Covid-19: l’hystérie petite bourgeoise bloquant le traçage numérique de la circulation du virus

Il devait être discuté mardi à l’Assemblée nationale d’une application de traçage sanitaire de la population, mais les débats ont été repoussé tant c’est un sujet de crispation. L’hégémonie des mentalités rétrogrades et individualistes, de l’hystérie petite bourgeoise sur les « libertés individuelles », bloque en effet toute avancée à ce sujet.

Nous somme le 30 avril 2020, soit de nombreuses semaines après le début d’une pandémie incontrôlable en raison notamment de la difficulté à tracer la circulation du virus, mais nous ne sommes pas capable de se doter d’un outil simple, efficace, qui existe déjà et qui serait d’une grande aide pour cela.

Il serait en effet grandement utile de tracer cette circulation du virus engendrant la maladie Covid-19 via les téléphones portables, en localisant les contacts qu’a eu chaque personne dont on sait qu’elle est contaminée. Ce besoin de traçage épidémiologique est à la base de toute stratégie sanitaire, c’est la raison pour laquelle il va y avoir après le 11 mai, en plus de la stratégie de tests massifs, des enquêtes sanitaires de terrains menées à grande échelle (avec 30 000 personnes mobilisées) pour remonter les chaînes de contamination.

L’utilisation de la localisation GPS des smartphones, soit la grande majorité des téléphones portables en circulation, possédés par une grande majorité de la population française entre 15 et 65 ans, aurait permis d’aider en cela, bien avant le 11 mai. Cela aurait été d’autant plus simple à mettre en place que le système existe déjà techniquement. L’application Google Maps par exemple trace avec une grande précision les trajets quotidiens de chaque utilisateur, connaissant les magasins dans lesquels il est rentré, les rues qu’il a emprunté, et permet même de déduire si un vélo ou une voiture était utilisée pour un déplacement.

Les données sont enregistrées sans limites de temps et on peut tout à fait savoir via son compte Google où l’on se trouvait précisément le même jour l’année dernière, même si l’on a changé de téléphone, pour peu qu’on ait toujours le même compte Google et qu’on avait son téléphone sur soi.

De la même manière, le premier réflexe de n’importe qui perdant ou se faisant voler son Iphone, sera de se connecter ailleurs pour le localiser, le téléphone étant suivi à la trace sur les serveurs d’Apple.

Il est possible de désactiver cela, mais presque personne n’y prend garde et cela n’a jamais ému grand monde jusqu’à présent. Les Français n’ont donc aucun problème à être suivis à la trace par Google ou Apple… Mais les voilà scandalisés que l’État puisse organiser un telle traçage pour des raisons sanitaires. C’est pour le moins odieux. De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, de la Gauche à la Droite, il y a eu une levée de bouclier massive contre l’idée même de ce traçage, au nom de prétendues « libertés individuelles ».

Pour un esprit prolétaire pourtant, il n’y a aucun rapport entre des « libertés individuelles » d’un côté et le fait que l’État ait les moyens de tracer des déplacements pour déterminer des contacts dans un but sanitaire. Pour l’esprit petit-bourgeois par contre, totalement hégémonique en France, l’État est vu comme un monstre froid, machiavélique, voulant manipuler les esprits et décider de la vie des gens.

Plutôt que d’aider à sauver la vie de milliers de personnes, surtout des personnes fragiles, on a donc des gens qui s’imaginent entravés dans leur « liberté » parce que l’État organiserait un suivi numérique des mouvements de la population. C’est l’individualisme capitaliste le plus total.

Qu’il y ait une pression démocratique, sur le plan technique, pour assurer la sécurité de ces données, afin qu’elles ne tombent pas dans les mains de grandes entreprises, c’est une chose. Mais tout de même, c’est un aspect largement secondaire par rapport à l’intérêt que produirait un tel traçage dans la lutte contre l’épidémie, en déterminant de manière assez précise sa circulation et en prévenant les gens potentiellement contaminés.

Qu’ont donc à « cacher » à l’État tous ces gens ? L’État sait déjà où ils habitent et où ils travaillent, et en tant que tel il n’a que faire de savoir s’ils ont été au Super U à 13 heures plutôt qu’à Auchan à 15 heures. Leur panique devant l’État n’est qu’une simple expression de petit-bourgeois réfutant tout collectivisme.

Par contre, on comprend aisément l’intérêt de savoir qu’une personne positive au virus s’est rendue à telle heure dans tel magasin ou tel bus, et qu’elle y a croisé telle et telle personnes. Ces dernières peuvent alors être alertées, afin de redoubler de vigilance vis-à-vis de leur entourage dans un premier temps, puis d’être testées rapidement si possible. Cela contribue au fait d’avoir une vision d’ensemble sur la circulation du virus, pouvant conduire à isoler rapidement des groupes de personnes, des zones, etc. C’est ainsi qu’on peut lutter contre une telle pandémie, en l’absence de vaccin ou médicament.

Mais non, des gens se sont massivement offusqués contre une telle opportunité. Nous sommes donc bloqués à cause de mentalités profondément arriérées, dont le ridicule n’a ici d’égale que l’irresponsabilité que cela engendre sur le plan sanitaire. L’État français, décadent (et certainement pas le monstre puissant qu’imaginent les petits-bourgeois), n’a pas été en mesure d’imposer ce traçage. Il n’a fait que reculer, finissant par n’envisager qu’une solution via Bluetooth, extrêmement complexe sur le plan technique et beaucoup moins efficace qu’une solution par GPS.

L’application n’est donc toujours pas au point, et est même ralentie à cause d’une difficulté technique (concernant le Bluetooth) sur les Iphones. Si l’application existe un jour, on peut largement redouter qu’elle soit sous-utilisée par un grand nombre de personnes irresponsables la refusant. Ce sera d’ailleurs un très grand marqueur sur le plan culturel que de voir ceux l’acceptant et ceux la refusant.

Vous aimerez aussi...