La grave crise en Catalogne d’octobre 2019

L’Espagne est une monarchie issue directement du franquisme, avec une démocratisation inégale concernant un nombre très important d’aspects. La revendication indépendantiste catalane naît de ce terreau et la condamnation très lourde à la prison des indépendantistes modérés ayant organisé un « référendum » a mis le feu aux poudres.

Le monde connaît des contradictions qui, vues de l’extérieur, semblent étranges. Ainsi, la ville de Santiago du Chili connaît de violentes émeutes et est désormais sous le statut de l’état d’urgence. Pourquoi tout cela ? Car le ticket de métro a augmenté de 4 centimes d’euro, pour passer 1,04 euros. C’est évidemment un déclencheur de quelque chose de plus profond.

Il en va de même pour la Catalogne où grosso modo la moitié du pays est pour l’indépendance, l’autre moitié contre. Vendredi, la fameuse Sagrada Familia a ainsi été fermée aux touristes suite à un blocage par un groupe dénommé « Pique-nique pour la République ». Comme on le voit, cela concerne bien plus qu’une simple question d’indépendance, il y a là une dimension politique.

C’est ce qui provoque les troubles en Catalogne concernant des questions politiques, sociales, culturelles, idéologiques, dans un grand mélange datant de la guerre d’Espagne. Ce n’est pas pour rien que la personne qui a été condamné le plus lourdement pour l’organisation du référendum sur l’indépendance est Oriol Junqueras. C’est l’ex-vice-président de la Catalogne, dirigeant du parti Gauche républicaine de Catalogne (ERC). Il a écopé de 13 ans de prison pour sédition et détournement de fonds public.

Ce n’est pas pour rien non plus qu’en réaction aux condamnations, il y a eu vendredi une grève générale chez Seat, dans le port et dans la chaîne de supermarché Bonpreu. Il y a une profonde dimension ouvrière dans cette agitation.

L’opposition au centralisme de Madrid relève d’une démarche républicaine fédéraliste tout à fait assumée dans la vraie Gauche, que les socialistes du PSOE ont quitté depuis longtemps. Il existe une grande scène d’agitation pro-républicaine (anti-monarchiste), sur une base de gauche, allant bien au-delà de la question catalane et allant d’écologistes alternatifs aux communistes illégalistes historiquement liés au PCE(r) clandestin.

Mais pour la question catalane directement, il y a également une enchevêtrement avec la bourgeoisie catalane, qui joue la carte de l’égoïsme en utilisant la fibre nationaliste. La bourgeoisie catalane veut profiter seule de 7,6 millions d’habitants, 20 % du PIB espagnol, de la grande métropole qu’est Barcelone. La Catalogne est un bastion capitaliste et une plaque tournante de la « mondialisation ».

Il n’est pas bien difficile de voir comment cela donne des ailes « anticapitalistes » aux nationalistes centralisateurs, comment cela provoque des rancœurs en Espagne. D’où la brutalité et le caractère large des condamnations que l’État a pu mettre en place, de par le vaste espace existant politiquement pour cela en Espagne.

Jordi Sànchez et Jordi Cuixart, de la scène associative, ont été condamnés à neuf ans de prison ; cinq personnes ayant été ministre d’Oriol Junqueras ont été condamnées à des peines allant de 10,5 à 12 ans de prison et l’ex-présidente du parlement régional, Carme Forcadell, à 11 ans. Trois autres personnes ont pris des amendes.

C’est un avertissement clair à la bourgeoisie catalane. Cela dit : l’armée est la garante de l’unité du pays et jamais la Catalogne n’aura son indépendance, point final. L’acte d’accusation fait d’ailleurs 493 pages, histoire de bien montrer que l’État gère tout comme il l’entend.

On comprend donc que plus 500 000 personnes aient manifesté à Barcelone vendredi, alors que les heurts avec la police durent depuis le 14 octobre, avec 600 blessés. Il y a des raisons objectives de se révolter contre le régime. Mais le fait que cela soit fait par l’intermédiaire du prisme nationaliste est une faiblesse impliquant une défaite inévitable. Il n’existe pas de « nationalisme de gauche », il n’existe qu’une Gauche avec des revendications nationales-démocratiques. Il n’en a jamais été autrement.

No Comments Yet

Comments are closed