Raquel Garrido et ses sous-entendus antisémites

Raquel Garrido est une cadre de la France Insoumise particulièrement agressive à l’égard de la Gauche, qu’elle veut ouvertement liquider au nom du populisme. Elle est revenue récemment, pour se justifier à sa manière, sur une provocation à propos du traitement favorisant selon elle les Juifs face aux musulmans. Ces propos ont été tenus la même semaine où se tenait la commémoration de la tuerie antisémite de l’Hyper Casher par un islamiste jihadiste, et devant un cadre du RN qui a pu tranquillement la qualifier d’antisémite.

Raquel Garrido incarne jusqu’à l’excès une figure beauf se pensant moderne, avec un style pseudo-populaire qui prétend ringardiser l’héritage de la Gauche et de ses luttes dans notre pays. En toute logique, elle participe régulièrement à l’émission « Touche pas à mon Poste » de l’animateur Cyril Hanouna, bastion de la démagogie populiste dans le paysage audiovisuel de la France. De son point de vue, cela permettrait d’y apporter « la voix » de ce qu’elle représente, c’est-à-dire qu’elle espère par ses interventions parvenir à faire gagner une surface à son mouvement, la France Insoumise, ou du moins à élargir celle-ci.

Ces interventions, dans un tel cadre, ont à chaque fois quelque chose d’outrancier et de ridicule. Outrancier car surjoué, dramatisé, vulgaire même pour tout dire. Et ridicule, car cela ne peut au mieux que constituer de la punch-line à twitter et parce que la plupart du temps, cela se termine dans les vociférations et les disputes dans lesquelles on ne peut plus même suivre où elle voulait en venir.

Mais au fond, elle n’a pas l’air de bien le savoir elle-même. Au moins une chose toutefois qu’il y a de lisible et de clair, car cela elle l’assume franchement, c’est sa haine et son mépris de la Gauche et de ses valeurs.

Le 9 janvier dernier elle a ainsi tenu au cours de l’émission un propos flirtant ouvertement avec un antisémitisme élémentaire. Pour situer, cela arrive lors d’une question sur le port du voile par les adultes accompagnantes lors des sorties scolaires. Une des autres chroniqueuses interpellait Yacine Bellatar, qui était invité, pour savoir s’il aurait eu la même indignation que celle qu’il manifestait en faveur du voile, s’il avait été question du port de la kippa.

La question posée étant : « s’il (Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale) avait dit pas de kippa, auriez-vous démissionné ? » et c’est alors que Raquel Garrido intervient pour affirmer : « s’il avait dit cela, il ne serait plus ministre ». Phrase qu’elle appuie et répète ensuite fermement.

Il faut bien comprendre que Raquel Garrido n’en est pas ici à son coup d’essai, que cela ne relève pas d’une forme de dérapage, ce qui serait déjà grave de toute façon. Depuis le mois de septembre, elle intervient régulièrement dans l’émission pour fustiger le CRIF, opposer le traitement que l’on réserverait aux musulmans par rapport à celui qu’on accorderait aux Juifs.

En un mot, elle affirme clairement qu’elle pense qu’une lutte de pouvoir devrait être menée face à l’influence communautaire des Juifs et de leurs organisations en France, car ces dernières auraient des positions de privilèges qui provoqueraient des injustices en particulier concernant les musulmans, et que cela devrait se faire précisément au nom de la laïcité.

Raquel Garrido voit donc des communautés, ou des lobbies même si elle refuse le terme, mais elle ne relie cela en rien au libéralisme. Elle ne voit pas de part sa position que l’atomisation même de la société est ce qui constitue le problème, et que les post-modernes considèrent précisément que la société devrait se résumer à des individus libres et déconnectés, sauf pour défendre telle ou telle dimension de leur existence. Pour les libéraux, il peut bien exister un « lobby juif » comme un « lobby islamiste » par exemple, dans le cadre d’une société pulvérisée et concurrentielle.

D’ailleurs, précisément, elle ne voit pas tellement de problème à cela. Ce qui la gène, c’est que des Juifs auraient des privilèges, de part la position et l’influence de leurs organisations. Prolongeant cela, elle refuse bien sûr de parler de l’antisémitisme, sinon pour dire qu’elle ne le serait pas. Elle pense ouvertement en revanche que le sujet serait de réduire l’influence des Juifs dans les médias et dans les sphères de l’État. Les islamistes et les nationaux-socialistes à la sauce Alain Soral ne disent pas autre chose.

On sort donc du cadre de la raison pour aller vers le soupçon délirant et complotiste visant les Juifs et leurs organisations, en réactivant ni plus ni moins que les fondamentaux de l’antisémitisme le plus convenu. C’est un trahison ni plus ni moins des principes et de l’histoire même de la Gauche.

Par conséquent, si la France Insoumise était une organisation de Gauche, Raquel Garrido aurait dû rendre des comptes et elle aurait été exclue. Mais la France Insoumise est une organisation populiste. Et sa lutte contre « l’oligarchie » et les « communautés », en contournant au maximum l’islamisme, ne peut que l’amener toujours plus à développer l’antisémitisme.

La semaine dernière, elle est donc revenue, accompagnée d’Alexis Corbière, son compagnon qui est aussi un cadre dirigeant de la FI, et qui a été élu député en 2017, pour revenir sur ses propos. Pas pour s’excuser ni même au moins clarifier sa pensée. Non. Pour mettre en accusation ses détracteurs de brandir à tout va « l’anathème » d’antisémitisme pour clore ainsi le débat. Il faut bien dire que l’on peut parler d’anathème pour l’antisémitisme. N’est-ce pas la moindre des choses ?

Ou bien faudrait-il faire comme si le nazisme, les persécutions ou le Génocide des Juifs européens n’avaient jamais existé ? Elle a même eu l’audace de dire, de hurler plutôt, que si Cyril Hanouna pensait qu’elle était antisémite, il devait la virer sur-le-champ, en reconnaissant que cela relève de l’inacceptable.

C’est bien ce qu’il aurait fallu faire. Et cela d’autant plus, comme s’il fallait encore en rajouter, que cette sortie, Raquel Garrido l’a faite en présence de Jean Messiha, un cadre dirigeant du RN qui était opposé ici non à Raquel Garrido, ce qui veut déjà tout dire, mais à Yacine Bellatar.

Jean Messiha représente la ligne anti-islamiste du RN et, étant d’origine égyptienne, il valide en outre le fait que le RN mette en avant non la question du racisme, mais celle du nationalisme. Yacine Bellatar, représentant ici le libéralisme post-moderne et ouvert aux islamistes, il n’y avait plus aucun espace pour une personne comme Raquel Garrido. Dans ce face à face, elle est littéralement écrasée par le nationalisme de Jean Messiha.

Dans le meilleur des cas, elle ne peut que soutenir le cosmopolitisme de Bellatar sur l’islamisme, alors même qu’elle se prétend anti-macronienne de manière radicale, dans le pire des cas, son populisme ne tient pas le coup face au nationalisme.

Elle aurait pu se taire au moins, mais elle a choisi une attaque, pour montrer en fait qu’elle était plus radicale que le nationalisme de Jean Messiha, sans être anti-islamiste, en saisissant une occasion d’opposer Juifs et musulmans, kippa et voile. Comment ne pas être affligé par un tel niveau ? On est là dans une attaque anti-populaire qui fait forcément bondir hors d’elle toute personne de gauche.

Jean Messiha n’a même pas eu besoin de réagir outre mesure, il l’a ouvertement taxé d’antisémitisme, élargissant l’attaque à l’ensemble de la FI. Et sur cela, ni Raquel Garrido, ni Alexis Corbière ne sont revenus. Mais que peuvent-ils opposer de toute façon à un RN qui les devance sur leur propre terrain ? Face au RN, le sol se dérobe sous leurs pieds.

Il faut bien voir ici l’urgence qu’il y a pour la Gauche à clairement rejeter les personnes comme Raquel Garrido et au-delà, toute démarche populiste. L’antisémitisme est une ligne rouge infranchissable pour la Gauche authentique.

Ce qu’on voit aussi, c’est qu’entre les assauts des post-modernes libéraux de tout bord et ceux des nationalistes, il n’y a pas d’espace pour un soi-disant « populisme de gauche », autrement qu’à être la « gauche » des nationalistes. Et on voit bien que la FI ne cesse de reculer ou d’être littéralement conquise par le RN dont elle contribue à paver la route.

Il faut être clair avec des personnes comme Raquel Garrido ou Alexis Corbière sur ce qu’est la Gauche et ses valeurs pour être en mesure de rompre avec le libéralisme et de faire face de manière conséquente au nationalisme. C’est une exigence historique de notre époque.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed