Quand l’esprit est dans une impasse et bascule dans l’idolâtrie

Parfois l’esprit cherche des refuges, la pensée se raccroche à ce qui se trouve à portée. L’expression la plus connue est celle de personnes qui trouvent un secours dans la religion. On aurait tort de minimiser ce phénomène et de ne pas accorder plus d’attention aux différents niveaux, aux innombrables impasses que la réalité d’un capitalisme, à la fois triomphant et en perdition, produit inlassablement.

Le vie quotidienne du capitalisme empêche de prendre conscience de la réalité. Elle s’immisce dans chaque moment, chaque espace afin d’éroder les corps et les esprits. Contrairement à ce que s’imaginent les anarchistes français, l’ultra gauche et autres populistes, les gens ne sont pas des « moutons » (expression péjorative pour ces animaux). Les esprits cherchent à survivre et le résultat, aujourd’hui, n’est pas beau à voir.

Certains cherchent un certain confort, une certaine sécurité à travers une maison, une voiture, un petit commerce ou même un bout de terrain. D’autres cherchent à tout prix cette paix, mais se font broyer avant d’arriver au but : alcool, drogues… Au-delà de ces stratégies de survie de l’esprit, il y a toutes les petites solutions et tous les détours qui parsèment la vie. Tous les mensonges, à soi et aux autres, toutes les certitudes auxquelles on se raccroche. Les variantes sont infinies : chaque instant, chaque lieu, chaque personne en produit de nouvelles. Toutes ont un point commun : l’égo y est un poison central.

Il est un poison qui empêche de voir réellement un Homme derrière l’autre. Il dégrade l’esprit en fabriquant de fausses haines et de fausses adorations. Il fabriques des idoles et des fétiches.

L’Homme croit aimer une personne alors qu’il s’est réfugié dans l’adoration d’une image, une production de son esprit emprisonné par son égo. Non seulement les sentiments sont faux, mais en plus ils sont tournés… vers soi. L’Homme troublé n’est plus capable de voir une personne en face. La raison s’efface doucement devant ce culte nouveau.

Combien de personnes s’imaginent transportées par des sentiments nobles alors qu’elles ne vénèrent qu’une image ? Combien se complaisent dans cette situation ?

Echo et Narcisse - John William Waterhouse, 1903

Le problème est que cette situation est rassurante. L’idolâtrie, peu importe le niveau, devient un refuge. On se construit un personnage, on le vit, on l’incarne. On décroche à nouveau de la réalité et de ses exigences, avant de se raccrocher à sa petite vie et ses habitudes.

On dira que ce phénomène est la plupart mesuré, que la plupart de ces personnes ne sont pas folles, qu’elles peuvent parfaitement vivre en société, etc. Mais c’est oublier que cette démarche façonne la pensée : elle entretient le culte de l’égo et empêche de saisir le monde tel qu’il est et de saisir sa place, à la fois grande et insignifiante.

Toute personne qui porte en elle une part d’idolâtrie se tourne vers elle-même, sans même s’en rendre compte, vers un monde statique qui se répète indéfiniment. L’esprit se complaît dans cette simplicité et ce confort apparents. Il n’a alors aucune raison de se tourner vers l’avenir qui signifie la fin d’un monde : tel est le problème fondamental du culte des idoles moderne.

Chaque petite moment d’idolâtrie est un refuge et une impasse : il permet de se construire un petit monde à soi, un personnage dans un cadre connu, balisé et prévisible. Mais il s’oppose par essence à toute socialisation, à tout dépassement de soi : il est contre un Homme nouveau.

À chaque bouffé d’auto-intoxication, l’esprit se complaît dans ces échecs, dans sa propre médiocrité, dans les douleurs qu’il se créé de toute pièce. Elle ne cherche même plus une responsabilité extérieure : « les choses sont mauvaises aujourd’hui et le seront toujours, tel est la loi immuable de l’univers ».

Il ne peut y avoir de place pour de telles logiques. Elles sont des poisons à combattre. L’égo est un poison. Mais il est très difficile de s’en défaire et de l’éviter : les générations passées et actuelles sont en quelque sorte condamnées à le côtoyer. Il n’est pas question ici de défaitisme, seulement de réalisme : il faut voir les problèmes en face.

Un ordre nouveau, grandiose et rayonnant est à venir. Mais son avènement ne se fera pas sans difficulté et sans douleur. Un monde sans égo, sans fausse vérité, sans impasses, sans mensonges : un nouveau battement pour un cœur mourant.

Vous aimerez aussi...