Vitry-sur-Seine: la décomposition du PCF

Alors que le PCF a perdu de nombreuses communes dans la « banlieue rouge », espace municipal qui a formé sa légitimité historique, la situation à Vitry-sur-Seine vient enfoncer le clou d’un parti totalement moribond au plan politique et culturel.

Composée d’un peu plus de 90 000 habitants, Vitry-sur-Seine est la commune la plus peuplée du Val-de-Marne et est acquise au PCF depuis 1944. Elle fait donc partie de cette longue tradition du « communisme municipal » en banlieue parisienne qui, après s’être embourbée dans la spirale du clientélisme, connaît une rapide décomposition à l’issue des élections municipales 2020.

Et ce qui s’y est passé ce samedi 4 juillet forme tout un symbole de cette longue déliquescence morale, culturelle, d’un parti qui n’a plus aucun lien organique avec les traditions de la classe ouvrière.

Lors du « troisième tour électoral », c’est-à-dire l’élection lors du premier conseil municipal du maire, il est convenu que ce soit la personne ayant conduit la liste élue qui soit élue par sa majorité. Cela est d’habitude tellement une formalité que le vote se fait à main-levée, comme qui dirait « en passant ».

Ce qui s’est passé à Vitry-sur-Seine a brisé cette formalité puisque deux personnes de la liste « Vitry rassemblés », essentiellement portée par le PCF et soutenue par le PS et EELV, se sont présentées pour le siège de maire. On a la tête de liste donc, Jean-Claude Kennedy, et son cinquième colistier, Pierre Bell-Lloch, tous deux membres du PCF.

Cette situation fut tellement incongrue que le vote s’est déroulé à bulletin secret. C’est finalement Pierre Bell-Lloch, également vice-président du conseil général du Val-de-Marne et secrétaire de la section locale du PCF, qui a été lu maire de Vitry-sur-Seine, avec 27 voix sur 53. Jean-Claude Kennedy, maire sortant PCF, a quant à lui recueilli 11 voix.

Notons au passage que La France insoumise s’est positionnée totalement en dehors de la Gauche en soutenant un tout autre candidat au poste de maire, un « écologiste », ce qui reflète très bien la stratégie d’opposition à la Gauche de cette formation populiste.

Pierre Bell-Lloch justifie son élection par le fait que Jean-Claude Kennedy remettait en cause certains points d’accords avec EELV et « la section du PCF, venant fragiliser notre majorité municipale » ! On a donc des membres du PCF sur une liste construire par le PCF qui s’écharpent sur des accords qui seraient en contradiction avec la section locale du PCF. On croit rêver !

Le bureau national du PCF a déclaré qu’il « se désolidarise de telles pratiques et exprime son amitié à Jean-Claude Kennedy » alors que la section du Val-de-Marne est obligée d’affirmer :

« Mépris des communistes du Val-de-Marne, durement touchés par les pertes de dimanche et qui espéraient aujourd’hui pouvoir se réjouir de l’élection de Pierre Garzon, de Patricia Tordjman, Philippe Bouyssou, en plus de celle de Vitry (…) Pour la fédération du Val-de-Marne, un tel acte est inacceptable »

Ce « troisième tour électoral » à Vitry-sur-Seine est bien pathétique, tant il exprime un décalage profond entre le PCF et la réalité d’une élection marquée, au second tour, par une abstention de 73, 40 %. Sur 45 639 inscrits, ce ne sont que 12 142 personnes qui ont voté dans cette commune…

Dans un tel contexte local mais aussi national, il est stupéfiant qu’un parti aux manettes de la ville depuis la fin de la Seconde guerre mondiale soit incapable d’unité, de discipline, de fermeté. C’est une illustration de comment le libéralisme et les logiques postmodernes anti-politiques finissent d’achever le « communisme municipal ».

Car au-delà même de l’héritage de la Gauche historique qui met en avant les valeurs du collectivisme et de la loyauté comme vertus cardinales de l’engagement, il y a une régression anti-politique. La forme moderne du parti est précisément née de la nécessité de la discipline et de la loyauté en vue de former une discipline parlementaire.

L’affaire de Vitry-sur-Seine est donc tout à la fois un sabordage des valeurs essentielles du mouvement ouvrier, celles du collectivisme et de la fidélité à ses principes, et c’est bien là le principal, mais elle est également un révélateur de l’effondrement du politique dans l’ancienne « banlieue rouge ».

C’est la fin d’une longue tradition, celle de la « banlieue rouge «  incarnée par le PCF. Cette décomposition culturelle ne peut toutefois que favoriser en opposition la renaissance des traditions de la Gauche historique, fidèles au mouvement ouvrier.

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed