La baisse de la pollution de l’air n’est que partielle

Nombreuses sont les remarques concernant la baisse de la pollution de l’air dans le monde, du fait de la réduction d’activité de près de 3 milliards d’êtres humains. Toutefois, il faut bien saisir l’ensemble des aspects afin de comprendre pourquoi des niveaux élevés de pollution sont encore perceptibles en certains endroits…

On a pu le constater partout sur la Planète : la pollution aux dioxydes d’azote (No2) baisse drastiquement. Cela est vrai à Paris comme à Pékin, Los Angeles, Milan, Londres… Ce gaz nocif résulte essentiellement de la haute température des moteurs à combustion des voitures et des camions.

On parle ici d’une pollution précise, celle produit par les déplacements humains et de la circulation de marchandises par camions. Cette baisse de la pollution est présentée un peu partout avec des cartes qui superpose les taux de concentration de No2 avant et après le confinement. On y voit une baisse est stupéfiante

Il faut cependant nuancer le propos, car la pollution de l’air ne se résume pas aux émissions liées à la circulation routière. Il y a d’autres émissions gazeuses comme les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP), comme le benzène ou le terrible benzo(a)pyrène) et les Composés Organiques Volatiles (COV), tels que par exemple les fluorocarbures utilisés pour le fluide frigorifique). Ces émissions polluantes sont d’ailleurs assez peu connues et étudiées, avec donc une réglementation encore lacunaire.

Là aussi, il est probable que ces pollution soient en baisse du fait qu’elles sont principalement le fait des activités industrielles. Encore que cela doit être étudié au cas par cas puisque certaines usines essentielles à la vie du pays peuvent encore tourner, et à plein régime (ne serait-ce que dans l’agroalimentaire).

La pollution de l’air, c’est également des particules solides et non plus à l’état gazeux comme les métaux lourds (plomb, nickel, cadmium…), ainsi que surtout les particules fines, de différentes tailles avec généralement une attention aux Pm 2,5 et Pm 10 (taille de moins de 10 microns, et moins de 2,5 microns).

Cette prise en compte de tous ces facteurs de pollution nous amène à voir que si la pollution en dioxyde d’azote baisse, cela n’est pas forcément le cas pour les autres sources. Par-exemple, les particules fines sont massivement issues de la combustion de biomasse (feux de cheminée et brûlage de déchets verts) et des épandages d’engrais agricoles.

Selon les régions, telle ou telle source de particules fines va être plus importante que d’autres. Dans les zones montagneuses soumises encore à des vagues de froid, les feux de cheminée engendrent des taux élevés de particules fines, et cela d’autant plus que le confinement renforce la quête du « cocon » du foyer.

Dans la vallée de l’Arve, déjà soumise à une pollution chronique, il a été constaté des dépassements temporaires des seuils réglementaires aux particules fines. Avec des pics dans certains endroits à presque 46 μg/m3 (microgrammes par mètres cubes d’air), le seuil de 20 en moyenne annuelle selon l’UE et 10 selon l’OMS est largement dépassé. Il y a là indéniablement l’effet de la combustion de biomasse (écobuage et feux de cheminée).

À cela s’ajoute dans les zones résidentielles avec jardin, des « écobuages » puisque les propriétaires aménagent leur jardin à l’arrivée du printemps. Avec la fermeture des déchetteries, le brûlage des déchets verts peut exploser, obligeant ainsi par exemple la préfecture des Alpes Maritimes a rappeler l’arrêté d’interdiction de cette pratique…

Mais on retrouve également cette problématique de la combustion de biomasse à Paris où on relevait samedi 28 mars, une concentration de 52,4 μg/m3 de Pm 2,5. Cela rappelle la polémique à propos de la contribution des feux de cheminée dans la pollution en Île-de-France qui opposa Ségolène Royal et les organismes scientifiques, comme Airparif.

En janvier 2015, la ministre de l’écologie Ségolène Royal rendait caduc un arrêté préfectoral émis dans le cadre du Plan de Protection de l’Atmosphère (2013) d’interdiction des cheminées à foyers ouverts. Ségolène Royal parlait là d’une mesure « ridicule » et « punitive », s’appuyant sur le fait que la pollution était issue de la circulation routière. C’est juste mais partiel. On ne peut que le constater avec ce confinement : samedi 28 mars à 14h, on relevait 52,4 μg/m3 de Pm2,5 dans le 1er arrondissement, et jusqu’à 56,1μg/m3 à Gennevilliers.

Dans d’autres endroits, cela va être de manière plus importante les épandages d’engrais issu de l’agriculture. Ainsi, dans la zone agricole française qu’est le Nord-Ouest, on constate là aussi des taux élevés de particules fines.

Dans l’Orne, un département où 10,7 % de l’emploi est agricole, notamment laitier (contre 4,6 % en moyenne nationale), le petit village de Coulonche (493 habitants) a connu une concentration de 65 μg/m3 de Pm 2,5, en début d’après-midi du samedi 28 mars. À Angers, on a relevé 58μg/m3.

Cela ne veut pas dire d’ailleurs que la combustion de biomasse n’a pas aussi son rôle dans les zones agricoles, tout comme dans les zones montagneuses l’agriculture a également une part de responsabilité. De la même manière que les conditions météorologiques ont un rôle, comme les vents pouvant ramener des particules fines par ailleurs d’origine naturelle (sable du Sahara, respiration du sol, etc.) Par exemple, on relevait dans la nuit du 28 au 29 mars, 76 μg/m3 de Pm 2,5 dans le petit village italien de San Giovanni.

Mais la pollution de l’air résulte d’une dynamique complexe, avec plusieurs sources d’émission et inter-agissant dans le cadre plus général des processus de la Biosphère. Cela demande tout à la fois des études scientifiques approfondies et une planification des activités humaines en se fondant sur des valeurs d’harmonie avec la nature, objectifs que la Gauche historique porte dans le cadre du Socialisme.

Vous aimerez aussi...