doit voter. »

Ce message est très problématique. On peut très bien déplorer le fait que la jeunesse ne s’intéresse pas aux élections et penser que l’abstention n’est pas une solution. C’est d’ailleurs l’une des grandes bataille de la Gauche que de politiser la jeunesse, au contraire de la Droite dont l’essence est de confisquer la politique au profit de notables.

Cependant, il faut savoir de quoi l’on parle, et ne pas lancer de grands phrases abstraitement, sans se soucier de la réalité. Appeler au vote pour défendre des idées, c’est une chose, et c’est le rôle de la Gauche ; c’est en tous cas le choix qu’elle a quasiment toujours fait historiquement. Cela n’a toutefois rien à voir avec le fait de défendre le vote pour le vote, en faisant la promotion des institutions elles-mêmes.

N’est-il pas problématique d’ailleurs de la part de Julien Lesince, le « responsable des relations avec les partenaires aux Jeunes Socialistes », de signer cette tribune aux côtés du délégué général des Jeunes avec Macron ?

Cela ne revient-il pas à vouloir dépolitiser la jeunesse, en faisant comme si tout se valait, comme si la Droite et la Gauche étaient deux options tout autant acceptables, relavant d’une sensibilité personnelle ? C’est d’ailleurs le discours des populistes que de dire que la Gauche et la Droite se valent et on connaît les ravages que font de tels propos.

Le point de vue de la Gauche, c’est au contraire de considérer que cette société ne fonctionne pas comme elle le devrait, qu’il faut la changer en profondeur. Les modalités du changement différent suivant les courants de la Gauche, mais l’idée est toujours de proposer un accès égalitaire et massif aux richesses par un fonctionnement démocratique général.

La Droite ou les libéraux-centristes tels Emmanuel Macron disent l’inverse. Ils pensent que cela est très bien qu’il y ait des riches et des pauvres, que ce sont des personnes riches et bien établies qui doivent diriger, etc.

D’ailleurs, n’a-t-on pas appris récemment qu’Emmanuel Macron a largement fait financer sa campagne présidentielle par des personnes riches, contournant toute pratique démocratique réelle pour se faire élire avec de grands moyens ?

Quel sens cela a-t-il alors pour la Gauche, de surcroît pour la jeunesse de gauche, d’appeler les jeunes au vote pour le vote, aux côtés d’un soutien d’Emmanuel Macron ? Cela revient à soutenir le fonctionnement des institutions, précisément ce que rejette la jeunesse, à juste titre. C’est une grande erreur.

Et c’est là qu’on en vient à la question de l’Union européenne. Est-ce un des plus grands espaces démocratiques, comme le disent les jeunes socialistes ? Est-ce même un espace démocratique ? On pourra toujours discuter des nuances, mais il est indéniable que l’Union européenne n’est pas une instance démocratique. N’importe quel constitutionnaliste sérieux le reconnaît sans problème – elle n’a d’ailleurs pas de Constitution.

Son Parlement n’est pas un réel parlement. Il n’a qu’une valeur de témoignage quand il s’oppose et n’est efficace que quand il va dans le sens du Conseil et de la Commission. Autrement dit, ce sont les gouvernements nationaux qui font l’« Europe », avec principalement le moteur franco-allemand qui la dirige.

L’Union européenne n’est pas pour autant cette sorte de « dictature » que décrivent les populistes et les nationalistes, évidemment. Elle n’est que la déclinaison des gouvernements nationaux et des rapports de force politiques en son sein ; ses institutions n’ont d’ailleurs bien souvent pas d’autre choix que de passer outre leurs propres règles ou les traités – rien n’empêche par exemple la France qui ces dernières années ne respectaient pas la règle des 3 % de déficit ou ne respecte pas un certain nombre de réglementations environnementales.

L’important est donc la politique, en tant que rapport de force général dans la société et rapports de forces particuliers s’exprimant dans des situations particulières.

De ce point de vue, on aurait tort de penser que la jeunesse ne s’intéresse pas à la politique. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe dans les collèges par exemple, où les jeunes sont très organisés et très malins pour s’opposer aux professeurs et aux règles qui les agacent, presque tout le temps à juste titre d’ailleurs. Si ce n’est pas de la politique, ça !

Le MJS en a certainement conscience ceci-dit, quand il écrit que « même dans des formes différentes, la jeunesse s’engage ». Par contre, il se trompe en disant que la jeunesse a forcément tort de ne pas voter.

Il est faux de prétendre ici que l’abstention aux élections européennes « consiste à laisser aux autres le choix de faire changer les choses. » Les députés européens ne changeront rien eux-mêmes, en tant que députés européens. Ils ne pourront qu’aller dans le sens du Conseil et de la Commission, car les institutions européennes ne sont pas démocratiques et sont par ailleurs travaillées au corps par des lobbies industriels ultra organisés.

C’est donc causer un grand tord à la Gauche et aux principes de la Gauche que de vouloir faire croire à la jeunesse qu’elle devrait embrasser les institutions de l’Union européenne, qui serait un des plus grands espaces démocratiques. Cela revient à faire de la Gauche un truc de « vieux », dépassé, en dehors du mouvement réel des choses existantes.

Le Mouvement des jeunes socialistes français est ici complètement « à la ramasse », hors-jeu, à des années lumières de son équivalent en Allemagne dont le dirigeant provoque au même moment un coup de tonnerre politique dans le pays en parlant de collectivisation et de Socialisme.

Le MJS se fourvoie en signant cette tribune intitulée « Nous irons voter pour refonder l’Europe ! », alors qu’on sait très bien que les députés européens n’ont aucun pouvoir pour faire cela.

Un tel discours mensonger n’est pas étonnant de la part d’une association comme l’Anacej, dont le rôle consiste à faire croire à des jeunes (non démocratiquement élus), qu’ils ont un pouvoir auprès des institutions par le biais de pseudo-conseils municipaux « enfants ».

Un tel discours de la part d’une organisation de jeunesse de la Gauche est par contre inacceptable. Il ne s’agit pas ici de défendre l’abstention, en tant qu’acte relevant d’un certain nihilisme. Il ne faut par contre pas accepter cette idée qu’il faudrait voter, pour voter. S’il faut voter, alors c’est pour des idées, pour une vision du monde, pour renforcer la Gauche et changer vraiment la vie !

Voici pour information cette tribune initiée par l’Anacej et les Jeunes Européens – France et signée par le MJS :

« Nous irons voter pour refonder l’Europe !

Le 26 mai, les citoyens sont appelés aux urnes pour élire leurs députés européens. Si l’abstention des Français pour les élections européennes est importante dans les sondages (60 % en mars 2019), elle est massive et atteint le chiffre de 77 % chez les jeunes de 18 à 25 ans (avril 2019). De plus, 69 % des jeunes estiment être mal informés sur l’Union européenne et ses actions.
Nous, jeunes engagés, ne pouvons nous résoudre à une participation si faible de notre génération à un scrutin aussi déterminant pour l’avenir de notre continent et de ses citoyens.

La méfiance croissante des jeunes envers les institutions politiques traditionnelles, la méconnaissance des enjeux européens et du fonctionnement de l’Union européenne, et leur déception face à l’incapacité de ces instances à répondre à leurs préoccupations premières sont autant de facteurs qui expliquent l’abstentionnisme des jeunes. Notre génération a tendance à se reporter sur d’autres modes d’engagement, ne trouvant pas sa place dans la démocratie représentative que nous partageons avec 500 millions d’Européens.

Pourtant, l’Union européenne a un impact direct sur notre vie quotidienne par les lois qu’elle adopte. Et ces mesures sont votées par nos députés européens.
L’Union européenne est aussi la seule à même de pouvoir répondre aux grands défis de notre génération, parmi lesquels la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité, une gouvernance mondiale pacifique, et enfin les migrations et la lutte contre les inégalités dans le monde.

Les jeunes placent ces sujets au cœur de leurs préoccupations et attendent des engagements forts dans ces domaines de la part des candidats et des responsables politiques.

Il est donc temps que des propositions concrètes, répondant aux attentes des jeunes, émergent dans cette campagne. Candidates et candidats, arrêtez la bagarre politico-politicienne relevant d’enjeux nationaux, et engagez-vous dans un débat d’idées sur les grands défis européens ! L’avenir de notre génération et des suivantes en dépend.

Nous formulons donc trois propositions pour tenter d’infléchir à court et moyen terme cette situation désolante de désintérêt massif des jeunes pour la démocratie européenne :

• Que les candidats en lice publient enfin leurs principales propositions à destination des jeunes en vue du scrutin du 26 mai ;
• Que les candidats et les responsables politiques s’engagent sur la multiplication par dix du budget consacré à Erasmus + pour faire de la mobilité une opportunité pour toutes et tous ;
• Que l’éducation à la citoyenneté européenne devienne une priorité nationale dans la politique éducative du Gouvernement français
Nous ne ferons pas l’Europe sans ses citoyens, nous ne ferons pas l’Europe sans la mobilisation générale des jeunes du continent. Relevons le défi de raviver la démocratie européenne, soyons la génération de refondateurs de l’Europe !
Liste des signataires :
• Hervé Moritz, président des Jeunes Européens – France
• Léanna Vandewalle, vice-présidente de l’Anacej et membre du Comité jeunes
• Thomas Khabou, coresponsable du Forum français de la jeunesse
• Orlane François, président de la FAGE
• Martin Bohmert, délégué général des Jeunes avec Macron
• Théo Garcia-Badin et Nina Cormier, co-secrétaires des Jeunes Écologistes
• Mathilde Karceles, vice-présidente Europe des Jeunes Démocrates
• Henry Dupas, président des Jeunes Radicaux
• Rabi Bakkali, président du Syndicat Général des Lycéens
• Benjamin Flohic, représentant de Place Publique Jeunes
• Maylis Lavau Malfroy, référente Nouvelle Donne Campus
• Laure Gombert, présidente de l’UNEAP
• Julien Lesince, responsable des relations avec les partenaires aux Jeunes Socialistes »

No Comments Yet

Comments are closed