La vague postmoderne à l’exemple de la revue «Offensive»

Les postmodernes ont d’abord intégré la Gauche classique en général, pour profiter de ses faiblesses et diffuser leurs conceptions. Puis, ils ont pris le pouvoir. Ici, un exemple avec un groupe libertaire Offensive Libertaire et Sociale.

En décembre 2014, Offensive Libertaire et Sociale (OLS), qui produisait la revue Offensive, annonçait sa dissolution. La revue, qui avait 800 abonnés environ, avait cessé sa parution en janvier. La raison donnée, pour ce groupe existant depuis 2003 est l’impossibilité de « construire du commun » sur la base de différentes questions.

La plupart tiennent en fait à la question « postmoderne » :

« Sur le féminisme : Le féminisme peut-il faire l’impasse sur la déconstruction du genre ? Peut-on lutter contre les dominations sans déconstruction ? L’idée de déconstruction conduit-elle inévitablement à nier toute idée de nature ? Les luttes pour la libération sexuelle ne contribuent elles pas à véhiculer des valeurs qui sont celles du néolibéralisme ? »

« À propos de la famille : La famille peut-elle être une réponse au délitement des liens sociaux et des solidarités et un espace de résistance au capitalisme ? Ou ne reste-t-elle qu’une institution patriarcale qui socialise aux normes dominantes ? »

« Autour de l’identité et de l’universalisme : La multiplication des identités ne brouille-t-elle pas la perception qu’on a des rapports de domination ? Cette atomisation des identités ne risque-t-elle pas de participer de la déstructuration du tissu social, des solidarités ? Les luttes sociétales (comme le féminisme, l’antiracisme…), que l’on dit plus facilement récupérables par le pouvoir, doivent-elles pour autant passer au second plan ? Situer d’où on parle est-il primordial pour lutter et penser ensemble ? Peut-on lutter ensemble sans partager certaines valeurs communes ? »

Le groupe OLS a été ici très hypocrite dans sa formulation, car il a lui-même été un des vecteurs de l’idéologie postmoderne. C’est en effet un produit direct de la décomposition du milieu anarchiste, avec notamment un membre désormais maître de conférences à l’université et ayant été l’un des premiers à assumer les thèses de ce qu’on va appeler la « gauche américaine » sur les questions « sociétales ».

En octobre 2004, la revue Offensive propose un dossier consacré au thème « Genre et sexualité ». On y trouve déjà la rhétorique postmoderne, avec l’inévitable valorisation de Michel Foucault. On retrouve ce dernier dans le numéro suivant, alors que le numéro de décembre 2007 aborde la question de la prostitution selon l’angle postmoderne.

On a également en décembre 2009 un dossier  « Nature & animalité » réfutant évidemment la biologie. La nature est présentée comme une « idée » par définition obstacle à l’émancipation.

Pourquoi alors la crise de 2014 ? C’est simple à comprendre, car il y a un vrai modèle, valable tant pour le PS que l’UNEF ou encore la CNT. Comme le libéralisme prime dans le domaine des idées, il y a eu un espace pour les postmodernes. Ceux-ci ont tapé tout de suite très haut en profitant du fait que la « gauche américaine » était dans leurs mains, avec le monde universitaire américain à leur service.

Ils se sont valorisés, ont commencé à introduire leurs thématiques, leurs approches… Jusqu’au moment où cela allait tellement loin que tout se renverse en leur faveur. Naturellement, cela passe ou cela casse.

À l’OLS, cela a cassé, car il y a un fond communiste libertaire rationaliste qui prévalait chez certains, comme d’ailleurs chez l’Organisation Communiste Libertaire. L’intellectualisme pour ouvrir des perspectives, oui, le libéralisme d’accord, mais un basculement ouvert dans quelque chose de nouveau, combinant intellectualisme et libéralisme dans une démarche post-idéologique, cela allait trop loin…

Les communistes libertaires sont d’ailleurs, au sens strict, les très grands perdants de ces 30 dernières années. De par leur approche, ils sont coincés entre le maoïsme avec sa perspective rationaliste, culturelle et prolétaire, et un anarchisme post-marxiste ouvert aux postmodernes, porté désormais par l’Union Communiste Libertaire.

La crise de l’OLS est un bon exemple de pénétration postmoderne, suivie d’une fêlure, puis d’une cassure. Avec les postmodernes, soit il y a renversement des valeurs de la Gauche historique, soit crise et effondrement de l’organisation. C’est une véritable entreprise de démolition.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed