CGT : un 52e congrès bien difficile

La CGT perd des points en tant que syndicat. Ses mobilisations sont des demi-succès, ses batailles des échecs, son identité toujours plus floue. Le congrès a établi le maintien du statu quo, en espérant que les choses tournent mieux à court terme. Sans quoi, la crise sera ouverte.

Le 52e congrès de la CGT qui vient de se tenir du 13 au 17 mai 2019, à Dijon, ne s’est pas déroulé sous un ciel serein. La CGT a recommencé à perdre des adhérents, en l’occurrence environ au moins 40 000 en quelques années. Elle est de plus en plus dépassée par la CFDT lors des élections. Et, enfin, tous ses chevaux de bataille ont été des échecs, de l’opposition à la loi El Khomri à la grève des cheminots, jusqu’à l’opposition à Emmanuel Macron.

Il y a, bien entendu, plus que cela, car au fond, la véritable crise de la CGT est une crise d’identité. Liée au PCF depuis 1945, elle a connu une profonde réorientation à partir de son opposition totale à mai 1968. Cela l’a projeté dans les institutions, avec à l’arrière-plan le projet du PCF de réaliser une démocratie avancée par l’intermédiaire du Programme commun avec le Parti socialiste en 1981. Mais tout cela est bien loin désormais. Aussi, la CGT ne sait-elle pas comment se placer.

Grosso modo, il y a trois tendances dans la CGT. Il y a ceux qui obéissent à la gravité. Le poids social, la tendance dominante est à la négociation en mode CFDT : ils l’acceptent. Ils n’ont rien contre, faisant partie d’un appareil ultra-bureaucratisé, avec beaucoup d’opportunistes placés à tous les niveaux. Qui connaît la cuisine interne de la CGT sait qu’il faudrait un gigantesque coup de ménage.

Il y a ensuite ceux qui veulent un syndicalisme de masse, comme l’actuel secrétaire général, Philippe Martinez. Ils considèrent que de toutes façons, le souci principal est le manque d’ancrage dans la population. On peut avoir raison comme on l’entend sur le reste, tant qu’il y a ce problème, de toutes façons… Ils veulent donc une ligne combative, mais soulignent qu’il faut être réaliste. Cela se lit dans le numéro spécial de la revue Le Peuple, organe de la CGT, avec les documents concernant le congrès, au point 225 et 226 :

« La division syndicale pèse sur nos capacités à intensifier le rapport de forces. La marginalisation et l’éclatement du syndicalisme sont des difficultés que nous ne devons pas sous-estimer et l’unité est aussi le moyen de montrer ensemble que le droits des travailleurs et travailleuses de se syndiquer, de s’organiser, de peser et d’agir sur le travail est à renforcer pour gagner ensemble des conquêtes sociales.

Nous ne pouvons pas nous opposer au capital si nous ne réussissons pas la classe ouvrière des travailleurs et travailleuses au-delà des militants de la CGT. La réussite d’une mobilisation nécessite sa massification et son élargissement. »

Il y a, enfin, ceux qui veulent un syndicalisme de classe. Les médias ont bien souvent défini ceux-ci comme relevant de l’extrême-gauche, ce qui est inexact. Il s’agit en réalité de gens se situant dans le prolongement de la ligne du PCF des années 1970. Ils ont un certain vent en poupe, car ils prônent un retour en arrière, ce qui parle à encore certains secteurs de la CGT, qui regrettent la grande époque. Dans le préambule du hors-série pour le congrès, leur point de vue est même directement exprimé :

« L’opposition de classe existe toujours entre ceux qui vivent de leur travail et ceux qui s’enrichissent de l’exploitation des travailleurs au profit du capital. Loin d’une notion dépassée ; « l’opposition de classes » est une réalité qui structure le monde du travail, les lieux et la nature même du travail. »

On l’aura saisi : il est parlé d’opposition de classe, pas de lutte de classe et encore moins de réalisation de la lutte de classe dans la révolution, comme l’exigeait la CGT à sa fondation. Et c’est là un vrai problème de fond traversant toute la CGT, qui s’imagine de manière romantique porter un projet « révolutionnaire », alors qu’en fait pas du tout.

Certains veulent tomber le masque, d’autres faire revivre ce romantisme, mais le compte n’y est pas. Cela produit une très lourde amertume chez les cadres et les membres historiques.

En même temps, les questions que se posent la CGT sont justement très politiques, alors que la CGT est censé rejeter la politique, depuis le fameux congrès d’Amiens de 1905. La CGT parle de l’industrie, du secteur public à protéger, des retraites, du réchauffement climatique, de l’organisation du travail, de la question du système des droits en général qu’il faudrait réorganiser, de la financiarisation de l’économie, de la Procréation Médicalement Assistée pour toutes (la CGT est pour cette mesure ultra-libérale !), etc.

Comment continuer cela tout en maintenant la fiction du refus de la politique au nom d’un syndicalisme unique ouvert à tous ? Sans compter qu’auparavant la CGT était le principal syndicat et que de plus en plus elle devient numéro deux. On comprend donc que les tourments de la CGT soient sans fin et que la spirale de l’échec va être difficile à stopper. Et que lors du congrès, il ne se soit rien passé.

Philippe Martinez voulait organiser des comités régionaux : cela a été bloqué. Les opposants voulaient un retour de la CGT dans le giron de la Fédération syndicale mondiale, quittée en 1994, et l’abandon de la Confédération syndicale internationale : cela été bloqué aussi. Il a été décidé d’attendre et de voir à qui le temps donnera raison.

Il y a toutefois beaucoup de vanité dans tout cela. Car même en admettant que la CGT parvienne à quelque chose, elle serait obligé de faire comme le syndicalisme anglais, qui a donné naissance à un parti politique, le Labour, pour porter ses revendications et exigences. Et encore les choses ne marchent-elle pas comme cela en réalité, car seule une Gauche politique s’assumant telle quelle peut transformer la réalité. Et c’est cela que la CGT ne veut pas assumer. Elle doit capituler devant la Gauche politique et accepter son rôle secondaire. Tant qu’elle ne le fera pas, elle pillera la Gauche politique, l’affaiblira, tout en continuant ses tourments internes, jusqu’à l’effondrement et le remplacement par la CFDT.

No Comments Yet

Comments are closed