L’illusion écologique du véhicule électrique

Emmanuel Macron a annoncé vouloir développer la production de véhicules électriques pour relancer le secteur automobile, en parlant de véhicules « propres ». La voiture électrique est en réalité une fausse modernisation écologique.

La voiture a tellement façonné la société que l’on peut affirmer qu’est pratiquement devenu un rouage essentiel de la « civilisation » capitaliste. S’en émanciper signifierait un nouvel élan de civilisation. D’ailleurs, la crise du Covid-19 a émergé à Wuhan qui est devenu depuis quelques années le « centre automobile mondial ».

Mais la voiture est aussi responsable de la mort de milliers d’animaux sur les routes, avec même les hérissons qui sont considérés en voie de disparition, en partie, à cause des voitures. Réduire la voiture à ses émissions polluantes est donc déjà limité tant elle fait partie du problème et non pas de la solution écologique à bien des égards (étalement urbains, lourdes infrastructures, etc.)

Même en regardant du côté des émissions polluantes, cela ne semble pas si simple que cela. En soi, si l’on tient compte que des émissions de CO2 liées au déplacement d’une voiture, une électrique n’en émet pas comparé à une thermique.

Il faut toutefois prendre en compte l’ensemble de la chaîne de production d’un véhicule électrique. À ce niveau, il faut extraire le lithium dans les profondeurs des sols. Il entre pour 2% de la construction d’une batterie électrique.

Les forages pour extraire le lithium sont extrêmement gourmands en eau douce et produits chimiques générant des pollutions massives des eaux et des sols. À cela s’ajoute le cobalt et le nickel qui sont également utilisés pour la batterie et très peu écologiques.

Quant à l’électricité, la Chine, principal marché mondial du véhicule électrique, est dépendant du charbon pour l’électricité, tout comme l’Allemagne et l’Europe de l’est. Et l’on sait que le nucléaire, non émetteur de gaz à effet de serre, reste une gabegie écologique, avec notamment le traitement des déchets radioactifs. C’est le même problème pour le recyclage des batteries lithium-ion qui n’est pas du tout développé car le lithium n’est pas rentable après recyclage.

Enfin, il y a le problème des émissions de particules fines. Si la disparition du moteur à combustion va réduire les dioxydes d’azote, l’émission de particules fines risquent de rester importante pour le véhicule électrique, notamment à cause de son plus gros poids.

Il y a eu une augmentation générale du poids des véhicules. La Fiat 500 est par exemple passé de 490 kilos dans les années 1970 à 960 kilos en 2018. Mais la voiture thermique reste plus légère que celle électrique. Or, l’Agence fédérale de l’environnement en Allemagne estiment qu’une importante quantité de particules fines d’une voiture thermique aux normes avancées est émise par l’usure des freins et des pneumatiques. Elle a dévoilé que les gaz à échappement sont responsables de 7 740 tonnes de PM 10 par an, contre 7 340 tonnes pour les freins et surtout 13 980 tonnes issues de l’usure des pneumatiques et de la route.

Finalement, ce serait pratiquement la moitié des particules fines qui seraient issus de ses sources, en se fondant donc surtout sur des véhicules thermiques nouveaux. Qu’en sera t-il pour des véhicules électriques qui sont plus lourds ?

Tout cela montre à quel point le véhicule électrique est une impasse car il relève d’un mode de déplacement qui n’est plus en phase avec l’époque. C’est un changement complet du mode de vie qui s’impose, tourné vers des déplacements entièrement collectifs, planifiés et fondés sur l’énergie renouvelable.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed