Le piège de la rhétorique patriotique – nationaliste

Toute une partie de la Gauche a capitulé quant à la construction par en bas et compte utiliser les arguments nationaux, patriotiques pour mobiliser. Ce contournement est considéré comme un pragmatisme temporaire. L’exemple d’Aéroports de Paris qu’il faudrait défendre comme un patrimoine national n’est que le début d’une longue série. Nous sommes en plein dans les années 1930.

Il ne faut pas se voiler le face : l’échec à mobiliser sur le terrain du social va amener à la généralisation de l’outil « national ». Il est toujours plus facile de faire de la démagogie que de développer la conscience de la réalité. Car changer les choses forme un processus exigeant. Il faut étudier, se remettre en cause, utiliser des concepts compliqués, se confronter à des gens, en rejeter certains, etc.

Dénoncer, par contre, de manière populiste, donne une bonne impression auprès de tout un nombre de gens. Beaucoup de gens dans ce qui reste de la Gauche ont décidé d’agir ainsi, afin d’obtenir des résultats à court terme.

Il y a la mode, dans certains groupe d’extrême-gauche, de nier les questions théoriques, idéologiques, pour racoler à coups de minimalisme, en se disant qu’en recrutant, il en ressortira bien quelque chose.

D’autres ont choisi l’option syndicaliste. En prétendant gagner des choses à court terme, ils se valorisent et dénigrent ceux qui n’apporteraient rien. L’absence de résultats à moyen terme pétrifie ce genre d’initiative. Mais entre-temps, il s’est passé des années. La CNT était très connue en France comme syndicat engagé et combatif au tout début des années 2000. Il n’en reste pratiquement rien, après un gâchis humain et militant important.

De manière plus significative en termes de surface, il y a une partie de la Gauche qui pense que le seul moyen de mobiliser le plus largement, c’est en en appelant au sentiment patriotique. C’est comme dans les années 1920 en Italie : voyant que le « social » ne marche pas alors que cela le devrait de par l’ampleur des problèmes, il est considéré qu’on pourrait devenir machiavélique et faire comme au billard : en profitant du patriotisme, on pourrait dévier vers le « social ».

Il suffit de lire les arguments contre la privatisation d’Aéroports De Paris pour voir à quel point cette tendance est prégnante. Jean-Luc Mélenchon a été le grand apprenti sorcier de ces dernières années. Mais il est bien connu que le PCF, tout au long des années 1980, a fait la même chose.

Ce qui précède et ce qui suit est affreux. Ce qui précède, c’est la conception qu’il n’y aurait en France qu’une infime minorité responsable des problèmes sociaux. La bourgeoisie n’existe plus, les capitalistes non plus. La question de la propriété disparaît. Il y aurait quelques familles, une oligarchie, une poignée de financiers, qui seraient les seuls coupables. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de situation où une oligarchie existe, seulement on n’est pas du tout dans ce cas de figure.

C’est le grand paradoxe historique. En niant qu’il y ait la bourgeoisie et en prétendant qu’il y ait une oligarchie, la Gauche utilise le nationalisme, amenant une mobilisation de populaire… justement utilisée par une partie de la bourgeoisie pour prendre le contrôle de l’État.

Si l’on regarde bien, en filigrane, c’est cela que craint la Gauche refusant Jean-Luc Mélenchon. La réduction à une opposition entre libéraux et nationalistes, avec une agitation populaire, forme un ensemble amenant à terme la victoire des nationalistes qui utilisent la « révolte » pour s’imposer.

Cette Gauche a donc raison de chercher à éviter cela à tout prix. Elle a raison de vouloir l’unité, la recomposition pour générer une nouvelle alternative, une nouvelle option, empêchant le simple affrontement entre libéraux et nationalistes.

Cependant, on est loin du compte. Toute une partie de cette Gauche est largement contaminée par les valeurs libérales. La grande majorité des gens d’ailleurs assimilent la Gauche à une sorte de variante plus libérale et plus sociale du macronisme. Le refus des valeurs de la Gauche historique a produit François Hollande et celui-ci a produit Emmanuel Macron. Ce n’est pas en revenant à François Hollande ou même ce qu’il y a juste avant lui qu’on va régler les problèmes.

Il ne suffit pas d’être sincère et de chercher à proposer des choses. Si cela avait été le cas, alors Benoît Hamon aurait réussi et si l’on raisonne en termes de logique et pas de politique, c’est lui qui aurait dû l’emporter dans le camp de Gauche. Seulement, il y a un pays qui a une histoire, il y a une bataille des valeurs. Il ne suffit pas de vouloir gérer les choses en cherchant à aller dans le bon sens.

Si l’on regarde d’ailleurs l’Histoire, on peut voir qu’on est mal parti. Comment réussir avec les forces actuelles, quand on voit l’énergie démesurée mobilisée lors du Front populaire, lorsque les socialistes et les communistes avaient de véritables assises de masse ?

Comment réussir, quand on voit que les seuls qui se donnent réellement du mal pour construire, structurer, mettre en place des raisonnements, des idéologies, sont des gens comme Marion Maréchal, Alain Soral, Eric Zemmour, etc. ?

Ce qui se dessine représente un défi immense et la Gauche risque de se retrouver comme celle en Italie au tout début des années 1920 : isolée et traversant un grand désert.

No Comments Yet

Comments are closed