La Gauche se fourvoie totalement dans sa dénonciation du 49-3

Toute une Gauche pleurniche de manière véhémente contre le recours « anti-démocratique » du gouvernement à l’article 49-3 de la Constitution. Dommage que l’article ait été utilisé déjà 89 fois depuis 58, dont une très grande partie par la Gauche elle-même…

Nous vivons dans un régime qui est celui de la Ve République, né d’un coup d’État. Cela date de 1958. Découvrir en 2020 qu’il n’est pas démocratique ne tient pas debout. D’ailleurs, la Gauche a initialement dénoncé de manière ininterrompue la Ve République, que cela soit de la part du PCF que de celle de François Mitterrand, qui écrivit à ce sujet un fameux ouvrage, Le coup d’État permanent.

De plus, l’article 49 alinéa 3 de la Constitution a déjà été employé à de très nombreuses reprises par des premiers ministres. On a ainsi Manuel Valls qui s’en est servi six fois entre 2014 et 2016. Dominique de Villepin s’en est servi une fois en 2006, Jean-Pierre Raffarin deux fois, en 2003 et 2004, Alain Juppé deux fois en 1995 et 1996, Édouard Balladur une fois, Pierre Bérégovoy trois fois, Edith Cresson huit fois, Michel Rocard… vingt-huit fois.

Auparavant on a également Jacques Chirac (8 fois), Laurent Fabius (4 fois), Pierre Mauroy (7 fois), Raymond Barre (8 fois), Georges Pompidou (6 fois), Michel Debré (4 fois).

Il est donc absolument ridicule de « découvrir » en 2020 que la Droite est la Droite, que l’article 49-3 est anti-démocratique. Surtout qu’en plus, l’opposition au gouvernement d’ Édouard Philippe a déposé… 22 000 amendements, dans l’unique but de pourrir les discussions parlementaires en prétendant être démocratique.

Ni une, ni deux, le gouvernement contourne le « débat parlementaire » – par ailleurs évidemment purement fictif de toutes façons – et dit la loi passe ou je démissionne. La majorité étant pour Emmanuel Macron, le gouvernement est « sauvé » et la loi passe.

Parler donc de « régime autoritaire » comme le fait Jean-Luc Mélenchon n’a aucun sens. Soit il l’est à la base, depuis 1958, et à ce moment-là il n’y aucune raison de se focaliser sur Emmanuel Macron, ce qui est d’ailleurs l’un des travers imposés par la Ve République.

Dans Le coup d’État permanent, François Mitterrand dit justement :

« En remplaçant la représentation nationale par l’infaillibilité du chef, le général de Gaulle concentre sur lui l’intérêt, la curiosité, les passions de la nation et dépolitise le reste. »

François Mitterrand se demandait même alors :

« Magistrature temporaire ? Monarchie personnelle ? Consulat à vie ? Pachalik ? Et qui est-il, lui, de Gaulle? duce, führer, caudillo, conducator, guide ? »

La critique du recours au 49-3 par la Gauche est donc triplement hypocrite. Déjà parce qu’elle l’a utilisé aussi – on parle ici de la Gauche gouvernementale. Ensuite, parce que cela sous-tend qu’il y aurait un réel débat parlementaire au moment de la mise en place des lois, ce qui évidemment n’est que du théâtre.

Ensuite, parce que le régime lui-même fonctionne ainsi depuis 1958. Seulement comme ni le PS ni le PCF ne comptent en revenir à leurs fondamentaux, il leur faut cacher cela sous le tapis.

Et cela montre que la défaite totale dans le combat contre la réforme gouvernementale des retraites cherche le moindre prétexte pour être « justifié ». Tout sauf la remise en cause, voilà le mot d’ordre de ceux qui refusent d’en revenir à la Gauche historique…

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed