Décès du fasciste russe Édouard Limonov

Le russe Édouard Limonov vient de décéder, ce qui est simplement une anecdote dans notre période actuelle si difficile. Mais comme il a été une grande figure du fascisme authentique – celui à prétention romantique – et qu’il est très connu en France, il y a lieu de rappeler sa nature trouble.

Si Édouard Limonov est connu, c’est en raison d’un roman d’Emmanuel Carrère, fils de la très connue et très réactionnaire Hélène Carrère d’Encausse, qui pendant la guerre froide était la principale soviétologue française. Ce roman, au titre sobre de Limonov, a gagné le prix Renaudot en 2011 et a connu un très grand succès dans les milieux littéraires du Paris raffiné, c’est-à-dire bourgeois et ennuyé.

Limonov y est présenté comme une sorte d’aventurier des temps modernes, « voyou à Kharkov, poète underground à Moscou, loser magnifique à New York, écrivain branché à Paris, soldat de fortune dans les Balkans et, à Moscou de nouveau, vieux chef d’un parti de « jeunes révolutionnaires ».

En réalité, Limonov fait partie de l’extrême-Droite russe, dont il a été une des principales figures. D’ailleurs, le roman à prétention biographique raconte avec détails la participation massive de Limonov et de ses partisans « nationaux bolcheviques » à l’opération russe de partition de l’Ukraine.

Initialement, Édouard Limonov est un écrivain mystique, à prétention avant-gardiste. De nombreuses œuvres de lui ont été publiées en français d’ailleurs.

Dès les années 1970, il part aux États-Unis dans les années 1970, en tant que jeune dissident d’une trentaine d’années. Rapidement sans le sou malgré une vraie médiatisation, il termine à Paris où il fréquente avec succès les milieux littéraires, avant de retourner en Russie fonder, dans les années 1990, le Parti national-bolchévique.

Ce mouvement, qui avait comme symbole le drapeau nazi où la croix gammée était remplacée par le marteau et la faucille, avait en réalité deux dirigeants. D’un côté, donc, Limonov, qui ramenait toute une scène alternative pour chercher à en faire des punks et des gothiques nazis. De l’autre, le véritable théoricien de l’entreprise, Alexandre Douguine, élabora toute une théorie où « l’Eurasie » a comme mission de rétablir l’ordre dans un monde en proie au chaos à cause des valeurs occidentales.

Légende : Limonov et Alexandre Douguine

Par la suite, le « douguinisme » deviendra pratiquement une composante de la stratégie de la Russie, alors que Limonov cherchera à faire vaciller le pouvoir. Mais le mouvement, qui regroupa environ 20 000 personnes et fut adoré par les médias occidentaux en quête de sensation forte, fut finalement interdit dans les années 2000.

Légende : Les « nationaux-bolcheviques » : aucun contenu mais beaucoup d’esthétisme

Limonov s’est alors cantonné en apparence dans des publications littéraires, tout en participant à l’opposition libérale à Poutine. Une opposition tout à fait fictive, malgré les arrestations et les ennuis judiciaires, car Limonov considère en fait que Poutine ne va pas assez loin, qu’il n’est pas assez « agressif », comme il le dit.

On a ici la posture classique de l’aventurier prêt à tout pour arriver à ses fins, à se dire de gauche, de droite, à soutenir Poutine, à être contre lui, à être pour les démocrates, à être contre, etc. Ce n’est pas pour rien que, lors de son séjour en France, il écrivait à la fois pour la presse du PCF et pour la revue d’extrême-Droite Le choc du mois, ainsi que pour le journal d’extrême-Droite se prétendant de Gauche L’idiot international.

Légende : Limonov en couverture du magazine Rolling Stone, version russe, avec sa compagne bien plus jeune que lui, nue : un cliché patriarcal pour l’opposant pop star apprécié des médias russes

Limonov avait déjà, dans les années 1990, participé à la guerre en Yougoslavie du côté des ultra-nationalistes serbes. Cela a servi de modèle, pour une tentative de coup d’État pro-russe au Kazakhstan du Nord, ainsi que lors de l’intervention russe dans l’Est de l’Ukraine. 2000 personnes des restes de la mouvance « national-bolchevique » ont en effet intégré les formations militaires anti-ukrainiennes, en espérant conquérir une autonomie politique du territoire sous leur contrôle.

Évidemment, la Russie en a bien profité pour son opération de partition de l’Ukraine, pour mettre ensuite au pas ces « nationaux-bolcheviques » qui ont servi d’idiots utiles. Des idiots utiles depuis longtemps d’ailleurs, car les « nationaux-bolcheviques » étaient en fait déjà impliqués dans un esprit de division pro-russe dans l’Est de l’Ukraine dès le début des années 1990. Limonov a lui-même grandi dans l’Est de l’Ukraine, à Kharkiv.

légende : Roman « Et ses démons » de Limonov avec en couverture une radio de sa tête

Édouard Limonov est le prototype même du type sordide, du poète mystique basculant dans des romans délirants et une posture politique fasciste. Il a été un ignoble produit d’un URSS des années 1970 en totale perdition alors que le complexe militaro-industriel asphyxiait toute vie démocratique.

Et son idéologie « national-bolchevique », prototype même de l’idéologie fourre-tout, justifiant tout et n’importe quoi, sans aucune valeur morale ni culturelle, est aussi exemplaire d’une société russe déboussolée dans les années 1990-2000, avant d’être devenue totalement atone aujourd’hui.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed