La Gauche «programmatique» et sa perplexité quant au mouvement contre la réforme des retraites

Pour trouver une analyse critique, forcément sévère, du combat contre le projet gouvernemental de réforme des retraites, il faut aller du côté de la Gauche « programmatique », qui vit de manière séparée de la Gauche « activiste ».

Muni de tout un arsenal théorique et privilégiant les tournants politiques, la Gauche « programmatique » considère que l’opposition au gouvernement au sujet de la réforme des retraites a été, par définition, mal mise en place, mal organisée. Cette perplexité a en fait un arrière-plan politique, idéologique, dont voici trois exemples, avec les trotskistes de Lutte Ouvrière, les bordiguistes du Parti Communiste International et les maoïstes du PCF (mlm).

Voici l’éditorial de Lutte Ouvrière qui, à son habitude, ne parle pas des syndicats et appelle à témoigner de la volonté de lutte en votant pour les listes Lutte Ouvrière aux municipales.

« Le gouvernement s’apprête à utiliser l’article 49.3 de la Constitution pour imposer la retraite par points sans vote au Parlement. Avec plus de 300 députés LREM à l’Assemblée, il est pourtant sûr d’avoir la majorité. Il est simplement pressé d’en finir au plus vite avec une réforme qui a mis des centaines de milliers de travailleurs en grève et qui ne passe pas dans le monde ouvrier.

Quels que soient ses discours sur la nouvelle façon de faire de la politique, Macron préfère les bonnes vieilles méthodes autoritaires. Pour lui, comme pour ses députés, prêts à voter cette loi des deux mains, seuls comptent les intérêts des plus riches de ce pays. L’âge de la retraite sera repoussé et les pensions seront diminuées, parce que le grand patronat veut payer de moins en moins.

La Macronie risque de le payer cher politiquement, et cela très vite puisque les élections municipales auront lieu le 15 mars.

Dans les grandes villes, ce sont des élections politiques, dans le sens où l’on vote d’abord pour un parti. Bien des travailleurs souhaitent rejeter les candidats de Macron sans avoir à voter pour d’autres politiciens qui ne valent pas mieux. C’est pourquoi Lutte ouvrière présente ses propres listes dans la mesure de ses forces. Même si elle est loin de pouvoir couvrir toutes les villes, LO sera présente dans près de 240 communes. »

Pour le Parti Communiste International, l’accent doit se porter sur une dénonciation approfondie des directions syndicales qui ont empêché l’affirmation de la lutte dans un sens prolétarien authentique (Pour lutter contre les attaques bourgeoises, il faut rompre avec les orientations des directions syndicales et revenir à la lutte indépendante de classe !).

« Cet échec n’est pas celui des travailleurs ! Il est celui de l’orientation de la lutte décidée par l’intersyndicale.

Dès le départ, les directions syndicales ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour éviter que les prolétaires recourent à des méthodes de lutte classistes : constitution de comités de grève, mise en place systématique de piquets de grève, refus des préavis, envoi de délégations massives aux autres entreprises pour les appeler à rejoindre la lutte, etc.

Ce qui leur importait, c’était d’éviter que le mouvement débouche sur une confrontation générale avec le gouvernement qu’ils n’auraient pas pu contrôler, et qui aurait risqué d’ébranler l’ordre bourgeois.

C’est pourquoi, se refusant à élargir le mouvement sur la lancée de l’entrée en grève des travailleurs des transports, les directions syndicales ont  repris leur funeste tactique des « journées d’action » à répétition et des impuissantes manifestations.

Tout en réaffirmant constamment leur volonté de lutter « jusqu’au retrait » et en multipliant les déclarations combatives démagogiques, elles ont attendu plusieurs semaines, après s’être mises en congé de la lutte pendant les fêtes,  pour appeler à des journées de grève dans les ports ou  déclencher, sous la pression des travailleurs, la grève des éboueurs.

Sans oublier la levée des préavis de grève dans les transports routiers au début de l’année, après l’obtention de quelques miettes, ou l’appel le 28/1 par l’intersyndicale du secteur à la fin de la lutte chez les pompiers – appel qui a suscité la colère des intéressés.

Enfin dans la santé, les appareils syndicaux ont maintenu le mouvement à l’écart de la lutte sur les retraites, et ils noient  les revendications pour les salaires et les conditions de travail du personnel du secteur derrières des revendications interclassistes.

S’il fallait une preuve encore qu’il est impossible de compter sur les directions syndicales, il suffirait de constater qu’elles se sont précipitées le 30/1 pour aller discuter avec le premier ministre du financement de la réforme qu’elles prétendaient combattre – après avoir avancé au mercredi la date de la rituelle « journée d’action » pour ne pas troubler la discussion… »

Pour le PCF (mlm), « Le mouvement contre la réforme des retraites de 2019/2020 a été une fiction », il n’est que le dernier avatar du social-impérialisme représenté en France par le tandem PCF-CGT, par définition totalement honni pour les maoïstes.

« Pourquoi le mouvement contre la réforme des retraites a-t-il été une fiction ?

On doit parler de fiction, car c’est l’aristocratie ouvrière qui a calibré le mouvement contre la réforme des retraites. La forme des luttes, le contenu des revendications, les manière de s’engager intellectuellement et spirituellement dans le mouvement, l’esthétique des informations et des actions… Tout a été paramétré par l’aristocratie ouvrière.

La conséquence en a été une absence totale d’accroche dans la société (…). C’est justement parce qu’il s’agit d’un mouvement de masse qu’on peut et doit parler de fiction. Car le mouvement des retraites n’a été qu’un mouvement de masse de plus dans l’histoire française, dans le cadre d’un capitalisme puissant, très bien organisé, ayant intégré depuis les années 1960 les syndicats au sein même des institutions.

Il suffit de regarder les trente dernières années pour voir que le mouvement contre la réforme des retraites n’est qu’un ajout de plus à une liste déjà longue de mouvement de masse à caractère revendicatif.

C’est une tradition française, qui doit au fait que les rapports d’intégration des travailleurs au sein des institutions ne sont pas aussi bien structurés que, par exemple, en Allemagne, en Suède, en Belgique. Cela tient bien entendu au taux très faible de syndicalisation en France, le pire de tous les pays capitalistes d’ailleurs.

C’est cela la source du style français de négociations au moyen de coups de force symboliques, de rassemblements de masse sans lendemain, de discours contestataires enflammés. Vu de l’extérieur, cela peut impressionner. Quand on voit que cela se répète sans fin, c’est moins convainquant.

Il suffit de prendre l’exemple de la grève contre la réforme des retraites de 2010. La CGT et la CFDT affirment toutes deux que le 23 septembre 2010, trois millions de personnes se sont rendues aux manifestations, dans 239 villes. Qui s’en souvient ? Quel a été l’impact culturel, politique, idéologique ?

Il n’en reste tout simplement rien du tout. De la même manière, personne ne se souviendra qu’il y a eu d’après la CGT 1,8 millions de manifestants en France, le 17 décembre 2019. La raison en est que ce n’est pas de l’Histoire, mais une péripétie relevant de la petite histoire de la pacification des rapports sociaux dans le capitalisme français. »

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed