Le G7 à Biarritz : entre amateurisme et folie militariste

Le G7 à Biarritz est le dernier avant la crise du Brexit à venir, ainsi que la récession qui s’annonce dans de nombreux pays. C’est toute une nouvelle époque qui s’ouvre, avec pour l’instant des dirigeants allant sciemment à la guerre et des gens paralysés par l’espoir d’une consommation capitaliste qui continue comme si de rien n’était.

Il y a d’un côté la nullité toujours plus grande de politiciens à la tête d’un système décadent, de l’autre une incapacité populaire à saisir quoi que ce soit au grand drame qui vient, celui de la guerre pour le repartage du monde.

On a ainsi Emmanuel Macron qui dans son allocution télévisée de samedi, expliquait :

« Dans quelques heures j’accueillerai (…) les chefs d’État et de gouvernement des États-Unis d’Amérique, du Canada, du Japon, de l’Allemagne, d’Italie, et les institutions européennes. »

Ce faisant, il oubliait le Royaume-Uni. Résultat, lors de la mise sur les réseaux sociaux, l’Élysée a été obligé de couper le passage. C’est là un amateurisme qui aurait été impossible il y a peu encore. C’est tout le niveau intellectuel et culturel qui s’effondre dans le capitalisme.

De leur côté, Donald Trump ou Boris Johnson ne sont pas que des farfelus dingos, ce sont de vrais dirigeants, prenant des décisions réelles, en conformité avec le caractère totalement fou du capitalisme allant à la guerre.

L’amateurisme devient la norme, comme hier avec Hitler ou Mussolini. Prenons par exemple le président brésilien Jair Bolsonaro. Fin juillet il devait rencontrer à Brasilia Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères. Il annulé pour des « raisons d’agenda ». Et au moment du rendez-vous, il s’est posté en vidéo directe sur Facebook… en étant chez le coiffeur.

C’est pathétique. C’est d’un pathétique meurtrier. C’est cela qui nous attend si les masses ne se réveillent pas et disent : hors de question de faire s’effondrer le niveau de civilisation !

Mais, prisonnier de la société de consommation d’une vie quotidienne à la fois aliénante et aliénée, les gens ne peuvent pas prendre la réalité au sérieux. Ils attendent que cela se passe – et rien de grave ne peut selon eux se passer.

C’est qu’il y en a de la corruption en France comme dans tous les pays du G7, qui représentent quasiment la moitié de la richesse mondiale !

Tout se révèle bien à la lumière de cette personne en train de passer comme si de rien avec son skate cruiser, clope à la main (à la fin de la vidéo suivante), à Bayonne entre les CRS et des manifestants en pleine colère, pour qui plus est perdre celle-ci dans un mauvais mouvement en arrière… Rien ne peut être finalement sérieux  !

Ajoutons à cela le fait qu’on se demande bien ce que font ici les manifestants, alors que Biarritz est à plusieurs kilomètres de là. La police ne protège pas ici un quelconque accès au G7, mais bloque les ponts vers le centre-ville commercial de Bayonne depuis le vieux-Bayonne, le quartier de la Gauche Abertzale (patriote basque). C’est comme si la police avait mis des unités là pour occuper les manifestants, et que ça marche !

Tout cela est du grand n’importe quoi et on ne dira jamais assez de mal justement des gilets jaunes, ce mouvement plébien anti-politique porté par une seule volonté : celle de vouloir vivre « comme avant ».

Mais plus rien ne sera comme avant et le G7 à Biarritz a montré à quel point on est rentré dans l’ère des tensions ouvertes, puisque même une déclaration commune à la fin de la réunion est devenue impossible.

Le Brexit qui vient, en plus de la récession dans de nombreux pays capitaliste, va provoquer une onde de choc dans une situation déjà mûre. L’Histoire s’accélère et les enjeux sont pas moins que le monde lui-même.

No Comments Yet

Comments are closed