L’affiche de Cédric Villani

Cédric Villani espère pouvoir avoir le soutien de LREM pour être candidat lors des municipales parisiennes. Il a à ce titre produit une affiche, qui est un chef d’oeuvre du genre. C’est tellement caricatural que l’on s’imagine que c’est en réalité une production de l’extrême-droite pour se moquer de lui.

Cédric Villani est un mathématicien connu, car les médias ont raffolé de son style vestimentaire vaguement original accompagnant son haut niveau scientifique, lui-même recevant la médaille Fields en 2010, l’un des deux prix les plus prestigieux dans sa discipline.

Très actif dans les mathématiques, il est passé par la suite en politique : en 2017, il a été élu député LREM de la cinquième circonscription de l’Essonne. Il veut maintenant être maire de Paris. La blague, c’est qu’il a présidé le comité de soutien d’Anne Hidalgo en 2014, lorsque celle-ci a été élue maire !

Cela en dit long sur l’opportunisme de Cédric Villani, et ce d’autant plus quand on voit l’affiche que l’on peut retrouver à Paris. On ne peut pas faire plus parisien – bobo, pour ne pas dire directement désormais : bourgeois dans son style parisien. Paris est devenu en effet surtout une ville de bourgeois d’un côté, de lumpen de l’autre.

Le Yoga, le Macbook, le selfie, les petits bateaux au jardin du Luxembourg… On a tous les clichés de ce qu’est devenu le Parisien et la Parisienne. La seule chose qu’il y a à sauver, c’est le pauvre pigeon en bas à droite de l’affiche, qui à l’instar de ses congénères doit se retrouver bien perdu dans ce panorama d’une bourgeoisie moderniste, hédoniste, branchée, détruisant le monde sans avoir l’air de le faire.

Il est impossible de faire plus niais, plus vide, plus totalement en correspondance avec la bourgeoisie des temps modernes, fière de l’avènement d’une société apolitique et d’un État technocratique, de l’individu-roi et de la démolition de toutes les normes.

L’affiche est exemplaire de cette incapacité bourgeoise à prendre la réalité au sérieux. L’humanité va au-devant des plus grands défis qu’elle ait connu et ces gens-là sont stupidement béats, heureux de vivre en privilégiés dans leur bulle. Et Cédric Villani veut être leur roi, donnant l’exemple de comment un scientifique peut se précipiter dans le confort et la reconnaissance sociale, au lieu d’assumer les exigences rationnelles et sensibles de notre époque.

No Comments Yet

Comments are closed