L’insoutenable récupération française de l’affaire Georges Floyd par le collectif «la vérité pour Adama»

Le collectif « la vérité pour Adama » qui appelait hier à un rassemblement n’avait aucune volonté de solidarité internationale pour la révolte populaire américaine. C’était une manœuvre opportuniste pour profiter de l’élan en cours et cela a particulièrement marché avec plus de 20 000 personnes à Paris malgré l’interdiction, dont pratiquement que des jeunes, beaucoup d’artistes, et des rassemblements dans plusieurs autres grandes villes.

Les milliers de jeunes présents aux rassemblements d’hier en France avaient probablement beaucoup de bons sentiments. Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions comme le dit l’expression et en l’occurrence, en matière d’enfer, le collectif « la vérité pour Adama » est particulièrement détestable. Sa récupération de l’affaire Georges Floyd en est d’autant plus odieuse tant les deux situations n’ont rien à voir.

Mais cela n’intéresse personne, car les gens en France ont décidé depuis longtemps d’arrêter de se poser des questions et de réfléchir. Il est vrai qu’il est bien plus confortable et conforme à la mentalité consumériste du capitalisme de fonctionner par raccourcis et de s’imaginer que la France aurait « son » George Floyd. Elle serait, de fait, sur le même plan que les États-Unis. C’est depuis longtemps un rêve pour la jeunesse française d’être américaine et c’était là une occasion en or. Peu importe finalement que l’affaire Adama Traoré ait en fait déjà quatre ans et ait déjà bénéficié d’une large audience médiatique.

Il faut dire que le PCF, malgré son état de mort cérébrale, arrive encore à avoir une certaine influence pour une partie du pays et avait totalement validé cela. Il soutient depuis longtemps le collectif « la vérité pour Adama », qu’il a même invité à son congrès. Tout comme l’ultra-gauche et les anarchistes d’ailleurs, qui adorent ce collectif, ainsi que tout ce que la place parisienne compte de médias artistiques/culturels censés êtres « progressistes », en fait surtout postmodernes.

Le collectif « la vérité pour Adama » n’a donc pas eu besoin de prendre de pincettes hier et a ouvertement assumé de tout ramener à lui. Tout est mis sur le même plan qu’aux États-Unis, avec dans l’appel au rassemblement le titre « je n’arrive plus à respirer » et en sous-titre « Adama Traoré/juillet 2016 – Georges Floyd/mai 2020 ».

« Je n’arrive plus à respirer » est la transcription du slogan américain « I can’t breathe », car c’est ce que criait désespérément Georges Floyd alors que le policier le maintenait fermement au sol pendant près de 9 minutes, jusqu’à le tuer, en pleine rue devant tout le monde.

Assa Traoré, la sœur d’Adama Traoré, aimerait faire croire que son frère a dit exactement la même chose en 2016 et que les deux affaires sont similaires, relevant de la même brutalité raciste. C’est cependant une fiction. Pourquoi ? Car Adama Traoré n’était pas maintenu au sol pendant 9 minutes sur la place publique pendant une banale intervention. Il avait tenté de fuir plusieurs fois à un contrôle de gendarmerie, qui ne le concernait d’ailleurs même pas, et n’est pas mort pendant l’interpellation mais plus tard, dans le véhicule de la gendarmerie.

La gendarmerie était venue ce jour-là pour interpeller son frère pour une affaire particulièrement sordide d’escroquerie sur personne en curatelle, donc particulièrement vulnérable. Il a été condamné pour cela, et d’ailleurs les condamnations pour diverses affaires délinquantes détestables sont particulièrement nombreuses dans la famille, y compris pour Adama. Les faits sont connus et très documentés pour qui prend la peine de se renseigner.

Le jour de sa mort, Adama Traoré était présent à proximité de l’interpellation de son frère et a pris peur, puis s’est enfui à vélo. La gendarmerie a d’abord réussi à l’interpeller en raison de sa fuite et à lui passer les menottes à une main. Il s’est à nouveau enfui en courant suite à l’intervention d’un ami à lui.

La gendarmerie l’a retrouvé finalement alors qu’il s’était caché et a procédé à l’interpellation. C’est cette intervention qui est dénoncée par sa famille, et notamment sa sœur qui est la principale porte-parole du collectif demandant la « vérité ».

La gendarmerie, mais aussi sa famille à l’origine, l’a décrit comme particulièrement fragile et avec des problèmes médicaux liés à la respiration. Les rapports des « experts » du côté de la gendarmerie documentent cela et disent qu’il est mort pour cette raison, à cause de son essoufflement excessif suite à ses courses et sa résistance pendant l’interpellation, forcément houleuse. Les rapports des « experts » du côté de la famille disent par contre que cela n’a rien à voir et qu’il est mort à cause de la brutalité de l’interpellation.

Le collectif « la vérité pour Adama » en tire ensuite la conclusion que la police est raciste en France (alors qu’il s’agit en plus d’une interpellation de gendarmerie, ce qui n’a strictement rien à voir) et milite depuis quatre ans pour défendre cette thèse.

On a ainsi, quels que soient les faits concernant l’interpellation elle-même ce jour-là, une mise en scène totale. Cela était particulièrement flagrant hier soir avec ces propos ouvertement mensongers d’Assa Traoré devant des milliers de jeunes, qui l’ont applaudi :

« Mon frère est mort le jour de son anniversaire. Il a mis son bob, il a mis sa chemise à fleur, il a pris son vélo et il est sorti faire un tour. Mais en France, un noir ne peut pas sortir faire un tour de vélo. »

De tels propos sont insupportables tellement ils sont délirants, comme si la France de 2020 était l’Afrique du Sud de l’apartheid, comme si la police interpellait au hasard des personnes de couleurs noire dans la rue, juste par plaisir raciste. C’est exactement la même chose que les élucubrations récentes de la bourgeoise Camilia Jordana, inventant des « massacres » de travailleurs le matin en banlieue, du fait de leur couleur de peau.

Et cela indique une chose très simple : ces gens ne veulent pas de la lutte des classes, ils veulent des combats identitaires. Ils accompagnent l’effondrement d’une société sans projet collectif, où les individus sont atomisés et s’agrègent par « choix » ou par « identité ». Rien de bon ne peut provenir de cela.

>> Retour à l'accueil