Covid-19 comme mot masculin ou féminin: la faillite de l’Académie française

Les médias ont informé du choix de l’Académie française quant au genre du mot covid-19. L’institution aura donc attendu début mai avant de choisir, malgré que le terme ait été employé des millions et des millions de fois.

On ne peut pas dire que l’Académie française a attendu le déconfinement : son communiqué passé inaperçu date du 7 mai. Ce n’est pas un communiqué d’ailleurs, mais un exemple de « dire ne pas dire », mis sur le même plan que « Car, pour, par et avec prononcés careu, poureu, pareu et avecqueu », « Les gestes barrière ou Les gestes barrières », « Drive », « Followers », « Dépister un malade pour Dépister une maladie », « Distanciation sociale », « Confins, confiner, confinement », « Confire, confit, confiture ».

Voilà un mélange tout à fait baroque et donc totalement à rebours de l’approche française. Avec de terribles erreurs d’ailleurs, expression d’une démarche formelle. L’Académie française dit ainsi qu’on doit parler de dépister une maladie contagieuse et non pas dépister un malade. Elle n’a pas compris qu’il s’agit de retrouver le malade en question dans une sorte de jeu de piste urbain pour éviter qu’il ne propage la maladie…

Ayant d’ailleurs décidé de tout rater jusqu’au bout, l’Académie française a décidé de ne pas aborder la question du mot « déconfinement », qui n’existe pas en français. Il est pourtant employé massivement, même par les institutions. L’Académie française est donc incapable de faire son travail : elle reflète la décadence de la société.

Elle bascule ouvertement dans une forme artistique littéralement postmoderne pour sa justification du féminin pour covid-19. Voici cette œuvre d’art qui ne dépareillerait pas dans une exposition d’art contemporain :

« Covid est l’acronyme de corona virus disease, et les sigles et acronymes ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation. On dit ainsi la S.N.C.F. (Société nationale des chemins de fer) parce que le noyau de ce groupe, société, est un nom féminin, mais le C.I.O. (Comité international olympique), parce que le noyau, comité, est un nom masculin. Quand ce syntagme est composé de mots étrangers, le même principe s’applique. On distingue ainsi le FBI, Federal Bureau of Investigation, « Bureau fédéral d’enquête », de la CIA, Central Intelligence Agency, « Agence centrale de renseignement », puisque dans un cas on traduit le mot noyau par un nom masculin, bureau, et dans l’autre, par un nom féminin, agence. Corona virus disease – notons que l’on aurait pu préférer au nom anglais disease le nom latin morbus, de même sens et plus universel – signifie « maladie provoquée par le corona virus (“virus en forme de couronne”) ». On devrait donc dire la covid 19, puisque le noyau est un équivalent du nom français féminin maladie. Pourquoi alors l’emploi si fréquent du masculin le covid 19 ? Parce que, avant que cet acronyme ne se répande, on a surtout parlé du corona virus, groupe qui doit son genre, en raison des principes exposés plus haut, au nom masculin virus. Ensuite, par métonymie, on a donné à la maladie le genre de l’agent pathogène qui la provoque. Il n’en reste pas moins que l’emploi du féminin serait préférable et qu’il n’est peut-être pas trop tard pour redonner à cet acronyme le genre qui devrait être le sien. »

On aurait dû employer Corona virus morbus ? L’Académie française est déconnectée du réel. Et elle pense pouvoir imposer le féminin alors que le masculin a été utilisé à l’échelle de la société française toute entière depuis plus de deux mois ? En expliquant… « qu’il n’est peut-être pas trop tard » ?

Pire que le choix effectué avec une explication digne d’un alchimiste médiéval, tout est dans ce « peut-être ». Une institution qui décide et qui dit « peut-être » est morte. Elle n’a pas de sens, car elle ne fixe aucune orientation, elle ne détermine aucun choix. À quoi sert donc l’Académie française si elle arrive après la bataille pour dire « peut-être » ?
Et pourquoi les « immortels » n’ont-ils pas travaillé sur ce choix dès le départ ? C’est pourtant leur travail. Mais ils sont à l’image de la France bourgeoise : dépassés, parasitaires, totalement étrangers à la société.

Vous aimerez aussi...