Confinement: le grand tournant français du début avril 2020

Il y a d’un côté la peur de gâcher l’effort mené jusqu’à présent et une volonté de prolonger le tir. De l’autre, une bonne partie du capitalisme harcèle pour la reprise du travail, alors que les 3/4 secteurs n’ont jamais rien arrêté et que certains pays se lancent déjà dans un déconfinement mesuré. Les limites de l’État tel qu’elles existent présentement se montrent clairement et ce sont celles du capitalisme. C’est un moment littéralement historique.

La Chine, l’Allemagne et l’Autriche, mais également la Suède, sont d’excellents exemples de capitalismes efficaces. La Chine a confiné puissamment, de manière particulièrement volontaire, pour relancer l’économie le plus vite possible. L’Autriche a organisé pareillement un confinement serré dans une société hyper organisée, annonçant déjà un déconfinement partiel dans les deux semaines.

L’Allemagne jette un œil ravi dessus alors qu’elle dispose d’un système hospitalier avec de larges capacités et procède de son côté à un confinement mesuré en utilisant au maximum les tests. La Suède n’impose encore strictement rien, cherchant à gagner du temps au maximum, là où inversement l’Angleterre s’est prise les pieds dans le tapis, tout comme les États-Unis. Des États-Unis qui vont jusqu’à racheter en masse des masques chinois déjà vendus à l’Allemagne et à la France.

Quant à la France, elle est en rade au point d’exporter des malades au Luxembourg, en Allemagne et même en Autriche, l’envoi en Tchéquie à Brno ayant été finalement annulé, sans doute pour une question de prestige. Il n’y a pas de masque, pas de test et les Français tendent à l’indiscipline, au relativisme, au scepticisme.

Ce panorama est un cauchemar pour les capitalistes français et cela explique la gigantesque pression anti-confinement de ces derniers jours. Les capitalistes paniquent. Voilà pourquoi il n’a de cesse d’avoir été parlé de déconfinement dans les médias, depuis Hanouna qui dans sa stupide émission télévisée annonçait un « scoop » avec les dates de déconfinement pour chaque région jusqu’à l’Académie de médecine prévoyant ensuite justement officiellement un déconfinement par régions.

C’est la seconde grande offensive après celle menée au moyen du professeur Didier Raoult. Valeurs actuelles, hier, publiait encore une tribune à sa gloire :

« Notre pays sera-t-il donc le plus frileux à se lancer pour de bon dans un traitement pourtant issu d’un scientifique de nos rangs ? Il est plus que temps de retrouver l’esprit pionnier d’un Pasteur. L’échec n’aurait que des inconvénients limités, alors que le succès nous permettrait fièrement d’entonner La Marseillaise. »

On a ici un ton tout à fait capitaliste ou, pour caricaturer, national-capitaliste comme au bon vieux temps gaulliste où l’Europe n’était pas une utopie libérale libertaire. Et c’est en cela un grand tournant car de son côté l’État dit bien que le déconfinement n’est pas pour demain du tout !

C’est là qu’on voit à quel point la nature de l’État a été incomprise pour beaucoup à Gauche. La gauche gouvernementale considère que l’État est neutre dans son contenu et a donc, fort intelligemment, soutenu les mesures prises. L’ultra-gauche, y compris « marxiste », a par contre crié au coup de force, dénonçant les atteintes aux libertés, reflétant ici une attitude proprement anarchiste, c’est-à-dire petite-bourgeoise.

En réalité, l’État faisait son boulot. Mais comme il n’est pas neutre, il ne peut le faire que jusqu’à un certain point, qui est précisément désormais atteint. L’État se prétend au-dessus des classes sociales mais il bascule forcément dans la logique du déconfinement exigé par les capitalistes les plus agressifs.

Bien entendu, cela ne se réalisera pas unilatéralement, car il y a heureusement beaucoup de freins démocratiques. Les syndicats en font partie, même si on constate leur vanité. Au moment de l’opposition à la réforme des retraites, ils prétendaient avoir des assises de masse et on voit bien là qu’ils sont incapables d’organiser un refus de travail organisé et sérieux dans des secteurs secondaires où les travailleurs mettent leur vie en danger.

Nous vivons cependant bien un moment historique. Si l’Allemagne montre qu’elle est une puissance devenant majeure, la France est une puissance aux ambitions démesurées, ce qui en rajoute encore plus à ses déséquilibres et sa réelle valeur capitaliste. Elle va s’enfoncer dans la crise. La Gauche doit exiger le pouvoir…. Tout le pouvoir.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed