Connaître la pollution de l’air: une tâche nécessaire pour la Gauche

Selon l’OMS, la pollution de l’air a engendré en 2016, 4,2 millions de décès du fait de maladies cardiovasculaires et respiratoires et de cancers. En France, on estime à 48 000 le nombre de personnes qui meurent prématurément à cause de la pollution. C’est autant que de l’alcool. Le problème est de taille, si bien qu’en mai 2019, la Cours de Justice de l’Union européenne condamnait la France pour « manquement aux obligations issues de la directive qualité de l’air ».

Ce manquement de la France à la directive de 2008 de l’Union européenne concernait des dépassements persistant des valeurs limites de dioxyde d’azote (NO2) dans plusieurs parties du territoires. Ce gaz, très toxique, est surtout le résultat de la combustion des véhicules diesels.

Le problème, c’est que les critères de compréhension de la qualité de l’air sont complexes. On peut la connaître en allant sur un des treize sites régionaux, ou un des six pour « l’outre-mer », de l’ATMO qui est une fédération d’association et a sa propre unité de mesure.

Par exemple, dans le Rhône, ATMO se base sur le relevé de 21 stations de mesures et d’une observation spécifique effectuée en 2015, pour ensuite effectuer une modélisation via satellite pour l’ensemble du département. L’application « airtogo » est également relié à l’ATMO.

L’indice ATMO se base sur des relevés journaliers des stations de mesure dites de fonds (c’est-à-dire non exposés à des sources de pollution directes) en prenant en compte trois polluants que sont l’ozone (O3), les dioxydes d’azote (NO2) et les particules fines PM10.

Remarquons que la pollution à l’ozone concerne surtout la période estivale, accentuée par les épisodes de canicule.

L’indice (et la modélisation cartographique) tient compte des conditions de dispersion météorologiques, de la topographie, de l’état des sources de pollution sur le territoire, et de résultats d’études ponctuelles. Obligatoire dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants, ATMO se base sur le sous-indice maximum de concentration des trois polluants de la vielle pour le lendemain. Pour les agglomérations moins peuplées, il est fait référence à l’IQA, indice plus synthétique.

Basée sur une échelle de 0 à 10, la qualité de l’air est considérée comme dégradée lorsqu’un le seuil réglementaire d’un des trois polluants mesuré est dépassé. Cette échelle correspond à des valeurs des seuils de pollution à respecter (de 0 à supérieur à 100). Lorsqu’un polluant dépasse la valeur de 90, le seuil d’infirmation et déclenché, puis au-delà de 100, c’est le seuil d’alerte.

Mais comment sont mesurés les polluants ? Chaque polluant a une norme réglementaire qui varie selon l’OMS, l’Union européenne ou le code de l’environnement français. Prenons par exemple les PM 10, pour « matière particulaire » (ou Particulate Matter en anglais) d’une taille égale ou inférieure à 10 micromètres.

Selon le code de l’environnement, sur lequel se base l’indice ATMO, la concentration de PM 10 ne doit pas dépasser 50 microgrammes par mètres cubes d’air (50ʮg/m3) plus de 24 heures, au-delà de quoi le seuil d’information est activé (valeur supérieur à 90 de l’indice). À plus de 80ʮg/m3, c’est le seuil d’alerte qui est activé, soit un indice ATMO d’une valeur supérieure à 100.

Ces particules fines sont très dangereuses car elles restent en suspension dans l’air et s’agrègent à d’autres polluants (comme le dioxyde d’azote, le terrible benzène, les métaux lourds tels que le plomb, l’arsenic… etc.) et pénètrent dans l’organisme.

Plus la particule est fine, plus elle pénètre profondément l’organisme. On comprend que certains parlent de « scandale » de la pollution de l’air, puisque les PM 2,5 ne sont pas prises en compte dans le calcul de l’indice, alors que du fait de leur très petite taille, elles s’infiltrent dans le système pulmonaire et sanguin lorsque les PM 10 restent au niveau des narines et de la gorge.

C’est pourquoi on peut aussi se référer à d’autres sites d’information comme airvisual.com ou aqicn.org. Ces sites se basent sur l’Indice de Qualité de l’Air (IQA ou AQI en anglais), indice qui se base sur 6 polluants (contre 3 pour l’indice ATMO) et prend en compte les PM 2,5.

Ces deux sites très fonctionnels permettent des comparaisons explicites. Par exemple, dans la vallée de l’Arve, au pied du Mont-Blanc, les villes de Passy et Sallanches ont régulièrement des niveaux de PM 2,5 qui les classent dans le « top 20 » des villes les plus polluées. Elles se trouvent à côté des certaines mégalopoles de Chine et d’Inde, bien que dans ces endroits les niveaux de pollution atteignent des records ahurissants.

Bien qu’à l’aspect technique rebutant, ces sites sont des outils que toute personne à Gauche doit se saisir pour approfondir sa connaissance d’une pollution de l’air qui exprime un des aspects anti-écologiques engendré par le chaos du capitalisme.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed