Les incidents « algériens » à Paris, Marseille et Lyon

La question des Algériens – ou plutôt des personnes d’origine algérienne – qui ont provoqué de nombreux incidents à Marseille, Lyon et sur les Champs-Élysées a beaucoup attiré l’attention. L’arrière-plan est à la fois très difficile à saisir et terriblement simple.

Beaucoup de réactions sont apparues avec les incidents « algériens » de ces derniers jours et il est vrai que dans certains cas, il y a eu de véritables drames. Ce sont en fait surtout des caillassages de forces de l’ordre et des dégradations de mobilier ou véhicules qui ont eu lieu de la part de jeunes hommes, conduisant selon la presse à 282 interpellations et 249 gardes à vue.

En plus de cela, 202 véhicules ont fait l’objet de vidéo-verbalisation en raison de conduites dangereuses. Le fait que des supporters repassent sur les lieux mêmes où une mère et un enfant ont été tués à Montpellier a aussi quelque chose de morbide. Cependant, c’est justement qu’il n’y a rien de rationnel à tout cela.

Pourquoi tout cela, en effet ? La victoire de l’équipe de football d’Algérie en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations n’a été qu’un prétexte à deux choses. Tout d’abord, il faut savoir qu’en Algérie, les stades de football sont historiquement pratiquement les seuls lieux où une opposition au pouvoir peut s’exprimer. La récente contestation populaire contre Abdelaziz Bouteflika a par exemple commencé dans les stades avec un chant repris par les supporters de plusieurs équipes.

Il y a donc une tradition de rébellion par rapport au football. Cependant, pour les événements en France, il y a un autre aspect qui compte bien plus : c’est qu’il n’y a jamais eu de véritable indépendance algérienne.

Il y a trois raisons pour cela :

  •  la nation algérienne était un melting-pot de multiples origines, dont qui plus est une partie importante a été forcée de partir (les Juifs) ;
  • l’Algérie « indépendante » a immédiatement été sous une chape de plomb militaire, empêchant toute expression démocratique ;
  • l’Algérie n’a jamais su depuis 1962 se donner une identité : est-elle arabe, arabe et kabyle, un mélange de peuples ?

Par ailleurs, le régime a toujours utilisé l’Islam comme levier unificateur réactionnaire. L’islamisme fanatique et meurtrier des années 1990 n’est que le reflet déformé des attentats aveugles du FLN des années 1950-1960. L’influence algérienne dans les débuts d’Al-Qaeda, et dans l’émergence du courant de l’État islamique, est significative. Il est étonnant d’ailleurs qu’aucun commentateur « spécialisé » n’ait dressé le parallèle strict entre les attentats contre les civils de l’État islamique et les pratiques tout à fait similaires du FLN un demi-siècle auparavant.

On ne sera donc pas étonné si dans un tel contexte, le peuple algérien est particulièrement tourmenté, surtout que la part de la jeunesse dans la population est immense. Il n’y a pas de travail, pas de logements, pas de perspective, à part traverser éventuellement la Méditerranée.

Cette identité tourmentée a elle-même traversé la Méditerranée et même pour des jeunes ne connaissant pratiquement rien du pays de leurs parents ou grands-parents, il y a une quête de fierté positive. On peut dire qu’en réalité, c’est toute la nation algérienne qui attend le moment de sa véritable affirmation.

C’est l’indépendance de 1962 qui n’est pas terminée et tout le problème de la question démocratique est justement que personne n’est encore capable de formuler cela de manière juste. Les islamistes des années 1990 ont tenté ni plus ni moins que de détourner tout cela dans leur pulsion de mort.

Le résultat est que l’Algérie est une poudrière, la hantise des États algérien et français. La question démocratique algérienne a un potentiel énorme ! Toutefois, à voir les expressions actuelles – tant en France dans les personnes liées à l’Algérie qu’en Algérie même, malgré le renversement d’Abdelaziz Bouteflika – on est loin du compte. Cela viendra forcément pourtant !

No Comments Yet

Comments are closed