Expérimentation animale: le rôle néfaste de Loïc Dombreval

Loïc Dombreval, député LREM, a été mis en avant comme un grand défenseur des animaux. C’est en réalité de la mythomanie la plus complète et son rôle est de piéger les gens.

Le député Loïc Dombreval a réagi au décret tout récent sur l’expérimentation animale libéralisant de manière générale l’accès aux animaux comme véritables matières premières pour l’expérimentation animale. Toutefois, il l’a fait en surprenant même ses partisans. Car il l’a fait en posant une question à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche… afin qu’elle dise que tout va bien !

Les associations de défense des animaux ayant critiqué le décret seraient en fait composées de gens stupides n’ayant rien compris au décret. Cela semble bien le cas : 30 millions d’amis recule d’ailleurs en se mettant sur la ligne de Loïc Dombreval. Et, d’ailleurs, il y a des associations dans la commission nationale de l’expérimentation animale (Fondation Brigitte-Bardot, Fondation droit animal, éthique et sciences, Graal). Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Il y en a heureusement qui ne reculent pas, tel One Voice. Car l’arnaque est la suivante : l’accès aux animaux hors élevages serait uniquement scientifique et pas économique. Ce serait pour des raisons exceptionnelles, pour se procurer des animaux particuliers introuvables ailleurs et bien spécifiques, que les laboratoires pourraient se procurer des animaux pour l’expérimentation. Un tel argument suffit évidemment pour les traîtres pactisant avec l’expérimentation animale, traîtres pour qui Loïc Dombreval est devenu la plaque tournante entre eux et le gouvernement.

Mais concrètement, rien n’empêche une entreprise X de chercher des animaux malades spécifiquement et de les acheter à des particuliers pour les revendre. Acheter ou autre chose. Loïc Dombreval, dans un commentaire ignoble validant le décret, après avoir fait miroiter auparavant qu’il le dénonçait, précise que le vol d’animaux à destination des laboratoires est impossible. Comme si cela n’avait pas été le cas par le passé, tout en disant officiellement que non !

Voici d’ailleurs son commentaire, pour bien comprendre le rôle néfaste de ce sinistre personnage… Il s’est d’ailleurs largement démasqué auprès des gens ayant cru en lui. Ils auraient dû davantage se renseigner, il a toujours assumé d’être simplement une sorte d’humaniste réformiste (Je ne veux pas un monde végan n’hésite-t-il pas à dire)

« Expérimentation sur les animaux – mon analyse du décret

Devant l’émotion suscitée par le décret lié à l’approvisionnement des animaux utilisés à des fins d’expérimentation, initié avec sincérité par certains défenseurs des animaux, j’ai souhaité apaiser la situation en rédigeant une question officielle à Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal.

Mon analyse de ce décret et de ses conséquences est la suivante:

Le décret du 17 mars 2020 apporte une amélioration dans la transposition de la directive européenne sur la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques, directive transposée dans le droit français en 2013.

Le décret vient rétablir l’équilibre au sein de la Commission Nationale de l’Expérimentation Animale (CNEA) et double le nombre de représentants de la protection animale. Ils passent de 3 à 6.

L’autre modification est celle qui est à l’origine de la polémique : elle autorise l’utilisation d’un animal provenant d’un élevage non agréé, à la seule condition de fournir des «éléments scientifiques dûment justifiés ».

Avant ce décret, deux autres conditions alternatives existaient et ont été retirées : ⁃ une production des éleveurs agréés insuffisante ⁃ une production des éleveurs agréés qui ne conviendrait pas aux besoins spécifiques du projet de recherche.

Désormais la justification scientifique constitue donc la seule raison valable à la fourniture alternative d’animaux.

La modification apportée permet de clarifier le contexte dérogatoire exceptionnel, qui ne doit s’appuyer que sur des éléments scientifiques dûment justifiés auprès des ministres concernés (recherche, agriculture, environnement) en écartant toute contingence économique.

La provenance des animaux utilisés à des fins scientifiques est réglementée et les DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations) sont en charge de vérifier cette provenance.

Il est évidemment totalement illégal et impossible de s’approvisionner en dehors d’éleveurs et de fournisseurs agréés et, en aucun cas, les laboratoires ne peuvent utiliser des chiens volés, cédés ou vendus par des particuliers.

En l’attente d’une réponse officielle de Frédérique Vidal, j’appelle à un apaisement du débat autour de ce décret.

La règle dite des « 3R » qui consiste à Réduire, Raffiner et Remplacer l’expérimentation animale, doit être appliquée de façon plus volontaire en France, à l’image, par exemple, des pratiques de nos voisins anglais.Cette démarche essentielle, qui permet d’améliorer la protection des animaux, menée par le ministère de l’enseignement et de la recherche, est en cours.

Je reste bien sûr attentif à ce que la France se dote de vrais moyens et s’engage avec détermination pour développer autant que cela est possible les méthodes alternatives à l’expérimentation sur les animaux. »

Sur Facebook, il a ensuite annoncé :

« La polémique sur la modification du décret du 17 mars sur l’expérimentation animale est close. La réponse de la ministre à ma question est très claire. La France doit cependant s’engager plus fortement vers les méthodes alternatives à l’expérimentation. »

Circulez, il n’y a rien à voir ! Voilà le rôle de Loïc Dombreval, cet imposteur qui prétend défendre les animaux mais qui est là pour faire croire qu’il y aurait un progrès possible dans une telle société.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed