Coronavirus et capitalisme: les meilleures analyses

La crise due au coronavirus a appelé deux sortes de réaction. La Gauche activiste n’a pas pris la chose au sérieux, s’imaginant que cela allait rapidement passer et prenant de rares positions consistant à dire : « on attend que ça se passe ». La Gauche programmatique, c’est-à-dire la gauche sérieuse, a quant à elle produit des analyses élaborées critiquant l’ordre du monde lui-même.

La Gauche activiste ne peut pas supporter le confinement, qui pour elle aussi un confinement politique. Il n’est plus possible d’appeler aux manifestations, de mettre des photos sur Facebook, etc. Son mot d’ordre est donc que la lutte contre la réforme des retraites continue, que tout cela n’est que temporaire. Il y a, clairement, une sorte de déni par rapport à la période historique que l’on vit, car cela dérange l’unique aspect activiste.

Il y a ici une pesanteur qui est très choquante. Pour donner un exemple assez aberrant, le Parti Communiste Révolutionnaire de France n’aborde pas la question du coronavirus à part sous la forme de deux communiqués extérieurs, préférant publier les documents de son congrès qui s’est tenu… en novembre 2019.

L’OCML-VP parle carrément de la crise actuelle comme… d’une « anecdote » pour le capitalisme – un terme furieux qui insulte l’avenir de manière insensée – et appelle à se rebeller sur un mode ultra dans Coronavirus : vote, bosse et ferme-la ! :

« Jamais le patronat et le gouvernement n’auront notre soutien !

Nous ne sommes que de la chair à patron dans la guerre économique, et l’épisode Coronavirus n’est qu’une anecdote pour le capitalisme, comme d’habitude ce sera tant pis pour nous, les exploités. Jamais nous ne nous rendrons complice de notre propre exploitation ! Et Mélenchon qui ose dire que l’heure est à la cohésion et à l’entraide !

Le Coronavirus n’est évidemment pas un virus de classe, il touche également puissants et misérables. Par contre, toutes les mesures proposées ont un caractère de classe bien marqué, pas question de rentrer dans le jeu de Macron et des autres ! »

L’unique document valant sans doute le coup de ce côté ici est Le confinement ne s’applique pas aux exigences ouvrières et populaires !, du Parti Communiste des Ouvriers de France, qui a le mérite de chercher à justifier un tel positionnement.

Du côté de la Gauche programmatique, on a par contre un véritable effort de réflexion, s’appuyant sur un engagement militant. Les points de vue sont par contre très différents, correspondant aux mentalités relevant d’idéologie. S’agit-il de critiquer le gouvernement ? Le capitalisme ? Le capitalisme à l’échelle mondiale ?

Il y a, déjà, ceux prenant l’écologie au sérieux. L’Union Prolétarienne Marxiste-Léniniste a publié, dans son bulletin, une analyse approfondie de la situation actuelle, soulignant la dimension sanitaire et le refus de voir la bourgeoisie « profiter de la situation ». On trouve cependant, à la toute fin, une petite note critique de « l’agro-business, l’élevage en masse d’animaux », « le réchauffement climatique », « l’entassement de populations dans des mégapoles ».

Le mot d’ordre final de ce petit aparté, dont la thématique n’est bizarrement pas du tout abordée dans le reste du document, est « Pour une agriculture et une économie qui respecte l’homme et ses bases naturelles de vie ! ».

Cette approche « naturelle » est par contre au cœur du document plus long et plus dense intitulé « La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : un produit du mode de production capitaliste », du PCF(mlm).

La thèse y est relativement simple : l’humanité est sortie de la nature et, par ses activités capitalistes, provoquent des choses allant contre le cours des choses, tel ce coronavirus mutant franchissant une barrière des espèces normalement infranchissable.

De manière plus poussée, il est insisté sur le fait qu’il s’agisse là d’un saut qualitatif montrant que toute l’époque est à la rupture, au décrochage, à la transformation complète, car le capitalisme, « mode de production planétaire », a fait son temps. Les métropoles qui poussent comme des champignons sont invivables et asphyxient la vie sur Terre.

La contradiction entre le capitalisme et sa « base matérielle » est complète, donc il s’effondre et l’humanité, mondialement unifiée, doit retourner dans le giron de Dame nature, en conservant les « acquis » de son développement inégal.

Du côté des autres réactions élaborées, point de préoccupation écologiste ou envers les animaux. L’approche est la suivante : un événement se produit, comment faut-il accepter ou pas les mesures d’un gouvernement honni ?

Le Pôle de Renaissance Communiste en France dit qu’il faut accepter le confinement avec une discipline à la fois collective et individuelle, mais attribue la situation au manque de prévoyance du capitalisme, soulignant longuement que « la macronie en guerre contre les travailleurs » est en train d’en profiter. La situation de crise est attribuée au démantèlement de tout ce qui social par le gouvernement et l’Union Européenne.

Lutte Ouvrière a une approche très similaire dans Coronavirus : les défis d’une pandémie, la faillite d’une organisation sociale, avec un angle relativement différent puisqu’il est parlé en général : « Nous payons l’incurie de nos dirigeants aveuglés par les lois du marché, du profit et de la propriété ». Les travailleurs paieront les pots cassés de la crise sanitaire, les riches s’en tirant car ils ont davantage de moyens pour se confiner adéquatement.

On reconnaît l’analyse trotskiste affirmant que la direction de la société n’est pas aux mains des bonnes personnes :

« Comme toute épidémie, celle du coronavirus est un défi lancé à la société. Mais elle révèle aussi l’irresponsabilité de notre organisation économique et sociale. Quant au mépris de classe, il suinte par tous les bouts (…).

Mais quand Macron déclare que la santé doit passer avant tout le reste, il y a de quoi être en colère. Depuis qu’il est au pouvoir, c’est la santé des profits et des banquiers qu’il a fait passer avant tout le reste, exactement comme l’avaient fait tous ses prédécesseurs. Et aujourd’hui, pour beaucoup, le mal est fait (…).

On le vit tous les jours, mais cette épidémie le confirme : quand on fait partie des exploités, on n’est rien de plus que de la chair à profits !

Et comme toujours dans cette société, les plus riches auront bien plus les moyens de se protéger. Rester confinés dans leurs belles propriétés ne leur posera d’ailleurs pas de problème et ils n’auront pas le souci d’avoir leur compte bancaire à découvert (…).

Tous les moyens doivent être mobilisés pour les hôpitaux et la santé publique. Se protéger du coronavirus et éradiquer le virus du profit et de la rapacité patronale font partie du même combat. »

Du côté du Parti Communiste International, l’analyse va encore plus dans le général, en se plaçant dans une perspective historique. On considère que la bourgeoisie témoigne qu’elle a fait faillite dans son approche générale et tout ce qui l’intéresse dans cette crise, comme toujours, c’est de sauver l’économie. On lit dans Sur les mesures prises par la bourgeoisie à propos de l’épidémie au coronavirus :

« Dépendante d’un mode de production qui vise essentiellement à la valorisation du capital en exploitant sauvagement les énergies physiques, nerveuses et sociales du prolétariat et des couches les plus faibles de la population de tous les pays, la bourgeoisie est congénitalement incapable de structurer la société avec une prévention efficace pour la préservation de la santé de l’humanité dans sa vie économique et sociale (…).

Cette dernière [la classe bourgeoise] prétend « lutter » contre l’épidémie au coronavirus avec des méthodes et des moyens qui, en réalité, peuvent être obtenus pat le simple bon sens, évidemment avec des indications médicales adéquates. Mais la bourgeoisie s’intéresse davantage aux effets négatifs que la propagation de l’épidémie a sur ses affaires, qu’à la santé de la population. »

Les philosophies politiques sont ici très différentes, d’où l’approche différente des textes. Lutte Ouvrière considère que le gouvernement va de disqualifier par rapport aux travailleurs et que par conséquent, il en ressortira une crise politique où la « démocratie ouvrière » prendra le pouvoir. Pour le PRCF, c’est la main-mise de l’Union Européenne sur la France qui va se briser sur la crise actuelle et le ressentiment populaire se tournera vers un Frexit progressiste.

Du côté du PCF(mlm) et du Parti Communiste International, tout est une question d’époque et de changement complet de paradigme. Tous deux considèrent qu’il y aura une vague révolutionnaire mondiale changeant l’ensemble des aspects de la société. Le PCF(mlm) a une lecture culturelle prônant un retour à la nature (avec aussi le véganisme), le Parti Communiste International raisonne en termes de prise de conscience prolétarienne à l’échelle mondiale (d’où son nom).

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed