Chantal Mouffe et le «populisme de gauche»: un laboratoire du fascisme

Chantal Mouffe est une intellectuelle qui se présente comme une « post-marxiste » inspirée des mouvements sociaux, des régimes d’Amérique latine anti-libéraux et de la philosophie post-moderne prétendant déconstruire des « discours » dominants. Elle s’est imposée comme une référence essentielle de la France insoumise, qui a repris une grande partie de ses idées.

Chantal Mouffe

La lecture de ses travaux, en particulier l’ouvrage intitulé Pour un populisme de gauche, ne peut logiquement que soulever le cœur de toute personne ayant une authentique culture de Gauche. Ce n’est ni plus ni moins qu’un ouvrage reflétant un esprit de liquidation de l’héritage de la Gauche avec la perspective de se jeter dans les bras du fascisme.

Quand on est de Gauche, quoi qu’on puisse penser de Karl Marx, on convient assez facilement que c’est une référence dont la pensée suscite l’intérêt et le respect. De même, on fronce vite les sourcils face à ce genre de personne qui commence son raisonnement en disant que Marx, oui c’est bien, mais qu’il faudrait tout de même dépasser tout cela, sortir même de ce genre de références routinières, bâtir une pensée renouvelée.

Mais le malaise anticipe la suite en réalité, parce que pas loin derrière, presque immanquablement, on peut parier que ce relativisme sert à servir la soupe à un penseur réactionnaire lambda qu’il faudrait relire, pour justement y trouver de quoi dépasser Marx et inspirer la pensée de notre époque.

Chantal Mouffe est de ce genre de personne. On pourra toujours dire qu’on ne manque malheureusement pas en France de ce type d’énergumènes de la pensée, qui cherchent à pondre du « post-marxisme » ou du « socialisme du XXIe siècle » sans avoir de culture politique solide. Mais Chantal Mouffe se distingue par le fait que c’est une intellectuelle universitaire de renom qui bénéficie d’une surface non négligeable. Elle est ainsi parvenue à inspirer largement les cadres de la France insoumise, jusqu’à Jean-Luc Mélanchon en personne.

On lui doit, si on peut dire les choses ainsi, le principal ouvrage de référence intellectuel francophone prétendant définir et mettre en perspective ce qu’elle appelle elle-même le « populisme de gauche ». En un sens, on peut reconnaître à Chantal Mouffe la qualité de la constance. Le livre qu’elle a sorti en 2018 sous ce même titre constitue en effet le point d’arrivée de ce qu’elle raconte depuis le début des années 1980.

À la base en effet, elle a produit avec son époux Ernesto Laclau ce qui est considéré aujourd’hui comme le socle de ce qui ce veut être la pensée « post-marxiste ». L’un et l’autre sont d’abord des intellectuels catholiques de « gauche » formés à l’université de Buenos Aires pour Ernesto Laclau et à l’université catholique de Louvain pour Chantal Mouffe. Ernesto Laclau en particulier a été un des principaux idéologues du courant national-révolutionnaire appelé le péronisme en Argentine et l’axe principal de son travail a consisté en un appui intellectuel à ce courant dans son pays, dans les mouvements de la Gauche d’Amérique du Sud et au-delà en Europe et plus particulièrement donc en France.

Si Chantal Mouffe et Ernesto Laclau se disent « post-marxistes », il faut comprendre que cela correspond d’abord à toute une époque. Celle justement où s’est affirmé, notamment en France, la pensée de la « Gauche » post-moderne. L’un et l’autre se sont convaincus ainsi en tant qu’intellectuels, que ni la classe ouvrière, ni même la lutte des classes ne sont des choses réelles, ou suffisantes pour comprendre les sociétés capitalistes et faire de la politique. S’appuyant sur les travaux de philosophes comme Michel Foucault, ils affirment dès la fin des années 1970 que la question est celle de « l’oppression », que la société est traversée par des luttes de pouvoirs, dont la lutte des classes ne serait en fait qu’un aspect. Toutes les luttes, tous les « mouvements sociaux », des syndicats, des minorités, des étudiants ou des femmes notamment, sont l’aspect principal.

Mais comme cela part justement dans tous les sens, il faudrait donc que quelque chose structure, ou rassemble les luttes. Et cela serait donc les « discours ». En quelque sorte, l’idéologie. Il y aurait donc un discours du « libéralisme » ou du « néo-libéralisme » à quoi s’opposeraient un discours « socialiste ». Les idées feraient donc l’histoire, et on comprend comme cette affirmation a pu exercer une forme de séduction sur des intellectuels. Cela valide en réalité leur confortable position universitaire au service de la bourgeoisie, tout en entretenant l’illusion d’une critique pseudo-radicale fondée littéralement sur du vent : le « discours ».

Chantal Mouffe a poussé très loin cette conception, avec la conviction de devoir conquérir ce qu’elle appelle une « hégémonie ». Selon elle, le « discours » libéral serait dominant dans notre société. Il s’agit donc de faire face à cette hégémonie en proposant un « discours » socialiste. Jusque là, on est dans la question de la lutte culturelle, et on ne peut qu’approuver sur le fond cette idée.

Mais à qui adresser ce discours ? Comme pour Chantal Mouffe, il n’existe rien d’autre dans la société que des « mouvements sociaux », c’est eux qu’il faut rassembler. Selon elle, c’est cela qui constitue le noyau du « peuple », qui toujours selon elle est constitué par les gens conscients ou actifs dans le cadre d’un discours. Il existe donc schématiquement un peuple de « droite », porteur du discours libéral, et un peuple de « gauche » porteur du discours socialiste : par exemple, les luttes décoloniales, LGBT+, les syndicats, tout cela est la même chose, mais dispersé pour ainsi dire.

Entre ces deux pôles, aucun compromis n’est possible. Et on touche là un point essentiel de la pensée de Chantal Mouffe : ce qu’elle appelle « l’antagonisme agonistique ». Ce concept théorique part de l’idée suivante : la lutte politique n’a rien de rationnel, l’hégémonie et la lutte pour le pouvoir impliquent nécessairement un écrasement de l’adversaire, ce qui expliquerait selon elle la brutalité du libéralisme.

C’est donc avec un discours politique assumant très clairement la volonté d’écraser le libéralisme que l’on pourrait rassembler les mouvements sociaux en un seul faisceau en mesure de renverser l’hégémonie libérale. Toutefois, il ne s’agirait pas non plus d’un écrasement total, dans la mesure où le « paradoxe démocratique » selon elle consiste à laisser sa chance à l’adversaire de se maintenir dans l’opposition, puisque son existence est une condition même de la vitalité démocratique qui ne peut exister que dans le conflit. Il ne faudrait pas chercher à dépasser la contradiction ou l’antagonisme, puisque ce « pluralisme » serait la condition même du progrès.

En fait, cette lutte pour le pouvoir ne vise ni le capitalisme, ni même les institutions de l’État. Au contraire même : Chantal Mouffe propose ni plus ni moins de les conquérir et de les mettre au service du « peuple », donc des mouvements sociaux qui constitueraient selon elle la « gauche ». Pour elle, l’Etat où les grandes entreprises capitalistes aussi sont des choses « neutres », plus même c’est l’outil même du « socialisme ». Elle rejette donc totalement l’idée de démocratie populaire, pour elle seul l’Etat est en mesure de prendre des décisions « socialistes », à condition d’être guidé par le bon « discours » porté par les bons chefs qui imposeraient la bonne hégémonie.

Cette vision compétitive et « vitaliste » de la politique, et ce culte de l’État devant s’imposer à la la société, Chantal Mouffe l’emprunte directement et ouvertement à Carl Schmitt, un des idéologues de l’Allemagne nazie. Bien entendu, elle rejette forcément l’existence du fascisme, qui n’est selon elle que le libéralisme hégémonique lui-même. Elle rejette aussi totalement la pensée rationaliste notamment issue des Lumières au nom de son anti-libéralisme radical : s’il faut « déconstruire » le discours libéral, selon elle, il faut donc refuser tout compromis avec l’esprit des Lumières.

Ce seul point devrait donc suffire à considérer Chantal Mouffe comme une idéologue fasciste, au sens national-révolutionnaire du terme. Ce qu’elle est de bout en bout, à ceci près qu’elle ne conçoit son anti-libéralisme que dans un cadre purement discursif : elle s’oppose à l’idée de liquider politiquement des adversaires et entretient cette sorte de règle du jeu « agonistique » comme étant la ligne garantissant par le pluralisme la démarcation entre « démocratie » et « totalitarisme ».

Ce qu’elle appelle le « populisme de gauche » relève donc de la volonté de s’appuyer de manière opportuniste et presque machiavélique, sur tous les mouvements anti-libéraux et potentiellement de gauche, dans le but de rassembler une force électorale significative en mesure de conquérir les institutions, afin de les utiliser pour mener une politique « socialiste » qu’elle ne précise jamais par ailleurs.

Dans cette lutte, les idées importent au fond moins que les ressorts émotionnels et les ressentiments. Pire même, toute analyse qui se voudrait fondée sur une rationalisation des rapports sociaux est selon elle forcément une trahison libérale, puisque le libéralisme aurait construit une chose comme la « raison » uniquement dans le but discursif d’empêcher toute remise en cause radicale de son hégémonie. Il suffirait donc sur le plan politique de réduire le libéralisme à une « oligarchie » de profiteurs et d’amalgamer tout ce qui bouge en sens inverse au nom du « peuple ».

On ne s’étonnera pas que Chantal Mouffe voit dans des régimes comme ceux de Chavez, de Poutine ou de l’Iran islamiste, des régimes « socialistes », ou du moins anti-libéraux qu’il faudrait soutenir au nom de la « Gauche ».

Bien sûr, la pensée de Chantal Mouffe n’inspire pas telle quelle celle de personnes comme Jean-Luc Mélenchon, mais dans les grandes lignes, elle a largement irrigué le fond et la forme de ce qu’est la France Insoumise. On peut difficilement imaginer pire référence en réalité, comment une personne qui se voudrait aussi républicaine et sociale que Jean-Luc Mélenchon peut-il cautionner ouvertement une pensée qui au sens propre recycle des pans entiers du nazisme ?

Cela montre à quel point il n’y a rien de bon à tirer chez ces personnes qui parlent de « socialisme » sans l’ancrer clairement dans son héritage à Gauche, ces personnes comme Chantal Mouffe qui voudraient bâtir soi-disant autre chose au nom du rejet du libéralisme, en liant à la Gauche tout ce qui n’est pas « libéral » pour se donner des airs de faux radical, tout en pavant ni plus ni moins la route au fascisme.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed