Les cas de covid-19 dans les abattoirs, un symptôme du capitalisme

Plusieurs cas de contaminations au covid-19 ont été détectés dans des abattoirs français, avec plus d’une centaine de cas recensés. Cela place l’industrie de la viande au centre des attentions sanitaires, et sociales.

À Saint-Jacut-du-Mené, près de Saint-Brieuc dans les Côtes d’Amor, il y a 69 cas positifs confirmés. À Fleury-Les-Aubrais, près d’Orléans dans le Loiret, ce sont 34 cas et il y a aussi une vingtaine de cas confirmés à Essarts-en-Bocage en Vendée.

Cela n’est pas une exception française puisqu’en Allemagne, aux États-Unis mais aussi en Australie, des centaines de salariés de ce secteur sont touchés. Aux États-Unis, ce sont quatre inspecteurs sanitaires d’abattoirs qui sont décédés du Covid-19 et on estime que ce secteur est touché à hauteur 4 %.

D’après l’Agence régionale de santé de Bretagne qui s’est penchée sur le cas de l’abattoir de Saint-Jacut-du-Mené, les « clusters » en abattoir résulte de la promiscuité qui règne dans les ateliers et les vestiaires.

La manipulation de scies et surtout de karchers augmentent également la diffusion d’aérosols qui transportent des potentielles gouttelettes humaines porteuses du Covid-19. Il y a aussi la question des travailleurs détachés, souvent issus d’Europe de l’Est, qui ont du mal à respecter les consignes sanitaires, ne comprenant tout simplement pas le français. Leurs conditions de logement, dans la promescuité, pourrait aussi être une cause de la diffusion du virus.

Dans les ateliers, l’organisation du travail à la chaîne avec des postes de découpes nécessitant un travail manuel répétitif très précis rend difficile la distanciation physique. C’est une différence par exemple avec d’autres branches de l’industrie agroalimentaire, notamment de fruits et légumes, où ce n’est pas un animal qui est débité et découpé en plusieurs parties très fines.

À Saint-Jacut-du-Mené, petit village de 726 personnes, l’abattoir Kermené filiale de Leclerc, emploie près de 2 000 personnes. Ce sont 7 700 cochons, 500 gros bovins et 200 veaux qui sont tués et transformés tous les jours, nécessitant un nettoyage régulier au karcher… Les abattoirs de Fleury-Les-Aubrais, propriété de Sicarev Coop, et Les Essarts, propriété de LDC (Lambert Dodard Chancereul) , emploient respectivement 400 et 700 salariés.

Les grandes entreprises de l’agroalimentaire qui détiennent ces usines montrent l’incapacité du capitalisme à assurer la vie dans des conditions naturelles normales. D’ailleurs, l’abattoir de Fleury-Les-Aubrais était déjà à l’arrêt au début de l’année pour cause de listériose et il est évident que la promiscuité humaine dans un environnement traitant des milliers d’animaux morts à la journée n’est pas logique écologiquement.

Ces usines sont l’expression directe de la nature anti-démocratique et anti-populaire d’un capitalisme agonisant, et la gauche doit assumer une critique générale de cet horrible « secteur » qui doit, à terme, être démantelé.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed