La mobilisation du 11 janvier 2020 contre la réforme des retraites

Les rassemblements du samedi 11 janvier devaient profiter du week-end pour prolonger en mieux ceux du jeudi précédent. C’est un échec très net, accompagné par le passage de la CFDT dans le camp de la réforme. Alors que la lutte des classes doit précisément se lancer maintenant, elle est tétanisée.

Le grand souci actuel, c’est que les gens qui luttent s’imaginent que parce qu’ils se mettent enfin à faire quelque chose, ils vont vaincre sans péril. Ils ne comprennent pas que leur lutte est encore embryonnaire, faible culturellement, inexistante politiquement. Ils ne voient pas qu’ils ne sont pas en avance et le fer de lance d’une révolte, mais carrément en retard et l’arrière-garde réagissant à un écrasement individualiste de la société.

Les gens mobilisés croient ainsi commencer à gagner… Alors que la lutte réelle ne fait que commencer. Le décalage est total. Et le prix à payer se lit dans l’incapacité à mobiliser au-delà de la base mobilisée.

Il y a eu 149 000 personnes dans les rues le 11 janvier selon le ministère de l’Intérieur, 500 000 d’après la CGT. Dans tous les cas, cela veut dire qu’une partie significative des gens jeudi ne sont pas revenus – rappelons que la CGT avait compté 1,7 million de manifestants jeudi 9 janvier. Cela veut dire aussi que les gens qui ne se sont pas en grève ne se sont pas mobilisés en profitant du week-end.

S’il y avait réellement un élan, il y aurait plus de monde, et surtout une certaine tension sociale. Or, si la majorité du pays refuse la réforme des retraites, il n’y a simplement pas de confiance en les syndicats, CGT y compris. Donc les gens ne sont pas venus, donc les gens ne se mobilisent pas. La base de la lutte, c’est la mouvance syndicale et on ne sort toujours pas de là. Et on n’en sortira pas, car seule la Gauche, dans ses valeurs historiques, peut porter un mouvement de masse, certainement pas « les syndicats ».

Ceux-ci sont pour cette raison obligés de toujours plus basculer dans le syndicalisme révolutionnaire, c’est-à-dire le substitutisme d’une minorité luttant par procuration pour les autres. Voici ce que le dit le communiqué commun CGT – FO – FSU – Solidaires – CFE CGC – MNL – UNEF – UNL :

« Les 9, 10 et 11 janvier les mobilisations auront été d’une grande force. Ce samedi 11 janvier elles ont pris de l’ampleur avec un caractère interprofessionnel et transgénérationnel marqué. »

C’est du syndicalisme révolutionnaire, parce que l’idée est qu’à force de mettre en avant un « mythe mobilisateur », il est espéré que les choses s’auto-réalisent. On dit que la jeunesse est mobilisée aux côtés des plus anciens, que de larges secteurs du monde du travail s’impliquent. On le dit pour faire en sorte que cela arrive, comme par magie. Et on s’auto-intoxique jusqu’à croire à ses mensonges.

Seulement là, le contexte est totalement différent et les syndicats jouent pratiquement à quitte ou double. C’est d’autant plus vrai que l’État, rompu à la gestion des conflits sociaux dans notre pays, a mis en branle le processus d’intégration. La CFDT considère déjà qu’elle a gagné avec la mise de côté de l’âge pivot du projet de loi – une mise de côté pourtant présentée par le gouvernement comme « provisoire ». De plus, comme cet âge pivot pourra être modelé comme le gouvernement l’entend en jouant sur la valeur des « points » accumulés lors du parcours individuel dans le monde du travail.

La vraie question n’est toutefois pas là. Le problème de fond, c’est que les syndicats font partie des institutions depuis cinquante ans et qu’on voit leurs limites : ils ne peuvent rien proposer dépassant le cadre posé par le gouvernement. Ils ne le peuvent pas, ils ne le veulent pas. Ils ne parviennent pas – même quand ils le veulent, c’est flagrant pour les secteurs les plus offensifs de la CGT – à proposer quelque chose de positif.

On est enfermé dans un mode revendicatif rétif à toute politisation, à toute valeur politique, hostile à toute politisation même. On en revient aux mêmes travers des gilets jaunes : l’État est considéré comme les grand gestionnaire de portefeuille de la nation et doit payer, les droits sont considérés comme un privilège individuel et non des conquêtes sociales.

Et les syndicats fonctionnent comme fin en soi ; ils ne se veulent pas vecteurs de la lutte, mais le lieu de la lutte, le lieu d’absolument tout. Voilà pourquoi la démagogie d’extrême-Droite peut continuer à dénoncer la réforme des retraites, alors qu’un mouvement sur une base de Gauche rendrait cela impossible. Les choses vont se décanter… dans un sens ou dans un autre. Rien ne peut rester tel quel.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed