17 décembre 2019: une grève qui s’installe, mais qui ne s’élargit pas

La troisième journée du grève contre la réforme des retraites ce mardi 17 décembre a été similaire à celle du 5 décembre dans sa composition et son amplitude. Si la mobilisation est conséquente, la grève ne dépasse globalement pas le cadre restreints des syndicats de certaines grandes entreprises, entraînés par les secteurs les plus directement concernés par la réforme que sont les enseignants, la SNCF, la RATP et EDF.

La grève à la SNCF et à la RATP est le cœur du mouvement de contestation contre le projet gouvernemental concernant les retraites. Notamment à Paris, la grève y est importante depuis 12 jours, avec des assemblées de grévistes, des piquets des grève, des coordinations entre dépôts, gares, ateliers et, lors de la manifestation parisienne d’hier, un cortège de gréviste en tête de la manifestation, sans apparition syndicale.

Cela a permit d’entraîner du monde, avec un taux de gréviste annoncé hier pour la SNCF de 32,8 % (contre 11 %, lundi) et 75,8 % en ce qui concerne les conducteurs (contre 61% lundi). Il n’y a pas de chiffre pour la RATP, mais les constatations des grévistes et la situation quasiment à l’arrêt du réseau illustre une gréve très suivie.

Il faut ajouter à cela les 8 raffineries françaises, où la CGT est très présente et très puissante, avec des grèves au moins significatives (par exemple 90 % de grévistes à la raffinerie Total de La Mède), au point que le syndicat annonce une pénurie d’essence imminente.

Cela est néanmoins à peu près tout. La grève est sporadique ailleurs, ne concernant que la journée, et ne dépassant pas l’influence molle et bornée des syndicats. Dans un bastion CGT comme EDF, cela donne forcément une grève conséquente, mais pas massive. S’ils étaient le 5 décembre 41% de grévistes selon la direction (et 50% à 60% selon la CGT), ils n’étaient plus que 26% hier selon la direction. Les agents grévistes sont néanmoins déterminés, tant dans leur attitude en manifestation que par le mode d’action d’une partie d’entre eux qui a coupé le courant dans de nombreuses villes hier (quoi que l’on puisse penser de ce genre d’action par ailleurs).

On peut en dire de même chez les enseignants où les syndicats sont significatifs et les grèves habituelles : la grève a été importante pour la journée d’hier (50% dans le primaire et 60% dans le secondaire selon les syndicats, respectivement 25% et 23% selon le gouvernement).

À cela s’ajoute donc des effectifs de grévistes d’une journée, liés principalement à la CGT ou à FO, chez les dockers, dans beaucoup de grandes usines, dans les personnels de l’administration publique (17% selon le ministère), chez les agents municipaux, les pompiers, les aiguilleurs du ciel ou encore à la poste. La mobilisation a été importante également dans les hôpitaux, qui connaissent en fait déjà depuis plusieurs mois un mouvement de grande ampleur et très organisé, mais qui ne peut pas prendre la forme d’une véritable grève de par la nature du travail effectué.

Il y a donc eu, comme le 5 décembre dernier, de nombreuses manifestations très importantes partout en France, y compris dans des villes petites ou moyennes. Cette carte de la CGT recensant toutes les manifestations donne une idée de l’ampleur du mouvement : mobilisations-en-france.cgt.fr/news/map

En faisant l’addition, la CGT annonce un chiffre de 1,8 millions de manifestants, ce qui serait donc plus que les 1,5 millions annoncés le 5 décembre dernier. De son côté, le gouvernement, annonce des chiffres moindres, mais surtout en recul : 615 000 manifestants contre 806 000 le 5 décembre dernier.

Les différents titres de presse locaux font très souvent leurs propres estimations, avec des chiffres globalement équivalent au 5 décembre, souvent à mi-chemin entre ceux des syndicats et des préfectures (sauf à Paris où le « cabinet occurrence » annonce 72 500 manifestants contre 76 000 pour la préfecture). La CGT annonce de son côté pas moins que 350 000 personnes à Paris.

On a également à Marseille la traditionnelle extrapolation locale, avec une amplitude incroyable entres deux chiffres, qui ne semblent pas plus crédibles l’un que l’autre : seulement 20 000 manifestant selon la police, carrément 200 000 selon la CGT !

Dans tous les cas, cela donne des manifestations importantes, comparables à celles du 5 décembre, mais sans que l’on puisse voir apparaître l’essentiel : la généralisation de la grève en dehors des cercles syndicaux et la multiplication de véritables assemblées générales ouvrières.

L’intersyndicale CGT, FO, FSU et Solidaires réunit hier soir n’a d’ailleurs pas fixé de nouvelle date de mobilisation nationale, mais a annoncé des « actions locales le 19 et jusque fin décembre », en affirmant qu’il n’y aura « pas de trêve jusqu’au retrait ». Par ailleurs, l’Unsa, la CGT, la CFTC, la CFDT, FO et la CFE-CGC seront reçus demain par le Premier ministre.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed