L’université d’été 2019 de La France insoumise, une négation des valeurs de la Gauche

L’université d’été de La France insoumise à Toulouse a été propice à des abandons formels de valeur de la Gauche. Avoir invité Thierry Ardisson est ainsi un véritable scandale, de par ce que représente cette figure médiatique. Les propos de Henri Peña-Ruiz sont tout autant inacceptables, puisqu’elle met les religions sur le même plan que l’athéisme, au nom de la « laïcité ». C’est une capitulation dans tous les domaines qu’on peut observer ici.

Henri Peña-Ruiz, présentée par les médias comme une « philosophe proche de La France insoumise », a tenu les propos suivants lors de l’Université d’été de cette organisation :

« Le racisme antimusulman est un délit. La critique de l’Islam, la critique du catholicisme, la critique de l’humanisme athée n’en est pas un. On a le droit d’être athéophobe, comme on a le droit d’être islamophobe, comme on a le droit d’être catophobe. »

Ces propos ont fait scandale, car comme on le sait La France insoumise est largement poreuse à la thèse tiers-mondiste et misérabiliste de l’Islam comme une sorte de religion des opprimés. Cette thèse converge avec les opérations de diffusion de l’Islam par l’Arabie Saoudite et le Qatar, le concept d’ « islamophobie » étant un outil politique en ce sens.

Sauf qu’ici on marche sur la tête, car une phobie est une peur démesurée et il va de soi qu’il faut en triompher. La peur démesurée des araignées, de l’Islam ou de quoi que ce soit est irrationnelle et doit donc être vaincue.

Il faut vraiment rejeter la Gauche historique en bloc pour en arriver à justifier toutes les phobies en bloc et parler de catophobie ou athéophobie. C’est d’autant plus vrai que le rejet des religions est mis sur le même plan que les religions elles-même ! Alors que la Gauche historique a justement une thèse simple : les religions doivent disparaître de la surface de la Terre, car elles sont un préjugé du passé.

Cette polémique estivale montre à quel point La France insoumise est aux antipodes de la Gauche historique et quand on voit qu’un invité de marque a été Thierry Ardisson, on voit bien qu’il n’y a plus rien à faire, qu’on a atteint le point de non-retour.

Thierry Ardisson a un parcours qui le place à rebours complet de la réalité populaire. C’est avant tout un publicitaire (« Ovomaltine, c’est de la dynamique ! », « Vas-y Wasa ! », « Lapeyre, y’en a pas deux ! », « Chaussée-aux-Moines : Aaamène ! », « Quand c’est trop c’est Tropico ! ») qui a appliqué ses recettes à la télévision.

Cela en a fait une figure du racolage télévisuel, de la beauferie présentée comme culturelle et d’une posture de dandy anarchiste de droite comme garant d’une pseudo-authenticité. Tout cela pour un succès économique capitaliste efficace pendant des décennies et en 2018, dans une interview, Thierry Ardisson, par ailleurs monarchiste assumé, expliquait gagner « entre 15 000 et 20 000 euros par mois » et qu’il faisait de la télé « au détriment d’activités plus nobles », car vénal et aimant l’argent.

Et c’est lui qu’on invite à La France insoumise ? Ce n’est même plus grotesque, ni même pathétique, c’est ouvertement anti-Gauche. La France insoumise est un simple vecteur nationaliste se targuant de valeurs sociales, le drapeau français étant associé à des revendications allant dans le sens d’un pays « fort ». Le slogan employé « Macron vend la France » est digne de l’extrême-Droite de par son contenu à la fois nationaliste et démagogique, ses raccourcis intellectuels et son racolage.

Un racolage devenu de fait intempestif à La France insoumise et cela va continuer jusqu’aux municipales, élections qui vont être d’une difficulté extrême pour cette structure. Elle va donc prolonger sa démarche et certainement pas aller à du contenu, encore moins à l’unité de la Gauche sur des fondements solides.

No Comments Yet

Comments are closed