«Engageons-nous»: Laurent Joffrin veut recomposer la Gauche par le centre

Laurent Joffrin a quitté son poste à tête du journal Libération pour lancer ce 20 juillet une initiative de recomposition de la Gauche en vue de 2022. Il représente toute une frange sociale-réformiste refusant l’effacement de la Gauche… effacement auquel cette frange a pourtant largement contribué. Toutefois, elle a conscience des réalités et voudrait maintenant se relancer, alors qu’une crise de grande ampleur se profile.

Malgré une assise indéniable dans le pays, la Gauche est en bien mauvaise posture et il existe un nombre incalculable d’initiatives visant à la liquider. Celles-ci sont d’ailleurs systématiquement lancées depuis l’intérieur, ou devrait-on dire ce qui reste de l’intérieur.

On pourrait résumer cela ainsi, avec trois sortes de fossoyeurs ces dernières années :

– une forme entièrement libérale, tournée vers la Droite et dont le président Emmanuel Macron est la force centrifuge ;

– une forme populiste, tournée vers l’ultra-gauche et le social-chauvinisme, dont Jean-Luc Mélenchon est le principal représentant ;

– une forme post-sociale, tournée unilatéralement vers les thèmes sociétaux avec l’écologie comme faire-valoir, à laquelle Olivier Faure du PS propose de se rallier.

Cela est inacceptable pour tout un tas de personnes refusant d’abandonner la Gauche et cette fois, le refus vient des centristes. On a, pour résumer, tout le courant social-réformiste autour de François Hollande (qui est décrit par beaucoup comme étant à la manœuvre). Pour reprendre le terme qui est d’usage chez les franges populaires de la Gauche, il s’agit de la « gauche caviar ». Ce sont des bourgeois assumant être des bourgeois, mais reconnaissant l’importance de la question sociale et se voulant être de bons gestionnaires intégrant cette question sociale.

On a ici des cadres politiques éprouvés, des intellectuels aux réseaux denses et influents, des artistes implantés, ou encore des chefs d’entreprises avec un poids important. L’appel de Laurent Joffrin met d’ailleurs en avant dès le départ les chefs d’entreprise et emploie même l’expression « Gauche historique » en appelant à la dépasser.

Tous ces gens des couches sociales les plus favorisées et se revendiquant de la Gauche ont beaucoup eu le pouvoir, parfois longtemps, souvent ils l’ont encore, dans des mairies, des départements, des régions, des administrations, des ministères, des grandes écoles, des universités, à la radios, avec des lieux ou des événements culturels majeurs, de grandes entreprises, etc.

Cela fait bien longtemps qu’ils ont abandonné toute référence au mouvement ouvrier. Toutefois, ils connaissent leurs classiques et, surtout, ils ont l’œil avisé pour comprendre ce qui se passe dans le pays. Cela fait toute la différence avec les fossoyeurs, d’Emmanuel Macron à Olivier Faure en passant par Jean-Luc Mélenchon, qui eux vivent pétris de leurs certitudes intellectuelles anti-populaires, de manière étrangère à la société elle-même.

Pourtant, la « Gauche caviar » n’a pas fait que tolérer des gens comme Emmanuel Macron, elle leur a donné la main pendant des années et des années. Le journal Libération, dont le comité de rédaction vient d’ailleurs de refuser à Laurent Joffrin de continuer à écrire des chroniques, a été le fer de lance du postmodernisme, des thèmes sociétaux, de l’idéologie LGBT, de l’écriture « inclusive » et ce genre d’horreurs anti-populaires. Jean-Luc Mélenchon est également un produit du Parti socialiste, tout en ayant profité du PCF pour se lancer, PCF qui s’est fait entièrement déborder et a basculé pareillement dans le post-modernisme.

Toutefois, ces gens sont éduqués et farouchement opportunistes. Comme la situation change avec l’immense crise qui se profile, il n’est plus question d’abandonner la Gauche pour les gens ayant compris l’ampleur de la catastrophe. Il y aurait trop à perdre. C’est précisément le sens de l’appel « Engageons-nous – Pour la création d’une force alternative à Gauche », lancé par Laurent Joffrin.

On y lit notamment :

« Le scrutin a montré que la droite est encore majoritaire dans le pays ; l’extrême droite peut capter la colère populaire qui ne manquera pas de se lever à mesure que les licenciements et les fermetures d’entreprises se multiplieront ; la nécessaire unité de la gauche, enfin, suppose un programme audacieux pour convaincre mais aussi crédible, pour gouverner, un projet qui ne soit pas l’addition de revendications disparates, mais qui dessine un destin commun. »

Il est affirmé ensuite, en grand et en gras :

« Le sauvetage de la planète est prioritaire, mais la question sociale, surtout dans la période qui s’ouvre, restera centrale. »

C’est une opposition claire et nette à Olivier Faure qui propose de se rallier à EELV, ainsi qu’à toute la sphère regroupant Place publique, Génération-s, et des personnalité comme comme Clémentine Autain ou Elsa Faucillon.

Il est en effet expliqué de manière très lucide et ouvertement critique envers cette « gauche » sociétale post-sociale que :

« l’égalité n’est pas un objectif parmi d’autres. Elle est la condition de tous les autres. Sans elle, ni les classes populaires, ni les jeunes de nos quartiers, et pas davantage les oubliés de nos territoires notamment les outre-mer, ne rallieront une union aussi artificielle que bancale. Sans elle, la mutation écologique butera sur l’inquiétude légitime des Français pour leur pouvoir d’achat, leur emploi et l’avenir de leur économie. Sans elle, l’union nécessaire autour des valeurs républicaines de laïcité et d’égalité ne se fera pas et les identités dont on attise la rivalité entretiendront une suspicion mutuelle. »

Bien sûr, il faut ici savoir lire entre les lignes, car en apparence on pourrait croire qu’il dit la même chose, alors qu’en réalité la perspective est entièrement différente. Ce n’est pas pour rien que le lancement du mouvement est prévu le 30 août, soit… le même week-end que l’université d’été du PS (le « campus » prévu à Blois du 28 au 30 août) !

Parallèlement, Laurent Joffrin va publier un livre intitulé « Anti-Macron », compilant tous ses éditos contre Emmanuel Macron, pour bien marquer la différence avec le centre-droit. Toutefois, cela reste une initiative centriste ; les appels du pied aux « macronistes de gauches » ont été ouverts pendant la conférence de presse de lancement de l’initiative.

On a également Olivier Dussop, député « macroniste » issu du PS, qui commente de manière bienveillante l’initiative, ce qui ne doit rien au hasard :

« C’est une illustration de plus de la fracturation de la gauche, entre celles et ceux qui croient encore à la social-démocratie, qui essayent de s’y raccrocher, et puis celles et ceux qui se mettent dans la roue de La France insoumise et qui rentrent dans une forme de protestation »

Il explique par ailleurs que des gens comme Jean-Yves Le Drian pourraient très bien se rallier à l’initiative. En fait, on peut dire que le but de l’initiative est de siphonner les restes de la Gauche gouvernementale ne s’alignant pas sur EELV.

Il faudra alors combattre pour le 3e camp : celui de la Gauche historique, qui doit se reconstituer alors que le capitalisme bascule dans une crise terriblement profonde !

>> Retour à l'accueil

No Comments Yet

Comments are closed