Matthieu Longatte, le bobo critiquant les «privilèges» d’«hommes blancs»

Dans une petite vidéo diffusée par France TV Slash, Matthieu Longatte connu pour ses vidéos « Bonjour Tristesse » a fait un petit numéro de culpabilisation très catholique sur le « privilège » des « hommes blancs ». Cette rhétorique insupportable a largement fait réagir tellement elle est caricaturale et rappelle à quel point elle a malheureusement infesté une grande partie de la Gauche, ou en tous cas de gens identifiés comme de gauche ou s’imaginant de gauche.

Matthieu Longatte était un quelque sorte un gilet jaune avant l’heure. Il s’est fait connaître sur Youtube en assumant à fond la posture du franchouillard vociférant, jamais content, un peu anarchiste sur les bords. Depuis son canapé, vin rouge systématiquement sur la table pour bien accentuer le trait, il râlait sur tout le monde de manière outrancière en s’imaginant lutter contre les injustices.

Un gilet jaune donc, mais en mode bobo, très apprécié par exemple par Telerama pour qui il a fait une vidéo spéciale pour le Noël précédent. France TV Slash l’a ainsi interrogé à propos de son spectacle et les propos mis en avant ont provoqué des réactions de dégoût chez de nombreuses personnes, tellement ce qu’il dit est détestable.

Il y explique dans un verbiage typiquement postmoderne que « les hommes blancs » sont « privilégiés » et cela « par rapport à quasi tout », les institutions, la police, le travail, le logement, etc.

C’est d’un racisme incroyable, insupportable. Matthieu Longatte se fait ici le porte voix de la petite-bourgeoisie issue de l’immigration qui avec un discours « indigéniste » a imposé des considérations ethno-différentialiste dans les débats sociaux, pour tenter d’écraser la question de la lutte des classes.

Des pans entiers de gens issus de la Gauche, quasiment toute l’ultra-gauche ainsi que les milieux universitaires sont contaminé par ce genre de considérations délirantes. L’intoxication est tellement grande que Matthieu Longatte, dont le fond de commerce est pourtant un populisme contre les « riches » et les « politiques », en arrive à dire quelque chose d’aussi énorme que :

« on [les « hommes blancs »] est clairement les seuls à ne pas être discriminé au travail »

C’est fabuleux ! Le quotidien au travail dans le capitalisme en France en 2019 serait formidable pour les « hommes blancs », et tout cela se ferait au dépend d’une minorité selon des critères raciaux.

La France serait l’Afrique du Sud de l’apartheid ou les États-Unis de la ségrégation. Les « hommes blancs » vivraient dans une bulle à part, en tant que privilégiés. Notons l’absurdité de son discours puisqu’il parle « d’hommes », en les opposant aux femmes donc, qu’ils rangent parmi les minorités…

Il assume bien sûr totalement le discours sur une prétendue « islamophobie », dont il dit avoir beaucoup parlé et explique qu’il est très lucide sur la question, parlant de manière fantasmatique d’un « degré énorme d’islamophobie en France ».

Il explique avoir eu des messages de remerciement, par exemple de quelqu’un ayant montré ses vidéos à sa mère qui :

« [il fait la grimace du bobo indigné] sa mère qui n’osait plus sortir dehors… Tellement elle avait l’impression qu’elle pouvait se faire agresser. »

Il précise ensuite :

« On ne se rend pas compte mais dans un quartier par exemple, qui est essentiellement composé de minorités, le rapport aux blancs peut se limiter à la télé. Tu vois, t’es une daronne un peu âgée, qui regarde que la télé, tu peux avoir l’impression que tu vas sortir dehors et que tu vas te faire tabasser gratos par des blancs. Parce qu’on parle de toi en tant que musulman H24 à la télé, on te stigmatise, alors que t’as rien fait de mal de ta vida. »

Ces propos sont tout autant détestables que les propos d’Eric Zemmour. Ils devraient susciter autant de rejet car c’est la même chose, mais de manière inversée. Tout autant de fantasme, de mensonge, de manipulation, de racisme.

Cela ne correspond aucunement à la vie du peuple. Notons au passage qu’il faut être sacrément gonflé pour un bobo parisien de parler ainsi d’islamophobie, alors que par exemple plusieurs des plus luxueux hôtels parisiens appartiennent à des musulmans, tout comme le Paris Saint-Germain, etc.

Il suffit de se balader dans les quartiers résidentiels de l’Ouest parisien ne serait-ce qu’une fois pour voir des gens de toutes les couleurs de peau. C’est la propriété, les moyens financiers qui décident, pas l’origine ou la couleur de peau.

C’est la même chose pour le logement, personne ne peut croire à ces mensonges. En France quelqu’un qui a de l’argent peut se loger facilement, pas celui qui travaille pour un petit salaire. C’est cela la réalité, la vérité quotidienne des millions de français des classes populaires.

Matthieu Longatte n’en fait pas partie, ni n’est leur porte voix. Il n’est qu’un bobo radicalisé de la place parisienne qui s’imagine avoir trouvé un crédit populaire en reprenant le discours indigéniste.

On appréciera d’ailleurs le reste de sa prose de bobo, puisqu’il assume pratiquement de faire de l’art contemporain, c’est-à-dire un délire de grands bourgeois :

« Pour moi l’art c’est vain par définition et il ne faut pas avoir la prétention d’être utile par là. Ça ne veut pas dire que tu ne peux pas l’être, mais c’est comme gâcher le goût de se croire important en tant qu’artiste. »

La Gauche, la Gauche historique, si elle veut émerger à nouveau en France et regagner ses lettres de noblesse aux yeux des classes populaires, doit dresser un rideau de fer infranchissable entre elle et ce genre de propos ethno-différentialistes typiques des bobo et des petits-bourgeois issus de l’immigration. Sans cela, le populisme d’extrême-Droite a un boulevard.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed