Le premier ministre Jean Castex à la tête d’un gouvernement de combat

Le nouveau premier ministre Jean Castex a présenté sa ligne « dure » en répondant aux questions des deux principales forces symboliques de la France de 2020, BFMTV et le Parlement.

Quel symbole que Jean Castex passe d’abord sur BFMTV (couplé à la radio RMC) pour présenter son programme d’activité, pour ensuite aller à l’Assemblée nationale puis au Sénat en faire de même. La grande idée qu’il a fait passer, à BFMTV, c’est que s’il y a un reconfinement, il serait « ciblé », car la vie économique et la vie sociale ne tiendraient sans cela pas le coup. C’est là se faire le porte-parole du capitalisme le plus agressif.

Il a ensuite été très clair à ce sujet à l’Assemblée nationale lors de sa présentation de politique générale :

« Il n’aura échappé à personne, et en particulier en particulier à vous même, que ce nouveau gouvernement entre en fonctions dans un contexte très particulier. Une crise, une crise sanitaire d’une ampleur exceptionnelle qui n’est pas terminée.

Une crise économique et sociale qui a déjà commencé et qui s’annonce comme étant sans doute la plus difficile que la France, l’Europe et le monde auront à affronter depuis la crise  de 1929 (…).

J’ai l’honneur. J’ai l’honneur de diriger ce gouvernement, qui sera un gouvernement de combat. »

Comme c’est un combat, il faut bien un adversaire et il est tout trouvé : ce sont les masses populaires. En effet, Jean Castex dit lui-même que le covid-19 est momentanément hors de combat en France. Il faut bien alors un autre ennemi… dans le combat qui va être de « redresser l’économie ». Quelqu’un doit payer, pour autant que cela suffise. Ce ne sera pas la bourgeoisie, cela sera donc les masses populaires, qu’il faudra au préalable briser, car la révolte ne manquera pas lorsque la casse sociale va se systématiser.

Ce qui est ici d’ailleurs terrible, c’est que Jean Castex dit ouvertement que l’économie va être démolie, qu’il éduque donc parfaitement les bourgeois qui eux l’écoutent, alors que la Gauche au sens le plus large possible le critique simplement comme quelqu’un de Droite, comme si rien n’avait changé par rapport à il y a six mois. Il y a très clairement un espoir de stabilité relative, le souhait qu’Emmanuel Macron et Jean Castex fassent le sale boulot et qu’après il soit possible de profiter du mécontentement provoqué.

C’est là une absence totale de réalisme. Le « mécontentement » amènera le succès de l’extrême-Droite. Ce qui fait avancer la Gauche, c’est l’élévation du niveau de conscience. Et là, les gens sont désarmés par rapport à ce qu’il va arriver. Il suffit pour cela de regarder un simple détail : les masques. Ceux qui les portent n’ont, le plus souvent, que des masques de bloc opératoire, qui sont esthétiquement moches. C’est incompatible avec le style français si rigoureux.

Mais les gens n’achètent ou ne fabriquent pas, pour la plupart, de jolis masques, car ils pensent que la situation de crise sanitaire ne se prolongera pas, que le capitalisme est invincible et que tout va redémarrer, que tout va reprendre.

Comment la Gauche pourra-t-elle surnager dans la désillusion à venir, dans le désenchantement des gens envoûtés par le capitalisme ayant occupé tous les horizons de leurs esprits ? Il y a ici un travail culturel immense à mener, une grande bataille des valeurs. Et l’un des aspects essentiels de cela, c’est de rappeler que la crise est mondiale et qu’elle se fonde sur la destruction de la Nature. Si on ne part pas de là, on n’arrive nulle part pour la Gauche.

>> Retour à l'accueil